Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

Qu’est-ce que le xvie siècle ? C’est la faille qui s’insinue entre le Moyen Âge et l’âge classique, une faille euphorique, dynamisante, mais bien vite reniée. Alors que la Renaissance en Italie s’étend sur plusieurs siècles, elle dure deux ou trois générations tout au plus en France. Ouverte avec Marot, grandissante avec Rabelais, confirmée par la Délie de Maurice Scève, elle culmine avec la Pléiade, entre en crise avec Montaigne et disparaît avant Malherbe. Agrippa d’Aubigné, au seuil du xviie siècle, est le témoin de son splendide achèvement.

<em>Allégorie mythologique</em>, Anonyme - crédits : Bridgeman Images

Allégorie mythologique, Anonyme

À vrai dire, on fait correspondre la Renaissance aux guerres d’Italie (1494-1559). C’est le nouvel air qui vient du sud et qui réjouit un temps la France septentrionale jusqu’à la période des guerres de religion qui s’étend sur près de quarante ans et ne prend fin que très provisoirement, avec la paix revenue sous Henri IV. Du sud, le renouveau, une architecture et des arts revigorés, puis très vite, venue de l’est et du nord, la crise, une crise spirituelle, avec la Réforme, et bientôt politique, sans parler de la conjoncture économique qui se dégrade, et une longue agonie, marquée toutefois par des chefs-d’œuvre, dont le palais des Tuileries à Paris, et en littérature par les tragédies de Robert Garnier et les Essais de Montaigne.

Le xvie siècle embrasse en fait une pluralité d’époques. Il commence avec le Moyen Âge finissant et ce qu’il est convenu d’appeler les « grands rhétoriqueurs », avec la farce et la sottie chères à Pierre Gringore. Puis c’est la Renaissance avec la Défense et illustration de la langue française et L’Olive de Joachim du Bellay, les Odes, Les Amours et les Hymnes de Pierre de Ronsard, la Cléopâtre captive d’Étienne Jodelle. Enfin, la période de déclin des guerres civiles verra publier les œuvres du dramaturge Robert Garnier et des poètes Philippe Desportes et Jacques Davy Du Perron, en attendant le sursaut d’Agrippa d’Aubigné. C’est de cette époque tourmentée que surgit un genre nouveau avec les Essais de Montaigne, écrits « à sauts et à gambades » au sein d’une vaste « librairie », c’est-à-dire d’une ample bibliothèque ouverte, d’un côté, sur la cour du château fort et, de l’autre, sur la campagne environnante.

Que dire du xvie siècle, sinon qu’il est triple ou pluriel ? Seule sa période centrale, une quinzaine d’années à peine, correspond à ce que l’on appelle la Renaissance à proprement parler. La Renaissance française, c’est le court règne d’Henri II, de 1547 à 1559. Ensuite vient une longue période de troubles – et pas moins de neuf guerres de religion entrecoupées de moments de paix. Avec l’assassinat d’Henri III, le 1er août 1589, et l’avènement des Bourbons, se dessinent à terme le triomphe de l’absolutisme monarchique et, en littérature, l’affirmation durable du classicisme.

Il est difficile de trouver le point commun entre Marot et Ronsard, Rabelais et Montaigne, sans parler d’Agrippa d’Aubigné, qui ne publia rien avant 1600. À l’époque, il n’existe pas d’académies, du moins de manière continue, malgré une tentative sous Charles IX et Henri III, à l’instigation de Jean Antoine de Baïf. Le français devient la langue administrative sous François Ier, mettant fin au latin et à l’occitan dans les actes de justice, comme le promulgue l’ordonnance de Villers-Cotterêts d’août 1539. Pourtant, et malgré un fort sentiment national né de la guerre de Cent Ans, cette langue française est bien loin d’être partagée par tous les habitants du territoire. Le latin perdure comme langue d’échange entre doctes de toute l’Europe, inspirant des poètes comme du Bellay, qui compose dans cette langue les Xenia ou poèmes d’éloge dédiés aux grands de ce monde.

Un siècle poétique

La poésie embrasse tout le siècle, une poésie extrêmement variée, qui[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Frank LESTRINGANT. FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s. [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 01/04/2020

Médias

<em>Allégorie mythologique</em>, Anonyme - crédits : Bridgeman Images

Allégorie mythologique, Anonyme

<em>Les Massacres du Triumvirat</em>, A. Caron - crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Les Massacres du Triumvirat, A. Caron

La découverte du Nouveau Monde - crédits : New York Public Library/ Rawpixel ; CC0

La découverte du Nouveau Monde

Autres références

  • L'ADOLESCENCE CLÉMENTINE, Clément Marot - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 905 mots

    L'Adolescence clémentine paraît en 1532 et rassemble les textes de jeunesse du poète. Le recueil frappe par sa diversité. Dans son souci de jouer de toute la gamme du langage, Marot est l'héritier des grands rhétoriqueurs, mais c'est aussi un contemporain des humanistes, un poète de...

  • ALCRIPE PHILIPPE LE PICARD dit PHILIPPE D' (1530/31-1581)

    • Écrit par
    • 355 mots

    Moine normand de l'abbaye cistercienne de Mortemer, dans la forêt de Lyons, Philippe d'Alcripe semble avoir suscité la défiance de ses confrères par une activité littéraire jugée peu sérieuse : c'est en effet l'auteur de La Nouvelle Fabrique des excellents traicts de vérité...

  • LES AMOURS, Pierre de Ronsard - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 884 mots

    Le titre Les Amours désigne chez Ronsard une série de publications qui vont de ses débuts littéraires à la fin de sa vie. Célébrant Cassandre, Marie, puis Hélène, il invente un lyrisme qui renouvelle la poésie amoureuse.

  • AMYOT JACQUES (1513-1593)

    • Écrit par
    • 912 mots

    Humaniste et prélat français, c'est en tant que traducteur que Jacques Amyot s'imposa comme grand écrivain. Né à Melun d'une famille modeste, « le Plutarque françois » fait à Paris de brillantes études, de grec notamment, et est reçu maître ès arts à dix-neuf ans. En 1534 ou...

  • Afficher les 64 références