ISLAM (La civilisation islamique)L'art et l'architecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolution de l'art hispano-maghrébin (XIe-XVIIIe s.)

La fin du califat andalou (début du xie s.) et l'émiettement du pouvoir à l'époque des Reyes de Taifas (potentats locaux) s'accompagnèrent d'activités créatrices multiples ; le raffinement voire la surcharge décorative vinrent alors remplacer la grandeur des réalisations de l'époque califale. Peu de thèmes nouveaux apparaissent ; signalons cependant les entrelacements d'arcs recti-curvilignes et les variations sur l'arc brisé ; de grêles arabesques prolongent une tendance vers l'abstraction déjà perceptible auparavant. Les tissus et les céramiques de cette époque témoignent de la continuité de l'activité créatrice ; des nombreux palais attestés par les sources, quelques vestiges ont subsisté : les plus impressionnants sont ceux de l'Aljafería à Saragosse. À la fin du xie siècle, devant la menace de la Reconquista menée avec éclat par Alphonse VI, les Berbères almoravides (à partir de 1091) et almohades (de 1161 jusqu'au milieu du xiiie siècle) envahirent l'Andalousie ; cette rencontre fut des plus fructueuses pour l'art : les Berbères s'affinèrent rapidement au contact de la civilisation andalouse et lui insufflèrent une vitalité nouvelle ; ce sont probablement eux qui transmirent en Andalousie certaines innovations orientales comme les muqarnas et la brique vernissée de couleur, par le relais des foyers artistiques du Maghreb central. Certes, architectures, corans calligraphiés, objets mobiliers créés sur les deux rives de la Méditerranée occidentale se ressemblent alors, sans toutefois se confondre ; la brique et le stuc triomphèrent en Andalousie alors que, parallèlement, la pierre resta encore en usage au Maghreb. Arcades entrelacées recti-curvilignes, nervures, muqarnas, chapiteaux – tous en stuc –, peintures murales au décor géométrique, arabesques multiples : dans l'ensemble, le décor devint plus abstrait et acquit, à l'époque almohade, une rigueur étonnante. Les palais ont disparu, mais les plans des mosquées avec leur dispositif en T et leurs coupoles surmontant les travées de pénétration devant le mur qibla font preuve d'une maîtrise exceptionnelle qui égale celle du califat de Cordoue.

Le raz-de-marée de la Reconquête chrétienne ne laissa en place, à partir du milieu du xiiie siècle, que le sultanat de Grenade, qui disparut à son tour en 1492. L'Alhambra, citadelle en même temps que ville royale des Nasrides, construite le long d'une adduction d'eau descendant de la Sierra Nevada, témoigne aujourd'hui encore des fastes de la dynastie. L'enceinte, une partie des palais (la plupart du xive siècle), des jardins, des bains palatiaux ont été respectés par les Rois Très-Chrétiens, mais la véritable ville, avec ses ateliers, ses souks, ses mosquées, a disparu. Certains monuments dans la ville de Grenade (un funduq, des palais, une médersas, etc.) gardent encore des vestiges nasrides, de même que certains autres édifices du sultanat (à Málaga, à Ronda, à Fiñana).

Alhambra de Grenade : la cour des Lions

Photographie : Alhambra de Grenade : la cour des Lions

La cour des Lions, architecture nasride du XIVe siècle, Alhambra de Grenade, Espagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

L'artisanat de luxe nasride est à juste titre célèbre ; céramiques polychromes (notamment des vases monumentaux), souvent à reflets métalliques, tissus, plaques sculptées en marbre, en stuc et en bois, objets métalliques multiples, notamment des épées d'apparat et des bijoux émaillés, offrent un mélange subtil de formes abstraites et d'éléments réalistes, ces derniers issus de l'Occident chrétien.

