Baroque, littérature


ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 424 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'âge baroque et ses prolongements (1600-1750) »  : […] L'humanisme, trop tôt arrêté dans sa course par le débat religieux, n'a pas eu le temps de donner à l'Allemagne une grande littérature en langue nationale qui puisse rivaliser avec celle des Anciens. Combler ce retard, telle est l'ambition qui marque, au siècle suivant, la naissance de la littérature baroque dans l'un de ses aspects essentiels. En même temps […] Lire la suite

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le baroque littéraire »  : […] La notion de « baroque littéraire », ou de « littérature baroque », s'est constituée tardivement, sous une double dépendance.L'idée provient d'un déplacement vers la littérature des hypothèses théoriques élaborées, à la fin du xixe siècle, sur la notion de baroque appliquée aux arts d'organisation de l'espace (compositions architecturales et picturale […] Lire la suite

BAROQUE / CLASSIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 570 mots

Comme de nombreux termes employés dans les études littéraires, et plus largement culturelles, par exemple celui de « réalisme », les qualificatifs « baroque » et « classique » – ou leurs formes substantivées « baroque » et « classicisme » – relèvent d'une double approche, théorique et historique. Il s'agit de concepts appliqués à un style, un courant, une période, mais sans s'y réduire. Souvent, l […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 761 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Maniérisme et baroque »  : […] Le baroque s’inscrit sous le signe de Circé, pour le goût des métamorphoses, la peinture d’un univers en mouvement, instable jusqu’au vertige, et sous le signe du paon, pour la recherche de l’ostentation. La parole baroque, magistrale, cherche à convaincre et se donne comme discours de vérité, alors que la parole maniériste veut seulement séduire, troubler, se […] Lire la suite