TŌRAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le judaïsme se distingue des autres religions révélées par le fait qu'il place au centre de la révélation la Tōrah, la «  Loi ». Non qu'il faille confondre Loi et légalisme : à côté des prescriptions religieuses, éthiques et sociales, la Tōrah ne cesse de parler, à travers les récits qui la composent, du « Dieu unique », maître de l'histoire et créateur des cieux et de la terre, et cependant proche de toutes créatures qui l'invoquent en vérité. Mais il est vrai que la Tōrah (et déjà, en son noyau originel, le Décalogue) se présente comme un code, un impératif ; elle est un ensemble de commandements (miṣwōt) qui culminent dans l'appel à la sainteté, règle de l'éthique personnelle, dans l'obligation de la justice, qui s'impose à l'ensemble de la société, dans la requête de l'amour de Dieu et de l'amour du prochain, qui englobent toutes les autres exigences. Son message ne répond point d'abord à la préoccupation du salut personnel, mais à la conscience d'une élection collective au service du reste des humains, à l'intérieur d'une histoire où l'homme se fait le partenaire de Dieu dans le cadre de l'Alliance (Běrith) : « Et maintenant si vous écoutez ma voix et si vous préservez mon Alliance, vous serez pour moi un peuple élu parmi tous les peuples, car toute la terre m'appartient. Vous serez pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte » (Ex., xix, 5-6).

Durant toute son histoire, le peuple juif n'a cessé, au long de l'élaboration et de l'étude de la Tōrah et par sa mise en œuvre dans le réel, de rester obstinément fidèle, jusque dans ses infidélités, aux implications de la voix qui a retenti au Sinaï et dont Moïse fut le premier interprète.

Torah médiévale, enluminure

Photographie : Torah médiévale, enluminure

Page d'une Torah enluminée. Vélin, 1299. Instituto da Biblioteca nacional, Lisbonne. 

Crédits : J. Asarfati/ Bridgeman Images

Afficher

La Tōrah à l'époque rabbinique

Le terme « Tōrah » dérive du verbe yarōh qui, à la forme du hiphil, signifie « enseigner », « instruire » : c'est en ce sens qu'il est utilisé dans le Lévitique (x, 11 et xi, 46). Il concerne d'abord l'enseignement de lois particulières (cf. Lév., vi, 7 : « Voici la Tōrah de l'holocauste »).

C'est pourquoi on trouve aussi le terme au pluriel : Tōrōth (Ex., xviii, 20 ; Prov., i, 8). Puis le terme prend un sens global et désigne l'ensemble du contenu de la révélation mosaïque (cf. Deut., i, 5 et xxiii, 4 ; Jos., i, 8 ; Mal., iii, 22). Lorsque l'on distinguera, vers 130 avant l'ère vulgaire, entre les trois parties de la Bible : Loi (Tōrah), prophètes (něvi‘im), écrits (kětūbim), le Pentateuque sera désigné par l'appellation : Hamiša Ḥūmšey Tōrah (« les cinq livres de la Tōrah »). À partir du ier siècle, le terme « Tōrah » finira par désigner l'ensemble des doctrines et des prescriptions enseignées par le judaïsme.

On admet communément que, dès les origines, la tradition orale n'a cessé d'interpréter, d'amplifier et de compléter ce que fournissaient les documents écrits. Les scribes, puis les rabbins prirent en charge cette réinterprétation permanente de la Tōrah, ce qui conduisit le judaïsme rabbinique à formuler le concept de Tōrah še‘ba ‘al pe (Loi orale), distinguée de la Tōrah še bi-kětab (Loi écrite). Le contenu de l'idée de Loi orale s'est élargi progressivement avec la consolidation du judaïsme rabbinique. Au point de départ, la Loi ne désigne que des énoncés et des précisions transmis par la tradition, en particulier des énoncés présentés comme «  Halakha » (« règle d'action ») par Moïse, à partir du Sinaï. C'est à propos de pareilles traditions que devait se déclencher le conflit entre pharisiens et sadducéens, les seconds mettant en doute le caractère normatif de la Tōrah orale. Mais le concept de Tōrah orale s'élargit par la suite jusqu'à englober tout ce qui avait fait l'objet des discussions des maîtres de la Loi dans les maisons d'étude et les synagogues. La Tōrah orale n'est pas simplement vue comme une chaîne d'enseignements parallèles à ceux de la Loi écrite, elle en vient à s'identifier avec cette grande œuvre d'explicitation et de reprise des textes sacrés que désigne le terme de Midraš et qui se trouvera mise par écrit dans les deux Talmuds et dans les nombreuses collections de corpus midrašiques. Cet effort fécond du judaïsme rabbinique, qui s'affirme entre le ier et le ive siècle, conduira à ériger en dogme le caractère révélé de la Loi orale à côté de la nature révélée de la Loi écrite. On en arrivera à considérer que tous les enseignements des Sages furent déjà explicitement enseignés à Moïse au Sinaï. Paradoxe qui s'exprimera, entre autres, par le Midraš de Moïse venant s'asseoir au dernier rang des élèves de l'école d'Aqiba (Menaḥōt, 29 b). L'identification de la Tōrah avec la Sagesse des textes sapientiaux conduira, d'autre part, les rabbins à affirmer la préexistence de la Tōrah par rapport à la création (Pěssaḥim, 54 a). Et les controverses qu'ils menèrent avec les gnostiques et les premiers chrétiens amèneront les Maîtres d'Israël à affirmer l'éternité et la non-abrogibilité de la Tōrah.

