MYSTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'analyse que Freud avait faite de la religion dans L'Avenir d'une illusion (1926), Romain Rolland opposait une « sensation religieuse qui est toute différente des religions proprement dites » : « sensation de l'éternel », « sentiment océanique » qui peut être décrit comme un « contact » et comme un « fait » (lettre à S. Freud, 5 déc. 1927). En 1929, il lui envoyait dès leur parution les trois volumes de son Essai sur la mystique et l'action de l'Inde vivante. Freud répondit à cette objection dans le premier chapitre de Malaise dans la civilisation (1929). Il écrivait d'ailleurs à son « ami » : « Combien me sont étrangers les mondes dans lesquels vous évoluez ! La mystique m'est aussi fermée que la musique » (20 juill. 1929). Plus tard, il récusait l'assimilation de sa méthode avec celle de Jung qui, disait-il, « est lui-même quelque peu mystique et a cessé depuis de longues années d'appartenir à notre groupe » (lettre à R. Rolland, 19 janv. 1930).

Débat significatif. Il s'inscrit dans un ensemble particulièrement riche de publications consacrées à la mystique pendant trente ans : y contribuent l'ethnosociologie (par exemple, en France, depuis Les Formes élémentaires de la vie religieuse, d'Émile Durkheim, 1912, jusqu'à L'Expérience mystique et les symboles chez les primitifs de Lucien Lévy-Bruhl, 1938) ou la phénoménologie (depuis Heiler jusqu'à Rudolf Otto et Mircea Eliade) ; l'histoire littéraire (depuis L'Élément mystique de la religion de Friedrich von Hügel, 1908, jusqu'aux onze volumes de l'Histoire littéraire du sentiment religieux d'Henri Brémond, 1917-1932) ; la philosophie (notamment avec William James en 1906, Maurice Blondel, Jean Baruzi en 1924, Henri Bergson en 1932) ; la diffusion en Europe occidentale de l'hindouisme ou du bouddhisme indien que Romain Rolland, René Guénon, Aldous Huxley contribuent à faire connaître, ainsi que L. de La Vallée-Poussin, Olivier Lacombe, Louis Renou... Cette abondante production comporte des positions très différentes, mais elle semble avoir ceci de commun qu'on y rattache la mystique à la mentalité primitive, à une tradition marginale et menacée au sein des Églises, ou à une intuition devenue étrangère à l'entendement, ou bien encore à un Orient où se lèverait le soleil du « sens » alors qu'il se couche en Occident : la mystique y a d'abord pour lieu un ailleurs et pour signe une anti-société qui représenteraient pourtant le fonds initial de l'homme. De cette période date une façon d'envisager et de définir la mystique qui s'impose encore à nous. C'est dans ce climat que se situe la réaction de Freud.

Le dissentiment qui se manifeste, entre 1927 et 1930, dans les lettres et les œuvres des deux correspondants est caractéristique des perspectives qui opposaient et continuent d'opposer un point de vue « mystique » à un point de vue « scientifique ». Là où Romain Rolland décrit, à la manière de Bergson, une donnée de l'expérience – « quelque chose d'illimité, d'infini, en un mot d'océanique » –, Freud décèle seulement une production psychique due à la combinaison d'une représentation et d'un élément affectif, lui-même susceptible d'être interprété comme une « dérivation génétique ». Là où le premier se réfère à une « source souterraine de l'énergie religieuse » en la distinguant de sa captation ou de sa canalisation par les Églises, le second renvoie à la « constitution du moi » selon un processus de séparation par rapport au sein maternel et de différenciation par rapport au monde extérieur. Certes, tous les deux recourent à une origine, mais, pour l'un, elle apparaît en la forme du tout et elle a sa manifestation la plus explicite en Orient ; pour l'autre, c'est l'expérience primitive d'un arrachement, commencement de l'histoire individuelle ou collective. En somme, pour Romain Rolland, l'origine c'est l'unité qui « affleure » à la conscience ; pour Freud, c'est la division constitutive du moi. Pour les deux, pourtant, le fait à expliquer est du même type : un d [...]

Romain Rolland

Photographie : Romain Rolland

L'écrivain français Romain Rolland (1866-1944), Prix Nobel de littérature en 1915. 

Crédits : Keystone-France/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Romain Rolland

Romain Rolland
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Le Mariage mystique de sainte Catherine de Sienne, Fra Bartolomeo della Porta

Le Mariage mystique de sainte Catherine de Sienne, Fra Bartolomeo della Porta
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  MYSTIQUE  » est également traité dans :

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Absolu et négation »  : […] Cette dernière proposition n'est que l'application immédiate de la règle élémentaire de toute connaissance qui n'est effective que si elle est distincte et concerne, par conséquent, ce qui est limité et se laisse définir, circonscrire par opposition. Mais une opposition précise est un rapport déterminé. Négation de tout rapport, l'absolu ne saurait donc admettre une détermination particulière, par […] Lire la suite

ĀLVĀR

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 254 mots

Les Āḻvār (« Plongés » en Dieu) sont des poètes tamouls du sud de l' Inde, révérés comme saints, auteurs de poèmes de dévotion à Viṣṇu, et dont le groupe fait pendant au groupe des dévots de Śiva, les Nayanmār. Les transports de la mystique animent leurs œuvres qui marquent l'essor d'un grand mouvement religieux, la bhakti. […] Lire la suite

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La mentalité primitive selon Lévy-Bruhl »  : […] C'est contre la conception, commune à l'animisme et au rationalisme sociologique durkheimien, d'une homogénéité fondamentale de toutes les mentalités que Lévy-Bruhl a soutenu la spécificité de la mentalité qu'il nommait primitive et que nous appellerions plus volontiers aujourd'hui archaïque. Tandis que, pour l'animiste, les primitifs ont le même appareil intellectuel que nous, mais s'en servent […] Lire la suite

