FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Qu’est-ce que le xvie siècle ? C’est la faille qui s’insinue entre le Moyen Âge et l’âge classique, une faille euphorique, dynamisante, mais bien vite reniée. Alors que la Renaissance en Italie s’étend sur plusieurs siècles, elle dure deux ou trois générations tout au plus en France. Ouverte avec Marot, grandissante avec Rabelais, confirmée par la Délie de Maurice Scève, elle culmine avec la Pléiade, entre en crise avec Montaigne et disparaît avant Malherbe. Agrippa d’Aubigné, au seuil du xviie siècle, est le témoin de son splendide achèvement.

À vrai dire, on fait correspondre la Renaissance aux guerres d’Italie (1494-1559). C’est le nouvel air qui vient du sud et qui réjouit un temps la France septentrionale jusqu’à la période des guerres de religion qui s’étend sur près de quarante ans et ne prend fin que très provisoirement, avec la paix revenue sous Henri IV. Du sud, le renouveau, une architecture et des arts revigorés, puis très vite, venue de l’est et du nord, la crise, une crise spirituelle, avec la Réforme, et bientôt politique, sans parler de la conjoncture économique qui se dégrade, et une longue agonie, marquée toutefois par des chefs-d’œuvre, dont le palais des Tuileries à Paris, et en littérature par les tragédies de Robert Garnier et les Essais de Montaigne.

Allégorie mythologique, Anonyme

Photographie : Allégorie mythologique, Anonyme

Photographie

La peinture du XVIe siècle en France est presque entièrement placée sous le signe du maniérisme international. Les thèmes mythologiques et allégoriques y prévalent. Dans un premier temps, et tout comme l’école lyonnaise ou la Pléiade reçoivent l’influence de la poésie italienne,... 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le xvie siècle embrasse en fait une pluralité d’époques. Il commence avec le Moyen Âge finissant et ce qu’il est convenu d’appeler les « grands rhétoriqueurs », avec la farce et la sottie chères à Pierre Gringore. Puis c’est la Renaissance avec la Défense et illustration de la langue française et L’Olive de Joachim du Bellay, les Odes, Les Amours et les Hymnes de Pierre de Ronsard, la Cléopâtre captive d’Étienne Jodelle. Enfin, l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Allégorie mythologique, Anonyme

Allégorie mythologique, Anonyme
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les Massacres du Triumvirat, A. Caron

Les Massacres du Triumvirat, A. Caron
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

La découverte du Nouveau Monde

La découverte du Nouveau Monde
Crédits : New York Public Library/ Rawpixel ; CC0

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVI e s.  » est également traité dans :

BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 527 mots

Joachim du Bellay n'a jamais eu à subir, comme Ronsard et Villon, un purgatoire de trois siècles avant d'être réhabilité en grande pompe. Il n'a jamais tout à fait cessé d'avoir des lecteurs, même à l'époque où tout ce qui était antérieur à Malherbe paraissait a priori suspect aux gens de goût. Mais on peut se demander s'il a été servi ou desservi par ce privilège insolite. Car l'absence de contes […] Lire la suite

LYONNAIS POÈTES

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 110 mots

La ville de Lyon a connu un remarquable essor au xvi e  siècle. La faveur royale avait donné une nouvelle impulsion au commerce ; et, du point de vue militaire, Lyon a joui d'une situation privilégiée pendant les guerres d'Italie. Des artisans venus de l'étranger profitaient à la région. L' imprimerie, surtout, était en pleine expansion : non seulement les presses étaient légion, mais les imprimeu […] Lire la suite

LES REGRETS, Joachim du Bellay - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 848 mots

En 1553, Joachim du Bellay quitte Paris pour Rome afin d'être le secrétaire de son oncle, le cardinal Jean du Bellay. Pendant ce séjour qui n'est que déception et tracas, Du Bellay compose deux recueils de sonnets –  Les Regrets et les Antiquités de Rome  – publiés en 1558, quelques semaines après son retour en France. Alors que les Antiquités de Rome évoquent la grandeur et le déclin de l'ancie […] Lire la suite

