BAÏF JEAN ANTOINE DE (1532-1589)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète français qui fit partie de la Pléiade. Dans Défense et illustration de la langue française, Joachim du Bellay cite « ces deux lumières françoyses, Guillaume Budé et Lazare de Baïf ». Fils naturel de ce dernier, Jean Antoine bénéficia d'une éducation humaniste hors pair. Il fut confié dès le berceau à Ange Vergèce et à Charles Estienne, à huit ans à Jacques Toussaint, professeur de grec au Collège royal, avant de recevoir l'enseignement de Jean Dorat lui-même, qui devint son précepteur en même temps que celui de Ronsard dans la demeure des Baïf. À la mort du père en 1547, Jean Antoine suivit Dorat au collège de Coqueret, dont il était devenu le principal, où le rejoignirent Ronsard puis Du Bellay ; marathon d'humanisme au sens plénier du terme, ce fut aussi un beau et grand départ, celui de la Pléiade.

Clerc tonsuré, protégé de Charles IX, Baïf suscite en 1570, avec le concours du musicien Thibault de Courville, une académie de poésie et de musique qui se fondit en 1574 avec l'Académie du palais, créée par Henri III. On ne peut plus érudit, esprit inventif et tâtant de tout, Jean Antoine aspirait à renouveler la rythmique traditionnelle, grâce à un apport musical dû à la métrique gréco-latine, ainsi qu'à réformer l'orthographe en s'appuyant sur la phonétique. Nouveautés dont témoignent en 1574 les Etrénes de poezie fransoèze en vers mezurés ainsi que les Chansonnettes mesurées, où interviennent maints thèmes populaires.

L'année précédente, les Euvres en rime présentaient une sorte de synthèse de l'œuvre antérieure de l'auteur dont la publication avait commencé au moins depuis 1552. Outre des poèmes divers, on y trouve des Amours non moins diverses — de Francine, de Méline et d'autres —, des Jeux, parmi lesquels une traduction de l'Antigone de Sophocle en alexandrins, L'Eunuque de Térence, enfin des Passetems (sorte de recueil d'épigrammes). Si la variété apparaît le caractère dominant de cette somme où les conceptions, les sujets et les formes se multiplient à l'envi, le talent de l'auteur s'y révèle inégal. D'où sans doute le succès relatif d'un ouvrage où à l'érudition parfois encombrante se mêlent des ardeurs qui n'ont rien de platonique et qui s'apparentent aux pages les plus érotiques de Ronsard. Ce qui n'empêcha pas le poète d'être aussi sensible au spirituel, ainsi qu'en témoignent les Prières (1587) tirées du Livre de Job et ses Psautiers qu'il travailla durant vingt ans (1567-1587) à traduire en latin et en français. En 1576, sous l'influence du courant gnomique, il publia Mimes, enseignements et proverbes, ouvrage qui connut des rééditions augmentées de textes inédits où se remarque une progression vers la satire.

Jean Antoine de Baïf pratiqua tous les genres littéraires en vogue à son époque, du lyrisme à la facétie, du théâtre tragique ou comique. Dans aucun il ne fut vraiment éminent et, malgré les effusions spontanées d'un tempérament fervent et voluptueux qui arrivent à ouvrir une brèche dans le réseau combien dense des réminiscences, qu'elles soient de Pétrarque, des Anciens ou des contemporains, il n'arrive pas à s'imposer. Il reste l'humaniste érudit, l'authentique homme de la Renaissance, par sa vitalité, son ouverture d'esprit en perpétuelle recherche. Et, tant par ses adaptations de Plaute (Le Brave, 1567, d'après le Miles gloriosus), d'Hésiode, de Pythagore... que par ses écrits personnels, il n'a cessé d'être fidèle au programme qu'il s'était proposé : Des Grecs et des Latins imitant l'excellence, / De vers et chants réglés décorer notre France.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAÏF JEAN ANTOINE DE (1532-1589)  » est également traité dans :

COQUERET COLLÈGE DE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 336 mots

Fondé en 1418 sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris par Nicolas Coquerel ou Coqueret, le collège de Coqueret reste obscur jusqu'à ce que, à la rentrée de 1547, Jean Dorat y soit nommé professeur, et sans doute principal : il devient dès lors le berceau de ce qu'on appellera la Pléiade. Autour de Dorat sont rassemblés un grand nombre d'étudiants, et surtout un petit groupe d'internes, parmi lesq […] Lire la suite

GNOMIQUE POÉSIE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 268 mots

Mettre en vers des sentences, des maximes ou des préceptes moraux sert avant tout leur mémorisation, mais leur attrait esthétique ainsi augmenté doit contribuer à leur meilleure propagation. Aussi la poésie gnomique existe-t-elle depuis toujours. Elle est très présente dans la littérature orale, les proverbes rimés et rythmés en relèvent aussi. Le premier et le plus illustre auteur du genre est in […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 835 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Pléiade »  : […] La Pléiade , d’abord nommée la Brigade, marque une rupture. En 1549 est donc publiée la Défense et illustration de la langue française de Joachim du Bellay , qui souhaite que la France « enfante bientôt un Poète, dont le Luth bien résonnant fasse taire ces enrouées Cornemuses ». Le manifeste de du Bellay instaure la prépondérance des genres non lyriques. En effet, sur dix genres proposés à l’ému […] Lire la suite

MAUDUIT JACQUES (1557-1627)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 478 mots

Compositeur, luthiste et humaniste parisien à l'esprit universel. Mauduit étudia les lettres et la philosophie, séjourna en Italie, exerça la charge de garde du dépôt des requêtes du palais, qu'il héritait de son père, devint secrétaire ordinaire de la reine, tout en s'adonnant sérieusement à la musique. En 1581, il remporta un prix de composition au puy musical d'Évreux avec son motet Afferte Do […] Lire la suite

PLÉIADE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 483 mots

Dans le chapitre « Du centre à la périphérie »  : […] Ce qui brouille les pistes, c'est le chiffre sept qui ne correspond qu'à un symbole. En regardant de près la structure et le fonctionnement de cette microsociété, on s'aperçoit qu'il existe en son centre un noyau dur, irréductible à tous les changements, et formé de ceux que Claude Binet, après la mort de Ronsard, désigne sous le nom d'« heureux triumvirat » : Ronsard, Baïf et Du Bellay. Ceux-là […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « BAÏF JEAN ANTOINE DE - (1532-1589) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-antoine-de-baif/