BERBÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'aire historique des Berbères couvre toute l'Afrique du Nord, de l'Égypte à l'Atlantique, de la Méditerranée aux régions saharo-sahéliennes. Mais l'Algérie et le Maroc sont les pays où la présence berbère est la plus marquée et ceux où la « question berbère » se pose avec le plus d'acuité. Si les Romains les appelaient Mauri, qui donnera Maures en français, le terme Berbères est probablement un exonyme dérivé du grec Βάρβαροι et du latin Barbari, repris par les Arabes avec le même sens péjoratif initial d'« étrangers à la civilisation ».

Espace immense composé de régions géographiques très différenciées, le monde berbère est divers sur le plan des modes de vie traditionnels, des densités humaines, des cultures matérielles et des insertions géopolitiques. Cette diversité est accentuée par la fragmentation des Berbères depuis l'arabisation partielle de l'Afrique du Nord. La langue et ses expressions littéraires constituent le principal lien entre les composantes de ce monde éclaté.

Civilisation

Dominations étrangères et résistances

La question de l'origine des Berbères a fait couler beaucoup d'encre. Les auteurs grecs et latins, puis arabes et européens ont avancé les légendes les plus fantaisistes à ce sujet : origine perse, mède, cananéenne, yéménite, ibérique, celtique, germanique, grecque... La motivation idéologique de ces thèses est évidente : chaque conquérant a fait venir les Berbères d'ailleurs pour légitimer sa propre présence et sa domination en Afrique du Nord. Dans le champ scientifique, l'origine moyen-orientale a longtemps prévalu, cette région étant considérée comme le berceau du monde méditerranéen. Les tenants d'une origine africaine sont nombreux aussi et ont proposé des localisations primitives en Afrique centrale ou orientale. Mais il n'y a aucun indice positif d'un mouvement d'est en ouest ou du sud - sud-est vers le nord - nord-ouest qui pourrait conforter l'une ou l'autre de ces thèses. Au contraire, les données préhistoriques et linguistiques établissent l'ancienneté et la continuité du peuplement et de la langue berbères dans leur aire d'extension. Les Berbères ont des racines anciennes en Afrique du Nord et il est raisonnable de les considérer comme les « autochtones » de l'Afrique du Nord, avec tout ce que peut avoir de relatif cette notion.

L'histoire des Berbères apparaît comme une succession d'invasions et de dominations étrangères : celle des Phéniciens et de leurs successeurs, les Puniques, de la fin du IIe millénaire avant J.-C. jusqu'à la destruction de Carthage (– 146), celle de Rome (– 146 à + 439), celle des Vandales (439 à 533), des Byzantins (533 à 647), des Arabes qui apportent l'islam (la conquête est achevée au début du viiie siècle), celles des Turcs Ottomans (début du xvie siècle), enfin celle des puissances coloniales européennes à partir du xixe siècle. Depuis longtemps, les Berbères semblent avoir été un peuple « aux marges de l'histoire », dominé et marginalisé par les conquérants successifs. Pourtant, contrairement à bien d'autres peuples de la périphérie méditerranéenne, ils ont survécu jusqu'à nos jours. Leur société, leur culture et leur territoire recelaient sans doute des capacités de résistance exceptionnelles.

À leur apogée, les royaumes berbères antiques (iie siècle avant J.-C. : dynasties numides et maures), subissent déjà la suprématie de Carthage. Avec l'annexion progressive par Rome (à partir de – 40), l'Afrique du Nord entre dans le giron latin pour plus de cinq siècles. L'occupation romaine a accentué le processus de refoulement aux marges des populations indigènes fidèles à leurs modes de vie. Le phénomène est net pour les périodes tardives où l'effondrement du pouvoir romain s'accompagne d'un retour de la « berbérité » jusque-là réfugiée dans les zones montagneuses et présahariennes. Ainsi, Masuna, un prince de la région de Tlemcen peut se proclamer au début du vie siècle : rex gentium romanorum et maurorum : roi des Romains et des Maures.

Après une longue résistance au viie siècle, conduite notamment par Koceila et la Kahina, la conquête arabe fait basculer l'Afrique du Nord dans l'orbite arabo-musulmane. L'islam s'impose, mais en prenant souvent la forme d'hérésies locales ou de courants sectaires (comme le kharidjisme), dans lesquels on a vu des résistances indigènes à la suprématie arabe. L'arabe se diffuse dans les villes et remplace le latin en tant que langue des élites et des cités. Plus tard, après l'arrivée de nomades arabes (invasions hilaliennes) venus du Moyen-Orient au xie siècle, l'arabe va concurrencer le berbère en milieu rural, dans les zones de plaines, de hautes plaines et de piedmonts sahariens, favorables à l'installation de ces éleveurs nomades. En cinq siècles, les progrès de l'arabisation sont tels que le berbère est éliminé dans de larges zones du Maghreb.

Principaux traits traditionnels

Il est difficile de caractériser les sociétés berbères de manière globale tant les situations locales sont spécifiques, mais on identifie quelques grands traits communs, qui expliquent pour une bonne part la résistance des groupes berbères.

