MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Merleau-Ponty représente un moment essentiel dans le développement de la phénoménologie. Husserlien, il n'a pourtant jamais accepté le moi transcendantal et a exprimé toujours davantage sa méfiance à l'égard d'une conscience conçue comme absolument transparente à elle-même. C'est un point sur lequel, dès ses premiers ouvrages, il s'oppose avec une discrète mais ferme résolution au Sartre de L'Être et le Néant. Attentif à Heidegger et se rapprochant de lui au long des années, il n'a jamais renoncé à un anthropocentrisme philosophique que les notions de chair et de chiasme, si importantes dans son œuvre posthume, n'ébranlent en rien.

Philosophe du sens, comme tout phénoménologue, Merleau-Ponty (qui fut aussi l'un des premiers penseurs de notre époque à se tourner vers la linguistique positive) met constamment en lumière la dialectique mouvante qui se joue entre le sens proféré et celui qui, par notre comportement, s'installe en nous et se révèle dans les choses. Il ouvre ainsi à la phénoménologie des voies nouvelles où, dans ses dernières années, il fit bien plus que s'engager.

La phénoménologie et la science

Maurice Merleau-Ponty, né à Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime), fut professeur au lycée de Saint-Quentin, puis à l'université de Lyon et, en 1949, à la Sorbonne. En 1952, il fut élu et nommé au Collège de France, succédant à Lavelle dans la chaire occupée, jadis, par Bergson. Il disparaît brutalement à Paris à l'âge de cinquante-trois ans.

Maurice Merleau-Ponty

Maurice Merleau-Ponty

Photographie

La philosophie du sens élaborée par Merleau-Ponty devait rencontrer nécessairement la problématique du langage. 

Crédits : AFP/ Getty

Afficher

Désaveu de la science

Ses premiers ouvrages marquants furent ses deux thèses : La Structure du comportement (1942) et la Phénoménologie de la perception (1945). Les titres de ces livres laissent supposer qu'ils concernent en premier lieu la psychologie. Or cet [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : membre de l'Académie royale de Belgique, membre associé à l'université de Louvain

Classification


Autres références

«  MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)  » est également traité dans :

PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA PERCEPTION, Maurice Merleau-Ponty - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 942 mots
  •  • 1 média

Brutalement interrompue par la mort, l'œuvre de Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) reste dominée par une philosophie de la conscience, inspirée de la phénoménologie de Husserl, et dont la Phénoménologie de la perception (1945) constitue le livre m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie-de-la-perception/#i_4262

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La connaissance d'autrui »  : […] Levinas décrit admirablement la percussion d'autrui, révolution post-copernicienne où l'autre a pris la place du soleil. Merleau-Ponty, dans un texte inachevé ( La Prose du monde ), d'une rare et subtile élégance, tente de cerner ce qu'est la connaissance d'autrui et son bien incommensurable. Il part d'un double constat. L'un d'évidence, l'autre de perplexité. D'un côté un li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_4262

DURÉE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 954 mots

Cette notion indique l'idée de persistance d'un phénomène, de maintenance temporelle d'une réalité. Pour saint Thomas, la durée est, suivant la formule d'E. Gilson, « de même nature que le mouvement même de l'être qui dure ». Descartes, au nom du mécanisme, rejette le principe de permanence fondé par les scolastiques sur les formes substantielles. Dans son œuvre, c'est un rabattement de la durée s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/duree/#i_4262

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques du sujet »  : […] Face à ces thèses, des esthétiques que l'on peut appeler philosophiques se montrent soucieuses de maintenir la part de la subjectivité. Ce sont principalement des esthétiques du spectateur. La pensée kantienne avait légué au xix e siècle une exigence de réconciliation avec la nature : cette exigence, d'origine elle-même rousseauiste, se déploie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_4262

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le préréflexif »  : […] Si, par son inexactitude même, l'expérience esthétique, totalité interne déchaînée ou désenclavée, communique à ce qu'elle investit la plus resserrée des cohérences, c'est que le monde dans lequel elle s'insère et s'épanche lui est homogène et consubstantiel, et qu'elle s'y est insinuée et répandue comme une « atmosphère » (Dufrenne). Les dimensions de cet univers « à la fois fini et illimité », d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_4262

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'existentialisme en procès »  : […] La dernière pensée de Maurice Merleau-Ponty, notamment dans Le Visible et l'Invisible (1904) et les Résumés de cours (1968), voudrait faire sentir quelque chose qui est situé au-delà de la philosophie, même si cette dernière se présente sous forme d'une phénoménologie. Merleau-Ponty cherche à s'évader de la représentation. C'est à la peinture qu'il rec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_4262

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Phénoménologie, gestalt-théorie et écologisme »  : […] Nombre d'auteurs ont remarqué que la déréalisation du phénomène par réduction phénoménologique soulève d'inextricables difficultés lorsqu'il s'agit pour Husserl d'en revenir à la réalité physique. La reprise de l'ontologie aristotélicienne dans un cadre post-galiléen aboutit à une incompréhension radicale des sciences naturelles objectives. Entre les deux constitutions transcendantales, l'une d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_4262