À côté des interprétations rabbiniques de la Tōrah, il importe de mentionner l'œuvre élaborée, à la même époque, au sein du judaïsme alexandrin. C'est dans cette communauté que fut produite la première traduction de la Bible en langue grecque : celle des Septante. C'est là aussi que Philon le Juif, contemporain de Caligula, entreprit une exégèse allégorique de la Bible qui se situe au carrefour du judaïsme et de l'hellénisme : son influence fut profonde sur les premiers Pères de l'Église, mais ne laissa que peu de traces dans la littérature juive.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Torah médiévale, enluminure

Torah médiévale, enluminure
Crédits : J. Asarfati/ Bridgeman Images

photographie

Maimonide

Maimonide
Crédits : Hulton Getty

photographie

Moïse propose la loi aux Israélites

Moïse propose la loi aux Israélites
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  TORAH  » est également traité dans :

AKIVA, AKIBA ou AQIBA (50 env.-135)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 674 mots

L'un des plus grands tannaim, Akiva fut aussi sans doute le sage le plus marquant de son temps ; patriote et martyr, il exerça une influence décisive sur le développement de la halakha. Sa vie est des plus spectaculaires dans l'histoire du judaïsme rabbinique. Bien que la légende ait coloré sa biographie, il est sûr qu'il vint assez tard au savoir et fut même un ennemi virulent de l'étude et de l' […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 684 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le prophétisme »  : […] Un esprit similaire anime la prédication des deux premiers « prophètes écrivains ». Si celle d'Amos, le Judéen (750 av. J.-C.), n'a pas de lien direct avec le Nord, où cependant il exerça sa prédication rude et populaire, au point que son influence se retrouvera seulement quelques décennies plus tard en Juda chez Isaïe et Michée ; celle d' Osée, en revanche, est profondément enracinée dans les tra […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Dans le monde antique, oriental et grec, on croyait volontiers que des révélations divines étaient transmises aux hommes par des personnages inspirés. L'enracinement culturel le plus ancien de la doctrine, juive puis spécifiquement chrétienne, de l'Écriture, est à chercher dans cette Antiquité lointaine. L'Égypte ancienne, déjà, attribuait ses « saintes écritures » au dieu écrivain ou scribe Thot, […] Lire la suite

DEUTÉRONOME LIVRE DU

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 697 mots

Cinquième et dernier livre du Pentateuque. La Bible juive l'appelle, de ses premiers mots, Elleh haddebarim (« Voici les paroles ») ou simplement Debarim (« Paroles »). La Bible grecque, et à sa suite la Vulgate, l'intitulent « Deutéronome » ( deuteros nomos , « seconde loi ») — selon l'interprétation donnée à xvii , 18 — , parce que, venant après les autres livres législatifs (Exode, Lévitique e […] Lire la suite

ESSÉNIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 224 mots

La secte juive des esséniens, fondée vers ~ 150 et qui disparaîtra deux siècles plus tard vers 68 après J.-C., a bénéficié d'une connaissance nouvelle avec la découverte, depuis 1947, d'un nombre important de manuscrits recueillis lors des fouilles du Khirbet Qumrān, sur la rive nord-ouest de la mer Morte. Les textes ont ranimé les querelles autour d'une thèse qu'Ernest Renan avait ainsi formulée  […] Lire la suite

