BUSSY-RABUTIN ROGER comte de (1618-1693)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Soldat courageux, homme de cour et écrivain de talent, Bussy-Rabutin laissa derrière lui comme un parfum de scandale. Il reçut une brillante éducation chez les jésuites d'Autun, puis au collège de Clermont, avant de partir en Lorraine avec le régiment de son père. De 1634 à 1659, il fut de toutes les campagnes militaires en Flandre, en Lorraine, en Franche-Comté, en Catalogne. Maître de camp en 1638, il tâta de la Bastille pendant cinq mois pour avoir laissé ses soldats pratiquer le faux-saunage. Il servit Condé en Catalogne, suivit la cour, participa à la Fronde, puis rejoignit à nouveau le roi et fut à l'armée de Flandre sous les ordres de Turenne en 1655. Il ne s'entendit jamais avec le grand chef de guerre, qu'il admirait, mais dont le sérieux et la froideur l'exaspéraient. En 1658, la bataille des Dunes, près de Dunkerque, où il se comporta courageusement, apparaît comme l'apogée de sa carrière militaire. Anticonformiste, il se plut au libertinage et, de ce fait, ne put retrouver de poste militaire. À Lérida, en Espagne, des amis et lui-même dansèrent avec un cadavre qu'ils avaient exhumé. En 1659, en plein carême, à Roissy, en compagnie de Vivonne, Guiche et Manicamp, il célébra une sorte de sabbat et fut exilé un an pour avoir chanté des chansons qui respiraient le scandale et l'impiété. Il diffusa en petit comité son Histoire amoureuse des Gaules, qui racontait les aventures de quelques dames. Mais une copie de l'ouvrage fut imprimée en Hollande, et ces récits devinrent publics : le livre fit scandale. Louis XIV fit conduire Bussy à la Bastille, en 1665, où il demeura treize mois, puis consentit à le laisser partir en exil dans son château en Bourgogne où il resta jusqu'à sa mort. Il avait été nommé à l'Académie française, et son retrait de la cour, qu'il vécut comme une insupportable disgrâce, lui permit d'écrire ses Mémoires et d'entretenir une correspondance abondante. Il traduisit également les Lettres d'Héloïse et d'Abélard. Cousin de Mme de Sévigné, qui nourrissait pour ce débauché l'affection inavouée et quelque peu admirative d'une fausse prude, il laissa également un discours à ses enfants sur les événements de sa vie et le bon usage de l'adversité.

—  Jean-Marie CONSTANT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BUSSY-RABUTIN ROGER comte de (1618-1693)  » est également traité dans :

HISTOIRE AMOUREUSE DES GAULES, Roger de Bussy-Rabutin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 098 mots

Militaire, gentilhomme bourguignon, grand officier du royaume, ex-frondeur rallié à la cause du roi, Roger de Bussy-Rabutin (1618-1693) aime écrire à temps perdu. Sa Carte du pays de Braquerie (1654), où il faisait la satire de la Carte de Tendre en comparant les femmes à des forteresses aisées à investir, l'a fait conn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-amoureuse-des-gaules/#i_49628

LETTRES, Madame de Sévigné - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 110 mots

Madame de Sévigné, née Marie de Rabutin-Chantal (1626-1696), est une familière du Marais, quartier aristocratique de Paris dont elle connaît tous les salons. Elle a lu les romans précieux de M lle  de Scudéry, connaît la littérature italienne dans le texte et se tient au courant de tout ce qui advient, à la ville comme à la cour, dans le quotidien des choses comme dans les cercles les plus hauts. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-madame-de-sevigne/#i_49628

SÉVIGNÉ MADAME DE (1626-1696)

  • Écrit par 
  • Roger DUCHÊNE
  •  • 1 342 mots

Dans le chapitre « Une jeunesse guillerette »  : […] À sept ans, Marie de Rabutin-Chantal, née d'un gentilhomme bourguignon et d'une fille de financier, avait perdu père, mère et trois de ses grands-parents. Sa grand-mère paternelle, Jeanne de Chantal, la sainte fondatrice de la Visitation, lui restait. Elle eut la sagesse de laisser à la tribu des oncles, tantes et cousins maternels (les Coulanges) le soin d'élever affectueusement l'orpheline, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madame-de-sevigne/#i_49628

Pour citer l’article

Jean-Marie CONSTANT, « BUSSY-RABUTIN ROGER comte de (1618-1693) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-bussy-rabutin/