MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

L'œuvre de Merleau-Ponty représente un moment essentiel dans le développement de la phénoménologie. Husserlien, il n'a pourtant jamais accepté le moi transcendantal et a exprimé toujours davantage sa méfiance à l'égard d'une conscience conçue comme absolument transparente à elle-même. C'est un point sur lequel, dès ses premiers ouvrages, il s'oppose avec une discrète mais ferme résolution au Sartre de L'Être et le Néant. Attentif à Heidegger et se rapprochant de lui au long des années, il n'a jamais renoncé à un anthropocentrisme philosophique que les notions de chair et de chiasme, si importantes dans son œuvre posthume, n'ébranlent en rien.

Philosophe du sens, comme tout phénoménologue, Merleau-Ponty (qui fut aussi l'un des premiers penseurs de notre époque à se tourner vers la linguistique positive) met constamment en lumière la dialectique mouvante qui se joue entre le sens proféré et celui qui, par notre comportement, s'installe en nous et se révèle dans les choses. Il ouvre ainsi à la phénoménologie des voies nouvelles où, dans ses dernières années, il fit bien plus que s'engager.

La phénoménologie et la science

Maurice Merleau-Ponty, né à Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime), fut professeur au lycée de Saint-Quentin, puis à l'université de Lyon et, en 1949, à la Sorbonne. En 1952, il fut élu et nommé au Collège de France, succédant à Lavelle dans la chaire occupée, jadis, par Bergson. Il disparaît brutalement à Paris à l'âge de cinquante-trois ans.

Maurice Merleau-Ponty

Maurice Merleau-Ponty

photographie

La philosophie du sens élaborée par Merleau-Ponty devait rencontrer nécessairement la problématique du langage. 

Crédits : AFP/ Getty

Afficher

Désaveu de la science

Ses premiers ouvrages marquants furent ses deux thèses : La Structure du comportement (1942) et la Phénoménologie de la perception (1945). Les titres de ces livres laissent supposer qu'ils concernent en premier lieu la psychologie. Or cet intérêt, loin d'être exclusif, n'en est même pas le souci prin [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : membre de l'Académie royale de Belgique, membre associé à l'université de Louvain

Classification


Autres références

«  MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)  » est également traité dans :

PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA PERCEPTION, Maurice Merleau-Ponty - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 943 mots
  •  • 1 média

Brutalement interrompue par la mort, l'œuvre de Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) reste dominée par une philosophie de la conscience , inspirée de la phénoménologie de Husserl, et dont la Phénoménologie de la perception (1945) constitue le livre majeur. Il ne s'agissait pourtant que d'un commencement : l'ouvrage appelait de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie-de-la-perception/#i_4262

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La connaissance d'autrui »  : […] Levinas décrit admirablement la percussion d'autrui, révolution post-copernicienne où l'autre a pris la place du soleil. Merleau-Ponty, dans un texte inachevé (La Prose du monde), d'une rare et subtile élégance, tente de cerner ce qu'est la connaissance d'autrui et son bien incommensurable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_4262

DURÉE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 954 mots

Cette notion indique l'idée de persistance d'un phénomène, de maintenance temporelle d'une réalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/duree/#i_4262

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques du sujet »  : […] l'extrême subjectivité et l'extrême objectivité : à travers l'œuvre plutôt que par elle. Il convient alors d'assigner un statut philosophique à l'esthétique : seule, la philosophie comprise dans un sens profondément critique peut permettre de replacer la science, « pensée de survol, pensée de l'objet en général », « dans un il y a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_4262

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 075 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le préréflexif »  : […] avant toute réflexion, le touchant et le touché, le voyant et le vu : comme le disait Merleau-Ponty dans Signes, dès lors que « mes deux mains sont “comprésentes” ou “coexistent” parce qu'elles sont les mains d'un seul corps », il faut tenir qu'« autrui apparaît par extension de cette comprésence », et que « lui et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_4262

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'existentialisme en procès »  : […] La dernière pensée de Maurice Merleau-Ponty, notamment dans Le Visible et l'Invisible (1904) et les Résumés de cours (1968), voudrait faire sentir quelque chose qui est situé au-delà de la philosophie, même si cette dernière se présente sous forme d'une phénoménologie. Merleau-Ponty […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_4262