EXODE LIVRE DE L'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 681 mots
  •  • 1 média

Deuxième livre du Pentateuque. Les juifs le désignent par ses premiers mots, Weelleh Shemot (« voici les noms »). Bien que la sortie d'Égypte ne couvre que quinze des quarante chapitres du livre, les Septante l'ont appelé Exodos (« sortie ») : terme dont la fortune sera grande dans le christianisme. Parmi les livres bibliques, l'Exode est celui dont la variété des genres est le plus grande : réc […] Lire la suite

GAON, plur. GEONIM

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 128 mots

Le mot hébreu gaon (pluriel : geonim ) était, à l'origine, le titre porté par les chefs des académies de Sura et de Pumbedita en Babylonie. Les geonim étaient reconnus par les Juifs, de la fin du vi e  siècle au milieu du xi e  siècle, comme les plus hautes autorités en matière d'enseignement religieux. Au x e  et au xi e  siècle, le titre fut donné également aux chefs des académies de Palestine. […] Lire la suite

GENÈSE LIVRE DE LA

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 596 mots
  •  • 1 média

Dans la Bible juive (texte massorétique), le Livre de la Genèse a pour titre son premier mot, Bereshit (« au commencement »). Dans la version des Septante, c'est Genesis (« origine »), terme immortalisé par sa latinisation dans la Vulgate. D'une manière large, le titre « Genèse » s'explique par le fait que le livre débute par le récit des origines du monde, de l'homme et des races. Cependant, au […] Lire la suite

GENIZAH DU CAIRE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 274 mots

Le terme araméen genizah (de GNZ, « cacher », « être précieux ») désigne une salle, attenante à la synagogue, destinée à recevoir les manuscrits de la Loi devenus inutilisables par l'usure de l'âge ou la manipulation cultuelle : tenus pour sacrés, car ils contenaient le nom divin, ils ne devaient être ni détruits ni profanés. Par un extrême hasard, on découvrit, en 1896, dans la genizah d'une syn […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23 mars 2021 Israël. Élections législatives.

Torah (ultraorthodoxe) obtiennent chacun 7 élus ; le Parti sioniste religieux (extrême droite), la Liste unifiée (arabe, gauche), Nouvel Espoir (centre droit) et Meretz (gauche) chacun 6 députés. La Liste arabe unie a 4 sièges. Le taux de participation, en baisse, est de 67,4 %.  […] Lire la suite

2-26 mars 2020 Israël. Troisièmes élections législatives en moins d'un an.

Torah – 6 p. 100 des suffrages et 7 élus – évolue peu. Le Parti travailliste-Gesher associé au Meretz (centre gauche) est en recul avec 5,8 p. 100 des voix et 7 députés, tout comme Israel Beitenou (droite) d’Avigdor Liberman – 5,7 p. 100 des suffrages et 7 sièges – et Yamina (extrême droite) – 5,2 p. 100 des voix et 6 élus. La participation atteint […] Lire la suite

10-25 septembre 2019 Israël. Élections législatives.

Torah (ultrareligieux) 6,1 p. 100 des voix et 7 députés, Yamina (extrême droite) 5,9 p. 100 des suffrages et 7 sièges, le parti travailliste Gesher (centre gauche) 4,8 p. 100 des voix et 6 élus et l’Union démocratique (gauche) 4,3 p. 100 des suffrages et 5 députés. Le recul de la formation Bleu Blanc et du Likoud profite principalement à la Liste unifiée […] Lire la suite

6-17 avril 2019 Israël. Victoire du Likoud aux élections législatives.

Torah (5,8 p. 100), progressent légèrement, obtenant chacune 8 sièges. Les partis défendant les Arabes israéliens, Hadash-Taal (4,5 p. 100) et Ra’am-Balad (3,3 p. 100), ont respectivement 6 et 4 élus. Israel Beitenou (droite, 4 p. 100) de l’ancien ministre Avigdor Lieberman et l’Union des partis de droite (3,7 p. 100) ont chacun 5 députés. Meretz ( […] Lire la suite

12 septembre 2017 Israël. Annulation par la Haute Cour de la dispense de service militaire accordée aux religieux.

Torah à la suite des élections législatives de mars 2015, en contrepartie de leur participation au gouvernement aux côtés du Likoud et du Foyer juif. La Cour accorde un an au gouvernement pour élaborer une nouvelle législation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « TŌRAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/