BOUHOURS DOMINIQUE (1628-1702)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus « honnête homme » de la Compagnie de Jésus, et le plus estimé dans le monde, malgré une formation théologique, reçue à Bourges, et une carrière enseignante, commencée à Tours, puis vouée à des préceptorats flatteurs. L'éducation des jeunes princes de Longueville, celle de Seignelay, fils de Colbert, après un séjour à Dunkerque comme aumônier de garnison, assurent sa réputation. Fixé au collège Louis-le-Grand, il devient un habitué de l'académie Lamoignon, où l'introduit son confrère Rapin, et des samedis de Mlle de Scudéry. Il plaît au Tout-Paris littéraire par son amabilité, s'impose par sa passion de la langue française, sa culture moderne, sa finesse. « L'esprit lui sort de tous côtés » (Mme de Sévigné). Racine lui soumet quatre actes pour qu'il en marque « les fautes contre la langue ». La Fontaine le révère ; Boileau le tient en haute estime ; Saint-Évremond le place au pinacle ; Bussy-Rabutin entretient avec lui un chaleureux commerce épistolaire. Il n'a guère d'ennemis qu'à Port-Royal, ayant, notamment dans sa Lettre aux ecclésiastiques de Port-Royal (1668), pris le parti des Jésuites. Il n'hésite pas à publier un Recueil de vers très éclectique (1693). Son œuvre comprend des livres de spiritualité, d'hagiographie, de controverse, des traductions, des remarques de langue, et surtout des dialogues où s'exprime le goût classique, non sans indulgence pour les joliesses précieuses : Les Entretiens d'Ariste et d'Eugène (1671), Manière de bien penser dans les ouvrages d'esprit (1687).

—  Jean MARMIER

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification


Autres références

«  BOUHOURS DOMINIQUE (1628-1702)  » est également traité dans :

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 570 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'esthétique, une philosophie de l'art »  : […] Le terme est introduit par le philosophe allemand A. G. Baumgarten (1714-1762), dans ses Meditationes Philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus (1735). Il distingue entre des noeta , des choses pensées, à connaître par une faculté supérieure et relevant de la logique, et des aistheta , des choses senties, objets d'une scien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-le-beau/#i_1151

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les secrets du « beau langage » »  : […] Mais revenons-en à l'esthétique : qu'est-ce donc qui doit faire la « beauté » en même temps que la « bonté » du français ? Il suffit d'ouvrir n'importe quel livre de remarques ou d'observations sur le français (et Dieu sait si l'âge classique en fit large consommation) pour en découvrir les canons et les règles. L'une des analyses les plus fines et les mieux suivies s'en trouve dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-la-langue-francaise/#i_1151

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La littérature épistolaire et les mémoires »  : […] Pourfendu par Pascal, interrogé par Molière, idéalisé par Saint-Évremond, encensé par les précieux et les précieuses, cet idéal fait son chemin dans un genre littéraire abondamment pratiqué en un temps où les déplacements sont difficiles et la poste nouvellement organisée : l’ épistolaire . Retiré en Charente, Guez de Balzac fondera dans ses Lettres destinées au public auta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_1151

Pour citer l’article

Jean MARMIER, « BOUHOURS DOMINIQUE - (1628-1702) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-bouhours/