SCHONGAUER MARTIN (1435 env.-1491)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Vierge au buisson de roses, M. Schongauer

La Vierge au buisson de roses, M. Schongauer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Noli Me Tangere, M. Schongauer et son atelier

Noli Me Tangere, M. Schongauer et son atelier
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Peintre et graveur allemand de la seconde moitié du xve siècle. La date de naissance de Schongauer est inconnue et a donné lieu à de longues discussions ; on s'accorde aujourd'hui assez généralement à penser qu'elle doit se situer avant 1450. Il était fils d'un orfèvre d'Augsbourg venu s'établir à Colmar. Nous ignorons tout de sa formation de peintre, mais il est probable qu'il se rendit aux Pays-Bas pendant son tour de compagnon. Certaines de ses œuvres ont fait supposer qu'il avait aussi voyagé en Espagne. En 1469, il est établi à Colmar ; il s'y trouve encore en 1488, mais l'année suivante il est devenu bourgeois de Brisach dans le pays de Bade. C'est là qu'il meurt après avoir sans doute exécuté dans l'église de la ville une grande fresque du Jugement dernier : restaurée entre 1932 et 1934, cette fresque lui a été attribuée, bien qu'elle ne soit pas signée. Outre quelques dessins à la plume, esquisses ou études (dont une copie du Christ du Retable du Jugement dernier de Roger de La Pasture à Beaune, qu'il a donc certainement vu), sa production se partage entre la peinture et la gravure sur cuivre. Cette dernière technique, que venait d'illustrer le Maître E. S., était encore récente ; Schongauer l'éleva au rang de grand art. Ses nombreuses gravures (nous en possédons cent seize) connurent un immense succès et servirent de modèle à beaucoup de peintres de la fin du xve siècle. Le jeune Dürer y fut particulièrement sensible, et c'est en partie à leur exemple que se forma son style graphique. Les figures, de cette maigreur un peu anguleuse alors à la mode dans l'art allemand sous l'influence de la peinture flamande, sont traitées avec une élégance raffinée ; certaines compositions, très dépouillées, tirent de leur simplicité même leur pouvoir de suggestion. Mais l'œuvre la plus populaire de Schongauer est le grand tableau [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification


Autres références

«  SCHONGAUER MARTIN (1435 env.-1491)  » est également traité dans :

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 517 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Entre la tradition gothique et l'exemple italien »  : […] Dürer reçut une formation traditionnelle. Il commença par apprendre le métier d'orfèvre, apprentissage qui explique certainement son habileté à manier le burin. Ayant manifesté très tôt le désir de devenir peintre, il fut placé dans l'atelier de Wolgemut, artiste médiocre et tourné vers le passé. En 1490, il part pour Colmar avec l'intention de travailler auprès de Martin Schongauer, que ses grav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-durer/#i_17334

DVOŘÁK MAX (1874-1921)

  • Écrit par 
  • Roland RECHT
  •  • 993 mots

Né à Roudnice, en Tchécoslovaquie, Dvořák fait ses études à l'université de Vienne où il est l'élève de Riegl et de Wickhoff et où il est nommé à son tour titulaire de la chaire d'histoire de l'art. De l'enseignement de ses maîtres, il retient que l'histoire de l'art doit porter sur l'inventaire, l'analyse et la critique de toutes les œuvres. Nommé responsable du service d'État des Monuments histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-dvorak/#i_17334

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Langage et signification »  : […] L'intérêt de la gravure et sa richesse viennent en grande partie de ce que ses fonctions utilitaires ne l'ont jamais empêchée d'être simultanément un art original et non fonctionnel. De là les insolubles querelles entre graveurs et artistes, qui se reproduisirent en 1839 entre graveurs et photographes, pour savoir si la gravure appartient ou non à un art. Cette réticence vient surtout de la prése […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_17334

HOLBEIN LES

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 606 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un peintre traditionnel »  : […] Hans Holbein l'Ancien diffère des peintres allemands du xv e siècle en ce que sa vie comme son œuvre, malgré d'importantes lacunes, sont relativement bien connues. Né à Augsbourg, il appartient à un milieu d'artisans dont il mène la modeste existence. Après un séjour à Ulm où il exécute, en collaboration avec le sculpteur Michel Erhart, un retab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-holbein/#i_17334

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « SCHONGAUER MARTIN (1435 env.-1491) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-schongauer/