AZRIEL DE GÉRONE (1re moitié XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Kabbaliste appartenant au Cénacle des kabbalistes de Gérone, qui était le deuxième après celui de la Provence et était constitué des disciples d'Isaac l'Aveugle. Azriel était le contemporain et, suivant certaines traditions, le gendre de Ezra ben Salomon, kabbaliste lui-même et auteur d'un Commentaire sur le Cantique des cantiques (trad. G. Vajda, Paris, 1969). On ne connaît pratiquement rien de la vie d'Azriel. Son œuvre est presque entièrement éditée (son commentaire sur les Aqqadot du Talmud a fait l'objet d'une édition critique due à Y. Tishby, Jérusalem, 1945) et en partie traduite (son Commentaire sur la liturgie quotidienne par G. Sed-Rajna, Leyde, 1973 ; le Commentaire sur les sacrifices par G. Vajda, Paris, 1969). Elle a été analysée par G. Scholem dans Les Origines de la kabbale (Paris, 1966).

Penseur d'envergure, remarquablement informé même sur les courants doctrinaux extérieurs au judaïsme (doctrines pythagoriciennes et néo-platoniciennes, diffusées à l'époque dans des écrits pseudépigraphes ou anonymes), Azriel est l'une des figures les plus originales de la kabbale d'Espagne. Son enseignement, fondé sur les sefirot, contient des développements métaphysiques importants sur la distinction entre l'unité métaphysique, la monade, et l'unité théologique, identique à la première entité de la manifestation.

Suivant G. Scholem, parmi les termes techniques qui apparaissent uniquement dans les œuvres d'Azriel, plusieurs portent les traces d'une influence directe (et d'une traduction littérale) d'expressions latines employées par Jean Scot Érigène dans son De divisione naturae. Les liens historiques entre les deux auteurs ne sont pas établis ; mais l'on sait que l'activité d'Azriel se situe à l'époque où les œuvres d'Érigène connaissent, à la suite de leur condamnation, une nouvelle diffusion.

—  Gabrielle SED-RAJNA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  AZRIEL DE GÉRONE (1 re moitié XIII e s.)  » est également traité dans :

JUDA DE RATISBONNE dit JUDA LE PIEUX (1150-1217)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 401 mots

Le maître le plus éminent du mouvement piétiste rhénan. Juda vécut quelque temps à Spire, mais passa la plus grande partie de sa vie à Ratisbonne. En dehors des légendes colportées à son sujet, on ne connaît que peu de détails sur son existence. Ce silence est volontaire : Rabbi Juda ou Juda le Pieux ne signait pas ses livres de son nom, de peur que ses enfants n'en tirent de l'orgueil ; et même s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-de-ratisbonne/#i_32035

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « Le cénacle de Gérone »  : […] Entre 1200 et 1260, Gérone est un centre actif qui compte parmi ses membres les penseurs les plus marquants de la kabbale : Juda ben Yaqar, Ezra ben Salomon, Azriel, Jacob ben Sheshet, Moïse ben Naḥman. Leurs écrits, presque tous édités et même en partie traduits, reflètent des différences d'ordre doctrinal d'un auteur à l'autre et aussi, pour la première fois dans cette littérature ésotérique, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32035

Pour citer l’article

Gabrielle SED-RAJNA, « AZRIEL DE GÉRONE (1re moitié XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/azriel-de-gerone/