FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Essais de Montaigne

De noblesse toute récente par son père et de mère juive convertie, Michel de Montaigne (1533-1592) possède une solide culture humaniste doublée d’une formation en droit. Les Essais, dont la première édition date de 1580, ont une dette envers la culture juridique du temps, et leur écriture s’apparente à la glose, qui complète, corrige ou infirme sans cesse les commentaires antérieurs. D’où l’intuition de la fragilité du jugement humain, que démontre le cas exemplaire des procès en sorcellerie tel qu’il est examiné, et incriminé, dans le chapitre « Des boiteux » – boiteux comme le diable précisément (Essais, III, 11). Ce constat de fragilité, Montaigne le transporte du domaine du droit à celui de la connaissance en général. Partout, la vérité des choses nous échappe, ou, comme le dit l’« Apologie de Raimond Sebond » en une formule lapidaire, « nous n’avons aucune communication à l’être » (II, 12). Montaigne voit dans la prolifération des commentaires un symptôme du dérèglement de son temps (III, 13). D’où la supériorité des Anciens sur les Modernes, lesquels sont capables au mieux de greffer leurs gloses sur les écrits des premiers, non de leur substituer des œuvres comparables en vérité et en force. Du commentaire, le texte des Essais retient le cours brisé, rebondissant d’allégation en allégation, enchevêtrant les références et multipliant les digressions. Au passage, un chapitre évoque les « Cannibales » ou Indiens du Brésil (I, 31). Un autre, intitulé « Des coches », c’est-à-dire des voitures (III, 6), traite de la conquête de l’Amérique, où les voitures justement n’existaient pas, et de sa destruction brutale. Le tout, sans véritable conclusion, s’achève de manière hédoniste, par le chapitre « De l’expérience » (III, 13), conclu par quelques vers d’Horace. Composés à l’origine de deux livres, les Essais sont sans cesse augmentés d’« allongeails », et d’un troisième livre, en 1588. Sur l’exemplaire de Bordeaux, l’ensemble est complété de centaines de gloses manuscrites, qui seront intégrées aux édit [...]

La découverte du Nouveau Monde

Photographie : La découverte du Nouveau Monde

Photographie

Lorsque Théodore de Bry (1528-1598) publie son livre de gravures illustrant la découverte du Nouveau Monde, en l'occurrence les Indiens de Floride en 1562, il trouble la conscience que les Européens ont acquise d'eux-mêmes et de leur humanité. Une interrogation qui trouve sa pleine expression... 

Crédits : New York Public Library/ Rawpixel ; CC0

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Allégorie mythologique, Anonyme

Allégorie mythologique, Anonyme
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les Massacres du Triumvirat, A. Caron

Les Massacres du Triumvirat, A. Caron
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

La découverte du Nouveau Monde

La découverte du Nouveau Monde
Crédits : New York Public Library/ Rawpixel ; CC0

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVI e s.  » est également traité dans :

L'ADOLESCENCE CLÉMENTINE, Clément Marot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 918 mots

L'Adolescence clémentine paraît en 1532 et rassemble les textes de jeunesse du poète. Le recueil frappe par sa diversité. Dans son souci de jouer de toute la gamme du langage, Marot est l'héritier des grands rhétoriqueurs, mais c'est aussi un contemporain des humanistes, un poète de cour, un homme préoccupé par les questions religieuses. Son œuvre va s'enrichir de toutes les ressources d'une époq […] Lire la suite

ALCRIPE PHILIPPE LE PICARD dit PHILIPPE D' (1530/31-1581)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 354 mots

Moine normand de l'abbaye cistercienne de Mortemer, dans la forêt de Lyons, Philippe d'Alcripe semble avoir suscité la défiance de ses confrères par une activité littéraire jugée peu sérieuse : c'est en effet l'auteur de La Nouvelle Fabrique des excellents traicts de vérité , un recueil de quatre-vingt-dix-neuf contes facétieux et fantastiques. Histoires de puits qui touche aux antipodes, de nez g […] Lire la suite

LES AMOURS, Pierre de Ronsard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 890 mots

