GARNIER ROBERT (1544-1590)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète et dramaturge français. Originaire du Maine, après avoir étudié le droit à Toulouse, Robert Garnier est en 1567 avocat au parlement de Paris, conseiller au présidial du Mans en 1569 et lieutenant criminel du Maine en 1574. Conseiller du roi Henri II avant de passer à la Ligue, il trépassa en pleine guerre civile. Bien que, dès 1566, il ait été lauréat aux Jeux floraux de Toulouse pour des Plaintes amoureuses apparentées à la poésie de la Pléiade, il abandonna tôt le lyrisme pour s'adonner au théâtre. On lui doit néanmoins quelques poèmes académiques à thème officiel. Citons notamment : Chant royal allégorique des troubles passés de la France, Hymne à la monarchie, Épitaphe de la reine d'Espagne, Élégie sur la mort de Ronsard.

Les tragédies de Garnier ont été écrites durant la période sans doute la plus creuse de l'histoire du théâtre français. Le temps n'est pas loin où l'Écossais Buchanan composait en latin des tragédies françaises. Entre l'exécution par le parlement du mystère médiéval (1548) et Corneille s'écoula presque un siècle de recherches, de tâtonnements, de tentatives dans des directions fort diverses. À vol d'oiseau, une époque médiocre sans réussite éclatante, un temps somme toute embryonnaire durant lequel le théâtre sérieux demeura confiné dans des cercles érudits ou mondains dont il ne franchit que rarement l'audience. Comme il se doit, le théâtre de la Renaissance se réfère aux Anciens et l'imitation y est de règle. Depuis la Cléopâtre de Jodelle (1553), on s'essaye à la tragédie. Il est juste de dire que ces essais ne constituent ni des tragédies grecques ou latines ni des tragédies françaises à la manière de Corneille ou de Racine ; il s'agit d'un genre intermédiaire qu'on a pu dénommer « élégies dramatiques » en raison de leur manque d'action, de l'aspect monolithique des caractères ainsi que de leurs effusions lyriques. On y rangera sans difficulté les premières pièces de Garnier : Porcie, épouse de Brutus (1568), Hippolyte, fils de Thésée (1573) et Cornélie, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GARNIER ROBERT (1544-1590)  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 834 mots

Dans le chapitre « Le théâtre : des mystères aux genres classiques »  : […] Les formes médiévales, telles que le miracle ou le mystère, sans oublier la farce et la sottie, continuent d’être jouées en France au moins jusqu’au milieu du siècle. La tragédie naît avec l’ Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze (1519-1605), pièce biblique en cinq actes à la fin bienheureuse. Comme le sous-titre l’indique, c’est la première « tragédie française » créée à Lausanne en 1550, san […] Lire la suite

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse et évolution »  : […] Quand l'essentiel du théâtre sérieux était représenté en France par les mystères et les moralités, le terme même de tragédie n'évoquait pas autre chose que le récit, sous quelque forme littéraire que ce fût, d' histoires tragiques , consacrées au meurtre, au viol, aux horreurs de la guerre. La tragédie française est née vers 1550 de la conjonction de plusieurs influences : théâtre scolaire néo-la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « GARNIER ROBERT - (1544-1590) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-garnier/