SÉVIGNÉ MADAME DE (1626-1696)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mme de Sévigné a été célèbre en son temps comme femme d'esprit et comme mère passionnée, non comme épistolière hors du commun. Chacun, dans les salons, connaissait ses dons exceptionnels pour la conversation et ses trouvailles verbales. Mais ses correspondants seuls connaissaient sa rare aptitude à donner par écrit l'impression de la parole saisie sur le vif. La nouveauté de la lettre sévignéenne vient de ce qu'elle ne doit rien à la tradition littéraire reprise par ceux qui, comme Guez de Balzac, ont fait de la lettre un genre à l'imitation des Anciens, et pas grand-chose à la mode des lettres galantes à la Voiture. Son écriture dépend de la poste, devenue fiable grâce à Louvois juste au moment où l'épistolière se met à correspondre avec sa fille. Au grand scandale de ceux qui croient que la réussite littéraire est le résultat d'un long travail et la conséquence d'une recherche consciente, Mme de Sévigné offre l'exemple d'une œuvre totalement improvisée et totalement involontaire. Au commencement était l'amour. Le chef-d'œuvre est venu par surcroît.

Une jeunesse guillerette

À sept ans, Marie de Rabutin-Chantal, née d'un gentilhomme bourguignon et d'une fille de financier, avait perdu père, mère et trois de ses grands-parents. Sa grand-mère paternelle, Jeanne de Chantal, la sainte fondatrice de la Visitation, lui restait. Elle eut la sagesse de laisser à la tribu des oncles, tantes et cousins maternels (les Coulanges) le soin d'élever affectueusement l'orpheline, qui reçut une éducation toute moderne, à base de conversation et de lectures.

La légende veut que Ménage et Chapelain aient été ses maîtres. Mais ces importants personnages ne formèrent son esprit qu'après son entrée dans le monde. De son mariage à dix-huit ans avec Henri de Sévigné, jeune et bel orphelin, elle aura deux enfants et des terres à gérer en Bretagne. Veuve à vingt-cinq ans, elle « veut être à tous les plaisirs », écrira son cousin Bussy-Rabutin. Puis elle s'enorgueillit de la beauté de Françoise-Marguerite, dont elle veut faire une autre elle-même. La demo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  SÉVIGNÉ MADAME DE (1626-1696)  » est également traité dans :

LETTRES, Madame de Sévigné - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 110 mots

Madame de Sévigné, née Marie de Rabutin-Chantal (1626-1696), est une familière du Marais, quartier aristocratique de Paris dont elle connaît tous les salons. Elle a lu les romans précieux de Mlle de Scudéry, connaît la littérature italienne dans le texte et se tient au courant de tout ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-madame-de-sevigne/#i_39584

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lettre privée »  : […] Une génération après l'essor de la lettre éloquente vint celui de la lettre privée, en même temps que l'on assistait à un accès plus large des mondains à la culture écrite. Dès 1552, E. Pasquier incluait dans ses Rimes et prose un groupe de Lettres amoureuses . En 1555 paraissait le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_39584

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La littérature épistolaire et les mémoires »  : […] Pourfendu par Pascal, interrogé par Molière, idéalisé par Saint-Évremond, encensé par les précieux et les précieuses, cet idéal fait son chemin dans un genre littéraire abondamment pratiqué en un temps où les déplacements sont difficiles et la poste nouvellement organisée : l’ épistolaire . Retiré en Charente, Guez de Balzac fondera dans ses Lettres destinées au public auta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_39584

Pour citer l’article

Roger DUCHÊNE, « SÉVIGNÉ MADAME DE - (1626-1696) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/madame-de-sevigne/