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

« Sans spinozisme, pas de philosophie », disait Hegel , et cela marque déjà l'une des orientations de sa pensée. Car, en son temps, on ne se référait pas innocemment à Spinoza. Nous pouvons maintenant affirmer : « pas de philosophie moderne sans hégélianisme ». Comme l'avait noté à juste titre Maurice Merleau-Ponty, qui pourtant le critiquait et voulait innover : « Hegel est à l'origine de tout c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_4262

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement »  : […] Un essai classique de Albert O. Hirschman, Les Passions et les intérêts , a montré comment, avec le déclin de l'idée de « gloire », s'est développée, du xvi e au xviii e  siècle, une stratégie visant à assurer le contrôle de l'intérêt sur la passion. Bien que purement égoïst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_4262

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « L’énigme de l’origine des langues »  : […] La thèse de l’arbitraire du signe va néanmoins soulever une difficulté entrevue par Platon. Si aucun lien logique n’unit le mot à la chose, il a fallu des conventions entre les membres des différentes sociétés pour s’accorder sur le langage. Nous abordons ici la question insoluble de l’ origine des langues . Car, s’il a fallu des conventions, comment les hommes ont-ils pu contracter les uns avec l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-notions-de-base/#i_4262

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phénoménologie du langage »  : […] Comment la réalité doit-elle être faite pour que des signes apparaissent qui la représentent et la désignent ? Cette question était posée à partir du langage dans les philosophies antérieures : c'était le problème de la référence, et plus précisément de la référence identifiante qui, avec Strawson, conduisait hors du langage et débouchait sur la notion des particuliers de bas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_4262

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Merleau-Ponty »  : […] L'œuvre de Merleau-Ponty, sur laquelle on terminera cette revue des philosophies qui opèrent le retour à l'ontologie par la phénoménologie, est sans doute celle qui répond le mieux à ce titre. On peut dire, pour faire court, qu'elle témoigne de l'infléchissement progressif de la phénoménologie de Husserl dans le sens de l'ontologie heideggérienne, avec l'appoint de thèmes marcelliens, comme celui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_4262

LANGAGE

  • Écrit par 
  • Domenico JERVOLINO
  •  • 1 255 mots

Dans le chapitre « Le débat contemporain »  : […] D'après Karl Otto Apel, à partir des xiii e et xiv e  siècles, la réflexion occidentale sur l'idée de langage emprunte quatre voies distinctes : la mystique du Verbe (de Maître Eckhart jusqu'aux versions sécularisées du logos ), la critique nominaliste du langage (de Guillau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage/#i_4262

PERSONNALISME

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 2 383 mots
  •  • 1 média

Expression ultime de cette « découverte de la subjectivité » qui, selon Merleau-Ponty, s'est approfondie en trois siècles, de Montaigne à Kierkegaard, les philosophies de la personne ne se sont guère systématisées qu'au xx e  siècle, sous la double pression d'un « impersonnalisme » philosophique, né de multiples influences conjuguées, et d'une dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalisme/#i_4262

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « La phénoménologie après Husserl »  : […] En vertu de son caractère arborescent et inachevé, l'œuvre de Husserl ne pouvait que donner lieu à une postérité complexe. La structure de l'œuvre du maître excluait l'orthodoxie. Il n'en reste pas moins qu'il y a une unité des pensées que l'on qualifie de « phénoménologies » – par-delà le souci de fidélité aux phénomènes fréquemment invoqué – et que cette unité se comprend à partir de Husserl : t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_4262

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 908 mots

Dans le chapitre « La peinture et l'impouvoir »  : […] Depuis le recensement monumental fait par Venturi sur l'œuvre de Cézanne, on a coutume de distinguer dans celle-ci quatre périodes : sombre, impressionniste, constructive, synthétique. Liliane Brion-Guerry reprend cette analyse à son compte, mais elle la dramatise deux fois. Tout d'abord, elle montre que ce qui motive cette odyssée plastique, c'est la recherche d'une solution à un problème égaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-peinture/#i_4262

RÉALITÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 4 964 mots

Dans le chapitre « Réalité et jugement »  : […] Il semble résulter des observations précédentes que la réalité est ce qui, selon tel ou tel critère, selon tel ou tel caractère, est « jugé » réel. On retrouve ici le sens et la portée du célèbre texte de Descartes, relatif aux hommes qui passent dans la rue, « à la vue desquels je ne manque pas de dire que je vois des hommes [...] et cependant que vois-je de cette fenêtre, sinon des chapeaux et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite/#i_4262

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le sujet en question »  : […] Ce privilège accordé au symbolique conduit à la reprise critique du thème du transcendantal issu de Kant et de Husserl, à travers la mise en cause du sujet. Ce que les philosophes croient pouvoir reconnaître à travers la mutation des sciences humaines depuis le début du siècle, c'est la possibilité – apparue indépendamment du pouvoir d'auto-imposition traditionnel de la philosophie – de poser à no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_4262

Voir aussi

Pour citer l’article

Alphonse DE WAELHENS, « MERLEAU-PONTY MAURICE - (1908-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-merleau-ponty/