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Phénoménologie, gestalt-théorie et écologisme »  : […] Merleau-Ponty a également cherché à déconstruire l'autarcie de l'égologie transcendantale husserlienne afin de réorienter la phénoménologie dans une direction naturaliste. Chez lui, la transcendance de l'apparaître se trouve progressivement naturalisée. Elle ouvre à une nouvelle « physique ». Elle s'inscrit dans l'horizon du monde (le « rapt du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_4262

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

innocemment à Spinoza. Nous pouvons maintenant affirmer : « pas de philosophie moderne sans hégélianisme ». Comme l'avait noté à juste titre Maurice Merleau-Ponty, qui pourtant le critiquait et voulait innover : « Hegel est à l'origine de tout ce qui s'est fait de grand en philosophie depuis un siècle. » Encore pensait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_4262

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement »  : […] en trouve l'esquisse chez Schopenhauer. Une avancée décisive est cependant intervenue avec la mise en évidence de l'image en miroir : ainsi que l'a montré Maurice Merleau-Ponty dans l'exposé qu'il a donné de l'inflexion apportée par Jacques Lacan aux analyses d'Henri Wallon, nous n'assistons pas seulement, en l'occurrence, à l'émergence d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_4262

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phénoménologie du langage »  : […] Ce problème de l'expression est peut-être la meilleure clé pour accéder aux dernières œuvres de Maurice Merleau-Ponty : Signes (1960, en particulier « Le Philosophe et son ombre », sur la phénoménologie du langage), Le Visible et l'Invisible (1964). Ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_4262

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Merleau-Ponty »  : […] L'œuvre de Merleau-Ponty, sur laquelle on terminera cette revue des philosophies qui opèrent le retour à l'ontologie par la phénoménologie, est sans doute celle qui répond le mieux à ce titre. On peut dire, pour faire court, qu'elle témoigne de l'infléchissement progressif de la phénoménologie de Husserl dans le sens de l'ontologie heideggérienne, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_4262

PERSONNALISME

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 2 383 mots

Expression ultime de cette « découverte de la subjectivité » qui, selon Merleau-Ponty, s'est approfondie en trois siècles, de Montaigne à Kierkegaard, les philosophies de la personne ne se sont guère systématisées qu'au xxe siècle, sous la double pression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalisme/#i_4262

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « La phénoménologie après Husserl »  : […] et vers le monde comme a priori de l'ego. Telle est, différemment, la perspective de Merleau-Ponty. Celui-ci se donne pour tâche de mettre au jour ce « monde de la vie » dont parlait Husserl, c'est-à-dire de dégager la figure originaire du perçu par-delà les objectivations et les idéalisations qui s'y sont sédimentées. Cette entreprise exige une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_4262

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 908 mots

Dans le chapitre « La peinture et l'impouvoir »  : […] le principe souterrain de « déreprésentation » qui opère en permanence dans l'approche de l'objet par Cézanne. Merleau-Ponty (1948, 1962) avait parfaitement raison de faire de ce principe le noyau de l'œuvre tout entière ; mais son analyse restait tributaire d'une philosophie de la perception qui le portait à voir dans le désordre cézannien la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-peinture/#i_4262

RÉALITÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 4 964 mots

Dans le chapitre « Réalité et jugement »  : […] seule puissance de juger qui réside en mon esprit, ce que je croyais voir de mes yeux » (Méditation seconde). Dans sa Phénoménologie de la perception, Merleau-Ponty critique à tort cet argument, tout en montrant avec raison que l'analyse psychologique ou phénoménologique ne permet de découvrir, dans la perception, aucun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite/#i_4262

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le sujet en question »  : […] d'entériner une coupure totale entre la culture scientifique et technique d'une part, et la culture lettrée de l'autre, bref, entre « connaître » et « comprendre ». Dès La Structure du comportement (1942) et Phénoménologie de la perception (1945), avec la notion de « forme » inspirée de la Gestalt des psychologues, puis enfin, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_4262

Voir aussi

Pour citer l’article

Alphonse DE WAELHENS, « MERLEAU-PONTY MAURICE - (1908-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-merleau-ponty/