KABBALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du XVIe siècle à l'époque contemporaine

L'expulsion d'Espagne se répercuta profondément sur l'évolution de la kabbale. De mouvement purement spéculatif et réservé à une élite intellectuelle, elle se transforma sous l'effet de la catastrophe historique et sociale en un mouvement messianique touchant de larges couches populaires. Elle fut considérée comme le facteur principal du rétablissement de l'équilibre initial et de l'événement messianique qui en est le corollaire ; dans certaines branches radicales, elle fut consciemment utilisée pour influer sur le cours de l'histoire.

L'école de Safed et Isaac Luria

À partir de 1530, le centre du renouveau doctrinal est Safed, petite ville de Galilée. Les idées théosophiques pénètrent toutes les disciplines ; même des juristes comme Joseph Karo se situent sur le terrain de la kabbale et se réclament, comme plusieurs de leurs contemporains, de révélations personnelles. Le penseur le plus significatif de la première période de Safed est Moïse Cordovero (1522-1570). Son œuvre principale, le Pardes rimonim (Jardin des grenades, 1548), véritable somme de l'enseignement de la nouvelle école marque déjà, tout en se référant au Zohar, d'importants écarts par rapport à la kabbale d'Espagne.

Le personnage central dont l'influence donne à la théosophie de Safed une orientation nouvelle est Isaac Luria (1534-1572). Son enseignement, entièrement oral, a été conservé dans la rédaction écrite qu'en a faite son disciple Ḥayyim Vitale (mort en 1620). En plaçant à l'origine du monde le drame cosmologique de la rétraction (ṣimṣum) de la lumière divine ; en enseignant la formation de l'univers actuel après l'échec de plusieurs tentatives de création, et le drame psychologique qui s'ensuivit – la chute de l'âme primordiale, fragmentée depuis son exil, et sa réintégration progressive –, la doctrine lurianiste marque un nouvel épanouissement de la tendance gnostique dans la kabbale. La technique de contemplation fondée sur l'oraison méditative, qui apparut déjà en Espagne, sera élaborée en tant que discipline spirituelle principale et considérée comme telle. Plus que tout autre système, le lurianisme est centré sur une perspective messianique, qui ne tardera pas à dévier dans des mouvements hétérodoxes en actualisant les tendances apocalyptiques dans la conscience populaire. En dehors de la Palestine, l'enseignement de Luria est diffusé en Italie par son disciple Israël Sarug ainsi que dans l'œuvre, fortement teintée de philosophie néo-platonicienne, d'Abraham Herrera (Sha‘ar ha-shamayim, La Porte des cieux) et dans les exposés d'allure systématique de Naftali Herz ben Jacob (Emeq ha-melek, 1648, La Vallée du roi) ou de Menaḥem Azaria de Fano.

Le sabbataïsme

Une branche radicale du lurianisme a conduit à la déviation sabbataïste. Sabbataï Zvi (1626-1676), mystique de tempérament instable et maladif, se présenta en 1665, sous l'instigation du « prophète » Nathan de Gaza, comme le Messie dont l'avènement était attendu, d'après des calculs messianiques, depuis 1648. Le mouvement prit rapidement une telle ampleur qu'il éveilla la méfiance de la Sublime Porte. Le pseudo-messie fut emprisonné et n'échappa à la peine capitale qu'au prix de l'apostasie. Cet acte, interprété par Nathan de Gaza comme partie intégrante de la mission terrestre du Messie, fut largement imité par ses sectateurs. Pour la première fois dans l'histoire du judaïsme un mouvement mystique brisait les cadres de l'orthodoxie.

Un phénomène analogue se produisit au siècle suivant en Pologne, où un adepte du sabbataïsme, Jacob Frank (1726-1791), réveillant les tendances antinomiques du lurianisme, entraîna ses disciples à rejeter ouvertement toute loi religieuse et à adopter le catholicisme comme « religion de couverture ».

Le mouvement hassidique de Pologne

Le dernier courant issu du lurianisme se répandit en Pologne à partir des années 1750. Consciencieusement épuré de l'extrémisme messianique par ses fondateurs, Israël Baal Shem Ṭob et ses premiers disciples, ce mouvement, qui fut appelé hassidisme bien qu'il n'ait aucune continuité idéologique avec son homonyme du Moyen Âge, suscita un réveil religieux dans les masses dont les aspirations spirituelles ne pouvaient être comblées par le légalisme trop formaliste des rabbins talmudistes. L'idéal moral, reflet des valeurs théosophiques sur le plan éthique, est proposé au ḥassid, et pleinement réalisé par le ṣaddiq, l'homme de Dieu. Ce courant fait appel à la foi pure de préférence à la spéculation intellectuelle, sans que celle-ci, toutefois, cesse de jouer un rôle considérable dans les écrits théoriques du mouvement, comme c'est le cas surtout dans l'école lithuanienne fondée par Shnéor de Ladi. Le hassidisme est encore bien vivant de nos jours, notamment aux États-Unis et en Israël, après la disparition des communautés de l'Europe orientale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KABBALE  » est également traité dans :

LIVRE DE LA SPLENDEUR, KABBALE JUIVE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 223 mots