L'influence de cette civilisation, qui est contemporaine de celle des Mérinides au Maroc (1258-1471), a marqué l'art marocain pour des siècles. Si le Maghreb central et le Maghreb oriental sont devenus des provinces de l'art ottoman, le Maroc a conservé les traditions hispano-maghrébines, qui remontent en dernier ressort au califat omeyyade et à la civilisation des empires berbères. Les rares apports occidentaux, manifestes déjà dans l'Alhambra et qui réapparaissent sous les Saadiens (1521-1659) et les Alaouites (depuis 1640) au Maroc, ne renouvellent pas cet art qui ne trouve pas non plus, en lui-même, des forces de régénération.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Harem du palais de Topkapi, Istanbul

Harem du palais de Topkapi, Istanbul
Crédits : Joseph Kranak/ flickr ; CC-BY

photographie

Khan

Khan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Pèlerinage de La Mecque

Pèlerinage de La Mecque
Crédits : Neil Turner/ Getty Images

photographie

Mosquée de Cordoue : agrandissements successifs

Mosquée de Cordoue : agrandissements successifs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art et d'archéologie islamiques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ISLAM  » est également traité dans :

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 612 mots
  •  • 1 média

Mouvement politico-religieux, l'islam est tout entier édifié sur un livre sacré, le Coran, livre qui revêt pour lui une importance extrême. Source de son dogme et de sa prière, base de toute sa liturgie, code juridique, autorité suprême à laquelle il se réfère en cas de contestation, l […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Religion dépouillée, l'islam n'a pas de culte à proprement parler, mais des pratiques codifiées dans des recueils de traditions et d'usages venant du Prophète en personne, Mahomet (Mụhammad), dont l'imitation constitue, en effet, la règle à suivre. Les ouvrages de fiqh, fondés sur les corpus du […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

La civilisation islamique, développée sous l'influx de la religion musulmane, s'est donné tout un ensemble d'expressions culturelles. Certaines d'entre elles portent sur l'islam en tant précisément que religion. Nous les appelons ici « sciences religieuses traditionnelles ». Pourquoi traditionnelles ? Pour deux raisons, c'est-à-dire en deux sens. Ces sciences religieuses sont traditionnelles, d'ab […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - L'étude de l'islam et ses enjeux

  • Écrit par 
  • Mohammed ARKOUN, 
  • Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

La « révolution islamique » en Iran, la chute du régime « socialiste » face à la résistance des tribus en Afghanistan, le réveil islamique dans les anciennes républiques soviétiques devenues indépendantes, les attentats terroristes en Algérie, en Irak, en Égypte, les pressions des partis « islamiques » sur tous les régime […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 448 mots
  •  • 10 médias

Le phénomène de l'expansion de la religion musulmane est l'un des faits marquants et constants de l'histoire du monde depuis le premier tiers du viie siècle ; l'aspect religieux s'est généralement doublé d'un aspect politique, offensif et impérialiste jusqu'au début des Temps modernes, défensif et anti-impérialiste face aux Occidentaux depuis la fin d […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Il existe de nos jours une communauté d'attitudes et de sentiments à travers le monde musulman.Il y a en premier lieu une solidarité internationale de ce qu'on peut appeler l'appareil de l'islam. Certes, il n'y a pas de clergé dans l'islam, au sens d'une hiérarchie disposant de pouvoirs sacramentels, comme dans le […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - L'émergence des radicalismes

  • Écrit par 
  • Olivier ROY
  •  • 2 596 mots
  •  • 4 médias

La première question concernant le radicalisme islamique est de savoir dans quelle mesure celui-ci est une conséquence de la doctrine religieuse elle-même, et donc intrinsèque à l'islam, ou bien s'il s'agit d'un phénomène avant tout politique, lié à des conflits contemporains. La confusion est d'autant plus grande qu'elle est entretenue tant par les critiques occidentaux de la religion islamique e […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

L'islam, on l'a dit souvent, est tout ensemble religion et communauté. Tel il s'éprouve et se veut lui-même. Communauté de foi et de témoignage de foi, à coup sûr, centrée sur ces « piliers de l'islam » que sont les actes cultuels impérés au croyant, mais en même temps communauté de vie, et code de vie. Les prières pres […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Vers la fin du iie siècle de l'hégire, le champ théorique est entièrement occupé par, notamment, une théologie où l'on débat de l'unité de Dieu, de ses attributs, du sens qu'il faut donner aux noms et aux descriptions qui en sont attestés par le Coran, de la […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 148 mots
  •  • 1 média

L'a-priori de la perception de l'espace et du temps dans la construction et la représentation du monde ne vaut pas que pour les individus : il est la règle aussi pour les sociétés. Aucune d'entre elles ne peut s'édifier et se méditer si elle ne définit pas d'abord comme sien l'espace qu'elle s'est acquis, si elle n'en marque les limites, si elle ne les défend sur le terrain et dans son propre univ […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne BARRUCAND, « ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/