JUDAÏSME Histoire des Hébreux

Vers 1760 avant notre ère, un petit clan conduit par Abraham quitte Sumer et vient s'installer en Canaan, entre le Jourdain et le littoral méditerranéen. En 135 après J.-C., à l'issue d'une guerre sans merci contre l'Empire romain, l'État juif antique disparaît. L'histoire des Hébreux est celle d'une existence politique qui s'étend entre ces deux dates, sur une période de deux millénaires, dans les limites de la Terre sainte. L'apport des Hébreux à la civilisation tend parfois à estomper une histoire qu'eux-mêmes ne séparaient pas de leur conscience religieuse. D'après la Bible, les Hébreux sont d'abord la famille d'Abraham, venu de Mésopotamie. Après avoir vécu en Canaan sous la conduite des patriarches, ils en sont chassés par une famine et se fixent en Égypte ; ils y deviennent un peuple bientôt asservi. Sortis d'Égypte vers le xive siècle avant J.-C., ils campent dans le Sinaï où ils reçoivent leur loi, la Tora. Ils conquièrent et colonisent Canaan où ils instaurent une démocratie tribale qui dure deux siècles et demi. Vers 1020, les Hébreux se donnent une monarchie tempérée. Après le règne brillant de Salomon (970-930), le royaume se scinde en deux : Israël au nord, Juda au sud. Période d'existence politique par excellence, la période royale est aussi celle des Prophètes. En 722, Israël est détruit par les Assyriens ; en 586, Juda tombe sous les coups des Babyloniens. Pourtant les Hébreux reconstruisent leur État après une éclipse et un exil de quelques décennies. Ils demeurent sous la tutelle perse puis hellénistique avant de retrouver une totale indépendance sous les princes asmonéens (165-63 av. J.-C.). La conquête romaine fait des Hébreux des tributaires, les soumet à l'occupation militaire et à l'oppression politique sans anéantir leurs structures nationales. Des sursauts révolutionnaires multiples et deux guerres (66-73 et 132-135 apr. J.-C.) les opposent à Rome.

L'histoire des Hébreux s'apparente à celles de l'Égypte antique, de Babylone, de l'Assyrie, et, comme celles-ci, surgit des fouilles archéologiques et du déchiffrement de tablettes d'argile et de papyrus bien conservés. Elle comprend des heures de gloire et des temps de décadence. Elle donne lieu à des débats scientifiques comme l'histoire des Crétois, des Étrusques ou des Hittites. Surtout, elle pose des problèmes d'une nature unique, car il manque à cette histoire le point final qui seul autoriserait un jugement, une définition, une reconstruction synthétique. De l'histoire des Hébreux, l'Occident chrétien a fait une « histoire sainte » dont le christianisme prendrait la suite. Mais les acteurs de cette histoire, les Juifs, demeurent et détiennent une connaissance intérieure de ses péripéties, inséparable de leur conscience religieuse. Ils en conservent encore deux témoignages capitaux, la Bible et le Talmud. Aborder l'histoire des Hébreux, c'est rencontrer deux difficultés majeures ; d'une part quel crédit l'historien peut-il accorder à des affirmations religieuses ? D'autre part, entre la vision chrétienne et celle des Juifs, laquelle retiendra-t-on ?

Sans prétendre résoudre ces difficultés, on se fondera ici non seulement sur les documents classiques de toute l'histoire, archéologiques et littéraires, mais aussi sur le fait brut qu'il existe une transmission historique continue au sein du peuple hébreu, que cette transmission s'exprime dans une littérature écrite et orale, dans une liturgie, dans la conscience juive.

L'époque biblique

Le mot latin Hebraei, du grec ‘Eϐρα̃ιοι, lui-même issu de l'hébreu ‘Ibrī, désigne le peuple d'Israël à ses origines. Employé pour la première fois dans la Bible comme adjectif (Genèse, xiv, 13), le terme dériverait du[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Gérard NAHON : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

Métallurgie du fer. Assyrie. Renaissance grecque. Expansion scythe. Les Olmèques en Amérique…

Royaumes de Juda et d'Israël au VIII<sup>e</sup> siècle avant J.-C.

Royaumes de Juda et d'Israël au VIIIe siècle avant J.-C.

Royaumes de Juda et d'Israël au VIIIe siècle avant J.-C.

Les royaumes de Juda et d'Israël au VIIIe siècle avant J.-C.

Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II

Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II

Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II

En 587 avant J.-C., dix ans après une première intervention et au terme d'un long siège, le…

Autres références

  • ADAM

    • Écrit par André-Marie DUBARLE
    • 1 758 mots

    En hébreu, le nom commun adam, toujours employé au singulier, signifie « homme » en tant qu'espèce et non en tant qu'individu de sexe masculin. L'étymologie en est discutée. Le récit de la Genèse(ii, 7) l'a rapproché du mot adamah, « terre », mais c'est peut-être là...

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    ...influences moyen-orientales et méditerranéennes, l'Afrique du Nord et du Nord-Est a précocement adhéré à l'un ou l'autre des monothéismes nés au Moyen-Orient. Le judaïsme a longtemps été présent dans les villes du Maghreb, notamment au Maroc avec ses quartiers juifs, les mellâh. La plupart des juifs d'Afrique...
  • ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

    • Écrit par Jean PÉPIN
    • 2 186 mots
    Ces diverses tendances philosophiques, dont la cohérence originelle était, on le voit, passablement ébranlée, se trouvaient d'autant plus aptes à intéresser une partie importante de la population d'Alexandrie : la communauté juive. L'implantation juive en Égypte est attestée dès le ...
  • ALLIANCE, histoire biblique

    • Écrit par Jacques PONS
    • 950 mots

    Nom donné, dans la Bible, à des contrats, à des promesses ou accords passés en forme rituelle et solennelle entre Dieu et des individus, entre Dieu et Israël, entre plusieurs individus ; ces alliances sont sanctionnées par un serment. Elles étaient, à l'origine, des instruments politiques...

  • Afficher les 101 références

Voir aussi