RONSARD PIERRE DE (1524-1585)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 2 913 mots

« C'est plus grand que Virgile et ça vaut Goethe », disait Flaubert de l'œuvre de Ronsard . Précisons qu'il la lisait dans une édition des Œuvres complètes – ce que nos contemporains font rarement –, après s'être aperçu que les anthologies vous privaient du meilleur : « Les plus belles choses en sont absentes. » Depuis cette époque, rien n'a changé. Ronsard est toujours sous le coup des contre-sé […] Lire la suite

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diffusion du pétrarquisme en France »  : […] Phénomène européen, le pétrarquisme fait montre en Italie, en France ou en Angleterre d'une même complexité. Il se caractérise d'un côté par un succès qui en fait une mode, et qui impose un renouvellement constant – le pétrarquisme assagi des Rime (1530) de Bembo différant par exemple des recherches sophistiquées des quattrocentistes –, et d'un autre côté par des crises d'antipétrarquisme, dont t […] Lire la suite

PLÉIADE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 483 mots

La Pléiade offre le premier exemple de ce qui deviendra un phénomène spécifiquement français : l'émergence périodique d'une école littéraire qui, pour un temps, polarise les forces vives de l'intelligence et de la création. Comme les historiens du xix e siècle raffolaient de ce genre de périodisation, on peut se demander si la Pléiade considérée en tant qu'école littéraire a existé ailleurs que d […] Lire la suite

SAINT-GELAIS MELLIN DE (1491-1558)

  • Écrit par 
  • Catherine TRESSON
  •  • 360 mots

Fils naturel ou neveu du rhétoriqueur Octavien de Saint-Gelais, évêque d'Angoulême, Mellin de Saint-Gelais fit dans sa jeunesse un voyage en Italie (Bologne, Padoue) et fut un des introducteurs de l'italianisme en France. Ordonné prêtre, il devint aumônier du dauphin et bibliothécaire de François I er . Poète de circonstance, favori du roi, organisateur des plaisirs de la Cour, Mellin de Saint-Gel […] Lire la suite

SCÈVE MAURICE (1500 env.-env.1560)

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 033 mots

Né à Lyon, Maurice Scève appartenait à une famille qui avait joué un rôle honorable dans la vie de la cité ; son existence reste mal connue. Il a dû faire de solides études ; puis, en 1533, on le trouve à Avignon où il est pour quelque chose dans la « découverte » du tombeau de Laure. Il fréquentait les cercles cultivés de Lyon et a connu les milieux néo-latins où s'épanouissait le sodalitium lug […] Lire la suite

L'ADOLESCENCE CLÉMENTINE, Clément Marot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 918 mots

L'Adolescence clémentine paraît en 1532 et rassemble les textes de jeunesse du poète. Le recueil frappe par sa diversité. Dans son souci de jouer de toute la gamme du langage, Marot est l'héritier des grands rhétoriqueurs, mais c'est aussi un contemporain des humanistes, un poète de cour, un homme préoccupé par les questions religieuses. Son œuvre va s'enrichir de toutes les ressources d'une époq […] Lire la suite

ALCRIPE PHILIPPE LE PICARD dit PHILIPPE D' (1530/31-1581)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 354 mots

Moine normand de l'abbaye cistercienne de Mortemer, dans la forêt de Lyons, Philippe d'Alcripe semble avoir suscité la défiance de ses confrères par une activité littéraire jugée peu sérieuse : c'est en effet l'auteur de La Nouvelle Fabrique des excellents traicts de vérité , un recueil de quatre-vingt-dix-neuf contes facétieux et fantastiques. Histoires de puits qui touche aux antipodes, de nez g […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frank LESTRINGANT, « FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xvie-s/