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 664 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'essence de l'ascétisme »  : […] Quiconque cherche à dégager l'essence de l'ascèse est d'emblée confronté à la variété infinie – au moins en apparence – des pratiques ascétiques à travers le temps et l'espace, ainsi qu'à la déconcertante diversité des idéaux religieux, philosophiques, politiques, etc., censés les justifier. Qu'y a-t-il de commun, par exemple, entre un shaman sibérien se livrant à d'effrayantes austérités dans le […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et mystique »  : […] De toutes les autobiographies, la plus courte, la plus révélatrice aussi, tient dans la réponse que Dieu fait à Moïse qui l'interpelle sur l'Horeb : je suis qui je suis , Je suis ce que je suis . L'autobiographie divine se résume non sans humour dans l'affirmation péremptoire d'une identité du sujet de l'énonciation et du sujet de l'énoncé qui en dit plus long que tout récit interposé. Autre mirac […] Lire la suite

BENOÎT DE CANFELD ou CANFIELD WILLIAM FITCH dit (1562-1610)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 347 mots

Capucin anglais, auteur spirituel. D'origine protestante, converti au catholicisme, il doit émigrer et se réfugier à Douai ; son entrée chez les Capucins parisiens (1587) coïncide avec le renouveau de l'ordre en France (Ange de Joyeuse, Léonard de Paris, Honoré de Champigny). Ordonné en 1593, il devient le conseiller des mystiques parisiens groupés autour de M me  Acarie. Emprisonné lors d'un séjo […] Lire la suite

BHAKTI

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 1 449 mots

Dans le chapitre « L'épanouissement de la bhakti »  : […] Au sud de l'Inde, la bhakti s'exprimera d'une manière caractéristique, entre le vi e et le ix e  siècle, dans les hymnes des āḷvār , poètes de langue tamoule, qui célèbrent tout particulièrement l' avatāra Kṛṣṇa. Cependant, vers la même époque – et déjà antérieurement – d'autres poètes tamouls, dévots de Śiva, ont célébré leur dieu dans des hymnes eux aussi brûlants d'un ardent amour. Dans l'un […] Lire la suite

BOEHME JAKOB (1575-1624)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 2 651 mots

Jakob Boehme est un des plus grands représentants des courants mystiques et théosophiques de l'Allemagne des xvi e et xvii e  siècles. Contesté de son vivant, en raison de l'originalité de sa doctrine et de son obscurité, il exerça une immense influence sur les esprits adonnés à la recherche de la « connaissance ». Philosophe gnostique, Boehme est fasciné par les images et les symboles biblique […] Lire la suite

CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)

  • Écrit par 
  • Dominique JULIA, 
  • Claude RABANT
  •  • 2 890 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée de la marge : possédés et mystiques »  : […] On ne s'étonnera pas, dès lors, que Michel de Certeau se soit particulièrement atta ché aux aventures singulières – sorcelleries , possessions, parcours mystiques – qui témoignent d'un tel surgissement et désignent, par une « émigration de l'intérieur », les glissements de faille par lesquels l'histoire est poussée en avant, mais aussi incarnent les points de restructuration d'un savoir, d'une to […] Lire la suite

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Un système de pensée »  : […] La diversité des phénomènes attribués au chamanisme a valu à l'étude de celui-ci bien des vicissitudes. Religion, tendaient à penser les sociologues du xix e  siècle, mais comment la cerner, dépourvue qu'elle est de dogme, d'Église, de clergé et même de liturgie, à la fois quasi universelle et infiniment variable de société à société comme de chamane à chamane, associée à un mode de vie primitif e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

26 décembre 1999 Chine. Lourdes condamnations de dirigeants du mouvement Fa Lun Gong

La Cour intermédiaire de Pékin condamne quatre dirigeants nationaux du mouvement mystique de chi gong, Fa Lun Gong, à des peines allant de sept à dix-huit ans de prison pour avoir mis sur pied une secte, provoqué la mort d'adeptes et volé des secrets d'État. La mise hors la loi de Fa Lun Gong, en juillet, suivie, en octobre, du renforcement de la législation anti-secte a permis aux autorités de lancer une vague de répression qui a abouti à l'interpellation de 35 000 adeptes à travers le pays. […] Lire la suite

28-30 octobre 1999 Chine. Poursuite de la répression contre la « secte » Fa Lun Gong

Cette organisation mystique d'inspiration bouddhiste et taoïste, qui avait été interdite en juillet, revendique des dizaines de millions de membres, jusqu'au plus haut niveau des organes de l'État. Le 30, l'Assemblée nationale populaire adopte une loi qui renforce la répression contre les sectes. Les jours précédents et suivants, la police interpelle, notamment sur la place Tiananmen à Pékin, des centaines d'adeptes de Fa Lun Gong qui participaient au plus large mouvement de désobéissance organisé, dans la capitale, depuis le « printemps de Pékin », en 1989. […] Lire la suite

13-22 janvier 1995 Vatican – France. Révocation de Mgr Jacques Gaillot, évêque d'Évreux

Le 13, le préfet de la congrégation des évêques, à Rome, annonce la suspension de Mgr Jacques Gaillot de la charge d'évêque d'Évreux (Eure), qu'il occupait depuis 1982, et sa nomination comme évêque « titulaire » – c'est-à-dire sans juridiction – de Partenia, un « diocèse mystique » des premiers siècles situé en Afrique du Nord et aujourd'hui disparu. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel de CERTEAU, « MYSTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mystique/