BALZAC JEAN-LOUIS GUEZ DE (1595 env.-1654)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le maître de la littérature épistolaire et l'un des créateurs de la prose classique dans la première moitié du xviie siècle. Balzac met d'abord sa plume au service du duc d'Épernon et tente de jouer lui-même un rôle politique. Ses ambitions sont vite déçues et, après un séjour à Rome, il se retire dans sa province natale, devenant (surtout à partir de 1628) « l'ermite de la Charente ». C'est comme littérateur qu'il exercera le pouvoir qu'il n'a pu (ou, assure-t-il, voulu) acquérir comme homme d'État ; c'est dans sa correspondance qu'il manifestera une éloquence que la situation politique interdit de déployer à la tribune ou au barreau. En 1624, il publie un premier recueil de Lettres qui obtient un succès triomphal : il sera désormais l'unico eloquente (le prince de l'éloquence). Il ne fait à Paris que des séjours de plus en plus rares, paraissant alors à l'Académie française (dont il a été l'un des premiers membres, mais où il est dispensé d'assiduité) et à l'hôtel de Rambouillet. Mais on lit dans la capitale ses dissertations et ses traités : Le Prince (1631), portrait du souverain idéal ; Le Barbon (1648), pamphlet dirigé contre des pédants ; Le Socrate chrétien (1652), amplification morale et panégyrique de la religion catholique ; Aristippe, qui ne paraîtra qu'après sa mort (1658) et qui pose, à propos des mœurs de la Cour, le problème de la conciliation de la morale individuelle et de la politique. On y lit surtout ses lettres. Adressées à des grands, à des confrères (Chapelain, Conrart...), à des amis, elles abordent de multiples sujets, moraux, politiques, littéraires, ou, parfois, décrivent la vie de l'auteur dans son désert (« Pour les nouvelles du grand monde que vous m'avez fait savoir, en voici de notre village »... et de cette nature qu'il sait, mieux que tout autre à son époque, peindre et chanter) ; elles sont périodiquement rassemblées et publiées, et occuperont, dans l'édition posthume de 1665, un gros volume comp [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  BALZAC JEAN-LOUIS GUEZ DE (1595 env.-1654)  » est également traité dans :

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Art épistolaire et débat d'idées »  : […] Le premier théoricien moderne de l'art épistolaire fut Érasme, avec son De conscribendis epistolis (1522). Face aux nomenclatures fixes des Formulaires médiévaux, il affirme que les lettres peuvent traiter toutes sortes de sujets et adapter leurs formes et formules en conséquence. Cependant, il maintient une rhétorique de la monovalence : un sujet, un propos, une lettre. Selon lui, c'est la vas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_22635

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La littérature épistolaire et les mémoires »  : […] Pourfendu par Pascal, interrogé par Molière, idéalisé par Saint-Évremond, encensé par les précieux et les précieuses, cet idéal fait son chemin dans un genre littéraire abondamment pratiqué en un temps où les déplacements sont difficiles et la poste nouvellement organisée : l’ épistolaire . Retiré en Charente, Guez de Balzac fondera dans ses Lettres destinées au public autant et plus qu’à ses co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_22635

NATUREL, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 466 mots

L'un des principes de base de l'esthétique classique. Le naturel « exprime la conformité de l'œuvre d'art à un modèle idéal qu'on appelle conventionnellement la nature » (R. Bray). Cette définition permet de comprendre les ambiguïtés de la notion. Quelle nature ? La nature humaine sans doute, et non la nature extérieure. Mais, écrit Pascal « on ne sait ce que c'est que ce modèle naturel qu'il faut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naturel-esthetique/#i_22635

PRÉCIOSITÉ

  • Écrit par 
  • Roger LATHUILLÈRE
  •  • 2 980 mots

Dans le chapitre « Le vrai visage de la préciosité »  : […] En réalité, la préciosité a revêtu des aspects beaucoup plus complexes. Elle n'est pas cet esprit superficiel et léger qu'on lui attribue d'ordinaire. Frivole parfois, attirée par des riens galants tels qu'on en trouve dans les Poésies de Voiture, les Recueils manuscrits de Valentin Conrart, ceux de Charles de Sercy, elle ne se cristallise pas seulement dans quelques jeux gratuits des ruelles, co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preciosite/#i_22635

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « BALZAC JEAN-LOUIS GUEZ DE (1595 env.-1654) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/balzac-jean-louis-guez-de/