CORDOVERO MOÏSE (1522-1570)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il fut l'élève de Joseph Karo et de Salomon Alkabetz, et le maître d'Isaac Luria. Cordovero est, avec ce dernier, la plus grande figure du centre kabbalistique de Safed (en Galilée) au xvie siècle. Les deux œuvres principales de Moïse Cordovero sont le Pardess Rimmonim (Jardin des grenades), qu'il acheva à l'âge de vingt ans, et le Elimah Rabbati, terminé dix ans plus tard. Il rédigea aussi un commentaire du Zohar intitulé 'Or ha-Yaqar (La Lumière précieuse). Parmi ses autres œuvres figurent des commentaires sur les prières, en particulier le Tefilah le-Moshĕ (Prière pour Moïse), et son traité d'éthique kabbalistique Tomēr Dĕborah.

L'œuvre de Cordovero est une tentative pour synthétiser de manière très spéculative les différents courants de la kabbale. L'auteur cherche à harmoniser les conceptions du Zohar avec celles des Tiqqunim et du Raya Mēhēmna. Il voit en Dieu l'être nécessaire et la cause première de toutes choses, qui transcende le reste des êtres, auquel aucun attribut positif ne convient. Cordovero est en cela l'héritier de la théologie maimonidienne. En ce qui concerne le problème de la nature des sefirot — substance divine ou kēlim (instruments, réceptacles) —, il répond que ce sont des essences émanées à l'extérieur de Dieu, mais que la substance divine leur est immanente comme l'âme l'est au corps. Il les considère cependant simultanément comme les instruments par lesquels Dieu régit l'Univers. Tout ce qui émane ainsi procède de la volonté divine, dont les volitions se trouvent rapportées asymptotiquement à l'essence de la divinité.

Le processus de l'émanation est conçu comme une dialectique entre occultation et dévoilement, comme un processus dynamique et réflexif qui s'accomplit aussi bien à l'intérieur de chaque sefira que dans le passage d'une sefira à une autre. L'ensemble du monde de l'émanation est bâti et consolidé par le double processus de la lumière directe ('Or Yašar) et de la lumière réfléchie ('Or Ḥozēr). C'est cette dernière sorte de lumière qui est à l'origine de la manifestation de la rigueur (Dīn).

Par sa puissance spéculative, Cordovero exerça une influence profonde sur de nombreux kabbalistes, particulièrement en Italie et en Pologne.

—  Roland GOETSCHEL

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  CORDOVERO MOÏSE (1522-1570)  » est également traité dans :

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « L'école de Safed et Isaac Luria »  : […] À partir de 1530, le centre du renouveau doctrinal est Safed, petite ville de Galilée. Les idées théosophiques pénètrent toutes les disciplines ; même des juristes comme Joseph Karo se situent sur le terrain de la kabbale et se réclament, comme plusieurs de leurs contemporains, de révélations personnelles. Le penseur le plus significatif de la première période de Safed est Moïse Cordovero (1522-1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32076

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « CORDOVERO MOÏSE - (1522-1570) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-cordovero/