MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

L'œuvre de Merleau-Ponty représente un moment essentiel dans le développement de la phénoménologie. Husserlien, il n'a pourtant jamais accepté le moi transcendantal et a exprimé toujours davantage sa méfiance à l'égard d'une conscience conçue comme absolument transparente à elle-même. C'est un point sur lequel, dès ses premiers ouvrages, il s'oppose avec une discrète mais ferme résolution au Sartre de L'Être et le Néant. Attentif à Heidegger et se rapprochant de lui au long des années, il n'a jamais renoncé à un anthropocentrisme philosophique que les notions de chair et de chiasme, si importantes dans son œuvre posthume, n'ébranlent en rien.

Philosophe du sens, comme tout phénoménologue, Merleau-Ponty (qui fut aussi l'un des premiers penseurs de notre époque à se tourner vers la linguistique positive) met constamment en lumière la dialectique mouvante qui se joue entre le sens proféré et celui qui, par notre comportement, s'installe en nous et se révèle dans les choses. Il ouvre ainsi à la phénoménologie des voies nouvelles où, dans ses dernières années, il fit bien plus que s'engager.

La phénoménologie et la science

Maurice Merleau-Ponty

Maurice Merleau-Ponty

Maurice Merleau-Ponty

La philosophie du sens élaborée par Merleau-Ponty devait rencontrer nécessairement la problématique…

Maurice Merleau-Ponty, né à Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime), fut professeur au lycée de Saint-Quentin, puis à l'université de Lyon et, en 1949, à la Sorbonne. En 1952, il fut élu et nommé au Collège de France, succédant à Lavelle dans la chaire occupée, jadis, par Bergson. Il disparaît brutalement à Paris à l'âge de cinquante-trois ans.

Désaveu de la science

Ses premiers ouvrages marquants furent ses deux thèses : La Structure du comportement (1942) et la Phénoménologie de la perception(1945). Les titres de ces livres laissent supposer qu'ils concernent en premier lieu la psychologie. Or cet intérêt, loin d'être exclusif, n'en est même pas le souci principal. Non seulement ils traitent de tous les problèmes philosophiques classiques mais ils tracent déjà plus que l'esquisse d'une philosophie profondément rigoureuse et originale.

Bien que la psychologie soit le terrain sur lequel Merleau-Ponty choisit d'engager le débat, sa référence aux données de cette discipline a pour but de s'interroger sur une question qui n'est plus du ressort du psychologue ou de l'anthropologue de tendance « positive » et qui peut se formuler ainsi : les données de la psychologie étant ce qu'elles sont, quel statut d'être faut-il conférer à la subjectivité qui les anime, comme à la réalité à laquelle cette subjectivité permet d'accéder ?

Cette enquête mène à la découverte d'un cercle. Il consiste en ce que ces données n'ont été recueillies et élaborées, par le savant, que sous l'horizon d'une conception implicite et préalable tant de la subjectivité que de l'objectivité, laquelle aboutit à déformer ces mêmes données bien plus que celles-ci ne réussissent à vérifier celle-là. Il faut donc restituer leur sens exact et repenser un horizon ontologique qui favorise les progrès de la découverte et leur fournisse un cadre adéquat.

On retrouve ici une démarche qui n'est pas sans analogie avec la réduction phénoménologique de Husserl, encore que tournée cette fois, quasi explicitement, contre l'objectivisme chosiste et physicaliste de la pensée scientifique naïve. Tel est le sens, stimulant et non pas scandaleux ou antiscientifique, de la phrase fameuse : « La phénoménologie, c'est d'abord le désaveu de la science. »

En conclusion, apparaît désormais l'obligation de renoncer à l'une et à l'autre des deux grandes options philosophiques, apparemment antithétiques et foncièrement solidaires, le rationalisme et l'empirisme, qui, depuis le début de la science et sans en excepter la psychologie, se[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Alphonse DE WAELHENS : membre de l'Académie royale de Belgique, membre associé à l'université de Louvain

Classification

Pour citer cet article

Alphonse DE WAELHENS, « MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Maurice Merleau-Ponty

Maurice Merleau-Ponty

Maurice Merleau-Ponty

La philosophie du sens élaborée par Merleau-Ponty devait rencontrer nécessairement la problématique…

Autres références

  • PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA PERCEPTION, Maurice Merleau-Ponty - Fiche de lecture

    • Écrit par François TRÉMOLIÈRES
    • 828 mots
    • 1 média

    Brutalement interrompue par la mort, l'œuvre de Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) reste dominée par une philosophie de la conscience, inspirée de la phénoménologie de Husserl, et dont la Phénoménologie de la perception (1945) constitue le livre majeur. Il ne s'agissait pourtant que d'un...

  • ALTRUISME

    • Écrit par Guy PETITDEMANGE
    • 2 929 mots
    • 1 média
    Levinas décrit admirablement la percussion d'autrui, révolution post-copernicienne où l'autre a pris la place du soleil. Merleau-Ponty, dans un texte inachevé (La Prose du monde), d'une rare et subtile élégance, tente de cerner ce qu'est la connaissance d'autrui et son bien incommensurable.
  • AUTRUI (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 110 mots
    ...de ses pensées ou de ses sentiments, lequel d’entre nous souhaiterait devenir transparent à autrui ? Ne faut-il pas qu’autrui nous soit impénétrable ? Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) répond très clairement à cette interrogation : « La vie d’autrui, telle qu’il la vit, n’est pas pour moi qui parle une...
  • DURÉE

    • Écrit par Alain DELAUNAY
    • 843 mots

    Cette notion indique l'idée de persistance d'un phénomène, de maintenance temporelle d'une réalité.

    Pour saint Thomas, la durée est, suivant la formule d'E. Gilson, « de même nature que le mouvement même de l'être qui dure ». Descartes, au nom du...

  • ESTHÉTIQUE - Histoire

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 10 465 mots
    • 3 médias
    ...dit la nature, mais la nature se dit en lui ; ainsi se joignent l'extrême subjectivité et l'extrême objectivité : à travers l'œuvre plutôt que par elle. Il convient alors d'assigner un statut philosophique à l'esthétique : seule, la philosophie comprise dans un sens profondément critique peut permettre...
  • ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 4 473 mots
    • 2 médias
    ...une connaturalité fait se rejoindre, et empiéter l'un sur l'autre, avant toute réflexion, le touchant et le touché, le voyant et le vu : comme le disait Merleau-Ponty dans Signes, dès lors que « mes deux mains sont “comprésentes” ou “coexistent” parce qu'elles sont les mains d'un seul corps », il faut tenir...
  • Afficher les 21 références

Voir aussi