HOLBEIN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Portrait d'Érasme

Portrait d'Érasme
Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

photographie

Allégorie de l'Ancien et du Nouveau Testament, H. Holbein le Jeune

Allégorie de l'Ancien et du Nouveau Testament, H. Holbein le Jeune
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les Ambassadeurs, H. Holbein le Jeune

Les Ambassadeurs, H. Holbein le Jeune
Crédits : Bridgeman Images

vidéo

Henry VIII, Hans Holbein le Jeune

Henry VIII, Hans Holbein le Jeune
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Les plus célèbres représentants des Holbein, famille de peintres d'origine souabe, sont Hans Holbein l'Ancien (1465 env.-1524) et son fils Hans Holbein le Jeune (1497-1543). Sigmud ( ?-1540), frère du premier, n'est plus guère qu'un nom. D'Ambrosius (1494 ?-1519), frère aîné du second, disparu tôt, subsistent quelques œuvres qui témoignent de grandes qualités, mais ne permettent de le comparer ni à son père ni à son cadet.

Malgré les liens qui les unissent, ces deux derniers appartiennent à deux univers très différents. De peu plus âgé que Dürer, Hans Holbein l'Ancien reste cependant un représentant typique et attardé de la peinture du gothique finissant, à la fois par la nature de ses travaux et par son art étranger aux préoccupations qui agitèrent les maîtres de la phase héroïque de la Renaissance allemande, les Dürer, Grünewald, Cranach, Altdorfer et Baldung Grien.

D'une génération plus jeune qu'eux, Hans Holbein le Jeune est au contraire un pur artiste des temps nouveaux. On dit souvent que ce qu'ils durent acquérir à grand-peine lui fut donné en héritage ; cela est vrai, dans la mesure où l'on ne trouve pas trace dans son œuvre des efforts d'un Dürer pour s'assimiler les principes de l'art italien, car très tôt sa maîtrise fut parfaite. Mais il ne succomba pas pour autant, comme certains de ses contemporains en Allemagne, et comme les romanistes flamands, au prestige des maîtres d'outremonts. Il a su créer un univers qui lui est propre, un univers purement humain, et dont toute rhétorique fut bientôt bannie. Sa rigueur, son objectivité pénétrante, alliées à un sens très sûr de la vie, font de lui l'un des plus grands, sinon le plus grand portraitiste de tous les temps, et le firent placer par l'Italien Federico Zuccaro au-dessus même de Raphaël.

Holbein l'Ancien

Un peintre traditionnel

Hans Holbein l'Ancien diffère des peintres allemands du xve siècle en ce que sa vie comme son œuvre, malgré d'importantes lacunes, sont relativement b [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification


Autres références

«  HOLBEIN LES  » est également traité dans :

HOLBEIN LE JEUNE. LES ANNÉES BÂLOISES (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 897 mots

En 2003, le Mauritshuis de La Haye, qui possède trois portraits peints par Hans Holbein le Jeune, présentait une exposition intitulée Hans Holbein, portraitiste de la Renaissance. On pouvait y voir la célèbre Madone de Darmstadt, ou Madone du bourgmestre Jakob Meyer, conservée depuis le xixe  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/holbein-le-jeune-les-annees-baloises/#i_18036

BÂLE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 025 mots

À Bâle, ville rhénane à la forte tradition humaniste et économique, l'initiative privée s'est de tout temps alliée aux institutions publiques pour favoriser le développement culturel de la cité : la Collection publique des beaux-arts – c'est son nom officiel – en est le reflet. Elle doit son prestige à un noyau d'œuvres exceptionnelles du xvi e  s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-des-beaux-arts-de-bale/#i_18036

FROBEN JOHANN (1460 env.-1527)

  • Écrit par 
  • Albert LABARRE
  •  • 601 mots

Né à Hammelburg (basse Franconie), Johann Froben aurait travaillé chez Anton Koberger à Nuremberg, puis chez Johann Amerbach à Bâle. Le 13 novembre 1490, il obtient le droit de bourgeoisie dans cette ville et y ouvre un atelier d'imprimerie l'année suivante. En 1494, il s'associe avec son compatriote Johann Petri et, en 1502, avec Johann Amerbach ; ceux-ci meurent respectivement en 1511 et en 1513 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-froben/#i_18036

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Copie et reproduction depuis la Renaissance

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « Copie artisanale et reproduction multiple »  : […] Dans le phénomène de la reproduction, il faut considérer deux visées différentes : celle qui aspire à réaliser artisanalement une copie aussi fidèle que possible et celle qui se donne pour fin la répétition en grande quantité d'une image, plus ou moins fidèle, d'une œuvre authentique. Dans le cas de la copie artisanale, il ne s'agit pas seulement d'imiter un objet, mais de refaire ce qu'a fait un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-des-oeuvres-d-art-copie-et-reproduction-depuis-la-renaissance/#i_18036

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « HOLBEIN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-holbein/