À côté de la Torah et du Talmud axés sur les aspects juridiques et moraux, enseignés publiquement dans les académies, un courant mystique réservé à des initiés se développe à partir de la fin du second temple (70) et durant le Moyen Âge : la Kabbale ou tradition. Des cénacles kabb […] Lire la suite

ABRAHAM BEN DAVID DE POSQUIÈRES (1125-1199)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 349 mots

Célèbre dans le monde juif du xii e siècle par son école talmudique ( yeshīvah ), Abraham ben David est né à Narbonne, où son père Abraham ben David, qui a eu une influence durable sur son orientation, était président du tribunal religieux. L'école dont il prit la direction à Posquières recevait des savants de tous les pays d'Europe, et plusieurs de ses disciples sont devenus des rabbins et des a […] Lire la suite

ABULAFIA ABRAHAM BEN SAMUEL (1240-apr. 1291)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 340 mots

Kabbaliste né à Saragosse, Abulafia voyage dès sa première jeunesse en Palestine, où la guerre des chrétiens contre les musulmans l'arrête à Acre et le force à revenir en Europe. Il se marie en Grèce, puis séjourne quelque temps en Italie, à Capoue, où il étudie sous la direction de Hillel ben Samuel de Vérone et de Baruch Togarmi, auteur d'un commentaire du Sefer Yesira . Il commence à enseigner […] Lire la suite

AZRIEL DE GÉRONE (1re moitié XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 333 mots

Kabbaliste appartenant au Cénacle des kabbalistes de Gérone, qui était le deuxième après celui de la Provence et était constitué des disciples d'Isaac l'Aveugle. Azriel était le contemporain et, suivant certaines traditions, le gendre de Ezra ben Salomon, kabbaliste lui-même et auteur d'un Commentaire sur le Cantique des cantiques (trad. G. Vajda, Paris, 1969). On ne connaît pratiquement rien de […] Lire la suite

BAAL SHEM TOV ISRAËL BEN ÉLIÉZER dit LE (1700 env.-1760)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 931 mots

L'application hébraïque de Baal Shem Tov ( Ba‘al Šem Tov  : maître du Nom [divin] ou maître du Bon Nom [divin]  ; abrégé en Bešt ) désignait au xvii e siècle, chez les juifs d'Europe centrale un thaumaturge en état d'effectuer des guérisons par l'usage magique du Nom divin qu'il connaissait par grâce spéciale. Elle désigne aujourd'hui un maître spirituel dont la vie émerge mal de la légende et a […] Lire la suite

CARO JOSEPH (1488-1575)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 500 mots

Maître des talmudistes et de la communauté de Safed au xvi e siècle, Joseph Karo naquit sans doute à Tolède en Espagne. Après l'expulsion de 1492, sa famille s'exila au Portugal et prit le chemin de la Turquie. Il vécut là quarante années, d'abord à Istanbul, puis à Andrinople, à Nicosie et à Salonique. Il eut pour premier maître son père, Éphraïm Karo, talmudiste de classe. Le martyre de Salomon […] Lire la suite

CORDOVERO MOÏSE (1522-1570)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 408 mots

Il fut l'élève de Joseph Karo et de Salomon Alkabetz, et le maître d'Isaac Luria. Cordovero est, avec ce dernier, la plus grande figure du centre kabbalistique de Safed (en Galilée) au xvi e siècle. Les deux œuvres principales de Moïse Cordovero sont le Pardess Rimmonim ( Jardin des grenades ), qu'il acheva à l'âge de vingt ans, et le Elimah Rabbati , terminé dix ans plus tard. Il rédigea aussi […] Lire la suite

ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 415 mots

Une des figures dominantes du judaïsme allemand au Moyen Âge, Éléazar, né à Mayence, étudie dans les grandes académies talmudiques de France et de la vallée du Rhin. Il appartient à la grande famille des Kalonymides. Son père, Judah ben Kalonymos, lui enseigne la halakah et la théologie ésotérique ; mais, concernant cette dernière, ce fut Judah ben Samuel le Hassid (le Pieux), la plus grande figu […] Lire la suite

FLUDD ROBERT (1574-1637)

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une métaphysique de la lumière et des ténèbres »  : […] Fludd paraît profondément marqué par la condamnation paulinienne des philosophes qui tentent de découvrir la vérité par la seule raison plutôt que par la méditation de la parole divine. Aussi sa pensée s'appuie-t-elle avant tout sur la Bible. Cependant, elle puise aussi abondamment dans les écrits d'Hermès Trismégiste (que Fludd jugeait authentiques, et dans lesquels il incluait le Liber XXIV phi […] Lire la suite

GILLES DE VITERBE (1465-1532)

  • Écrit par 
  • François SECRET
  •  • 238 mots

Ermite de Saint-Augustin, Gilles (Aegidius Viterbiansis — Egidio Antonino da Viterbo), né à Viterbe, fut général de son ordre au temps de la jeunesse de Luther, puis cardinal. Il fut le maître de Girolamo Seripando (1492-1563) et il est resté longtemps célèbre pour avoir, au concile du Latran de 1512, invité l'Église à se réformer. Cet humaniste, dont l'œuvre, en raison de ses activités, est resté […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François SECRET, Gabrielle SED-RAJNA, « KABBALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/