Le titre Les Amours désigne chez Ronsard une série de publications qui vont de ses débuts littéraires à la fin de sa vie. Célébrant Cassandre, Marie, puis Hélène, il invente un lyrisme qui renouvelle la poésie amoureuse. […] Lire la suite

AMYOT JACQUES (1513-1593)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 912 mots

Humaniste et prélat français, c'est en tant que traducteur que Jacques Amyot s'imposa comme grand écrivain. Né à Melun d'une famille modeste, « le Plutarque françois » fait à Paris de brillantes études, de grec notamment, et est reçu maître ès arts à dix-neuf ans. En 1534 ou 1535, poussé par le désir de faire du droit, ou par l'inquiétude à la suite de l'affaire des Placards, il se rend à Bourges, […] Lire la suite

AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)

  • Écrit par 
  • Jacques BAILBE
  •  • 1 841 mots

Après la mort de Henri II, la poésie française s'enrichit d'accents nouveaux. On assiste au développement de la poésie sérieuse, avec Du Bartas ( Le Triomphe de la foi , 1574, La Semaine ou Création du monde , 1578), et de la poésie politique et polémique. Les poètes interviennent dans le conflit qui divise la France à l'époque des guerres de Religion, comme l'attestent les poèmes patriotiques de […] Lire la suite

BAÏF JEAN ANTOINE DE (1532-1589)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 646 mots

Poète français qui fit partie de la Pléiade. Dans Défense et illustration de la langue française , Joachim du Bellay cite « ces deux lumières françoyses, Guillaume Budé et Lazare de Baïf ». Fils naturel de ce dernier, Jean Antoine bénéficia d'une éducation humaniste hors pair. Il fut confié dès le berceau à Ange Vergèce et à Charles Estienne, à huit ans à Jacques Toussaint, professeur de grec au C […] Lire la suite

BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 527 mots

Joachim du Bellay n'a jamais eu à subir, comme Ronsard et Villon, un purgatoire de trois siècles avant d'être réhabilité en grande pompe. Il n'a jamais tout à fait cessé d'avoir des lecteurs, même à l'époque où tout ce qui était antérieur à Malherbe paraissait a priori suspect aux gens de goût. Mais on peut se demander s'il a été servi ou desservi par ce privilège insolite. Car l'absence de contes […] Lire la suite

BELLEAU RÉMY ou REMI (1528-1577)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 437 mots

Poète français appartenant à la Pléiade. Né à Nogent-le-Rotrou dans un site champêtre, Rémy Belleau vint à Paris comme précepteur de Charles de Lorraine et résida jusqu'à sa mort en l'hôtel de Guise. Intelligent sans surcharge d'érudition, il était avant tout « un homme qui plaisait ». Il fut l'ami sans nuage de Ronsard et l'on sait que Belleau et Ronsard n'estaient qu'un / Et que tous deux avaie […] Lire la suite

BELLEFOREST FRANÇOIS DE (1530-1583)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 136 mots

Pauvre et peu courtisan, Belleforest vécut de sa plume en exécutant des commandes de libraires. Il séjourna à la cour de Marguerite de Navarre et, après la mort de cette dernière (1549), se fixa à Paris. Polygraphe, il composa, compila, traduisit (Cicéron, Boccace, Bandello...) ou remania plus de cinquante volumes, en vers et en prose. On lui doit d'avoir inspiré le Hamlet de Shakespeare et le V […] Lire la suite

BÉROALDE DE VERVILLE FRANÇOIS BROUARD dit (1556-env. 1629)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 509 mots

Connu surtout comme l'auteur présumé d'un livre qui a obtenu un succès durable, le Moyen de parvenir , Béroalde de Verville a par ailleurs publié des ouvrages nombreux et variés, injustement méprisés. Il est successivement « un étudiant humaniste ; un poète famélique en quête de mécène » ; puis, après avoir abjuré le protestantisme, « un soldat poète dans le goût de [...] d'Aubigné ; un chanoine […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frank LESTRINGANT, « FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xvie-s/