Ce sont d'abord des sociétés « segmentaires » faites de l'imbrication d'entités indépendantes : famille élargie, clan (formant village en zone sédentaire), tribu, confédération de tribus. Ces entités sont identifiées comme « Descendants de X » : Ayt X, ou autres formes. Bien entendu, il s'agit d'une représentation fictive dès que l'on dépasse le niveau de la famille élargie : les grandes entités, village, tribu, confédération de tribus, sont toujours des constructions politiques agrégeant des composantes hétérogènes.

Ce sont des sociétés sans État : à l'échelle du village, de la tribu, des assemblées détentrices de toute légitimité désignent pour une courte période un chef et ses assesseurs. On a souvent parlé de « démocratie directe » à propos des Berbères, tout adulte pouvant prendre part à l'assemblée et à ses décisions, une vision quelque peu idyllique car les femmes n'y participaient pas et le poids des plus anciens y était décisif. Parfois, au Maroc notamment, les assemblées étaient réduites aux notables (inflas). Le terme amghar, qui désigne le chef élu du village ou de la tribu, signifie d'abord ancien, vieillard ! La confédération de tribus était un ensemble lâche qui ne trouvait son unité d'action que dans les circonstances extrêmes, notamment les guerres extérieures.

Ce sont aussi des sociétés en armes. Durant des siècles, les Berbères ont été en conflit avec les pouvoirs centraux. Sociétés sans pôles de centralisation stabilisés, les groupes vivaient aussi en état de tension interne permanent. Tout homme étai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : professeur de langue berbère à l'université de Provence
  • : directeur d'études retraité de l'École pratique des hautes études, section des sciences historiques et philologiques, Sorbonne, Paris, correspondant de l'Institut de France (Académie des inscriptions et belles-lettres), membre étranger de l'Académie royale des Pays-Bas.
  • : directrice de recherche honoraire au CNRS

Classification

Autres références

«  BERBÈRES  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Types humains et « races » : des représentations controversées »  : […] L'unicité de l'espèce humaine n'empêche pas celle-ci de se subdiviser en groupes identifiables par des caractéristiques physiques héréditaires. Celles-ci ont été utilisées pour définir des races. L'Afrique au sud du Sahara est ainsi le continent des Noirs, par opposition à l'Afrique septentrionale peuplée de Blancs. Le terme de race pose aujourd'hui problème. De nombreux scientifiques le récusent […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « De l'Algérie antique à l'Algérie française »  : […] Bien que le territoire algérien actuel soit particulièrement riche en sites et vestiges préhistoriques (Ternifin, Machta al ‘Arbi) et que la protohistoire y enregistre l'existence d'une fruste civilisation berbère, en fait l'histoire du Maghreb central commence à l'arrivée des Phéniciens dont la civilisation s'inscrivit la première dans les villes et laissa des traces écrites. […] Lire la suite

ALMOHADES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 964 mots
  •  • 2 médias

Dynastie musulmane d'origine berbère qui domina l'Afrique du Nord et l' Espagne aux xii e et xiii e  siècles, les Almohades (étymologie arabe : al-muwaḥḥidūn ) sont issus d'un mouvement religieux appuyé par un groupe de tribus berbères du Haut Atlas marocain . […] Lire la suite

ALMORAVIDES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

Dynastie musulmane qui domina l'Afrique du Nord et l' Espagne, les Almoravides (étymologie arabe : al-mūrabiṭūn ) tirent leur origine d'un groupe de tribus berbères sahariennes qui nomadisaient entre le Sénégal et le sud du Maroc, les Lamtūna et les Juddala. Ces deux tribus faisaient partie du grand groupe berbère des Sanhāǧa. Elles étaient connues par leur coutume de porter un voile ( litām ) sur […] Lire la suite

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La conquête »  : […] L'Afrique du Nord à peine conquise, son gouverneur Mūsā eut l'idée de détourner vers l'extérieur les forces vives de ces Berbères qui lui avaient opposé une si farouche résistance. En 711 (année 92 de l'hégire), il envoya, sous le commandement de Ṭāriq, 7 000 Berbères conquérir l'Espagne dont la richesse et les divisions promettaient un facile butin. L'écrasement imprévu du roi wisigoth Rodrigue […] Lire la suite

ANTI-ATLAS

  • Écrit par 
  • Daniel NOIN
  •  • 290 mots

Massif montagneux au sud-ouest du Maroc, orienté du sud-ouest au nord-est sur 600 kilomètres, du Sahara atlantique au Tāfilālt, l'Anti-Atlas est soudé au Haut Atlas par l'ancien volcan du djebel Siroua. C'est un vaste bombement de roches anciennes, surtout paléozoïques. Relevé lors des mouvements tertiaires et entaillé de gorges imposantes, il est séparé en deux par la grande coupure de l'oued Dra […] Lire la suite

AWDOUGOST ou AOUDAGHOST

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 294 mots

À la fin du premier millénaire, les Berbères du Sahara occidental se divisaient en deux grands groupes : les Zanata, qui vivaient à la bordure méridionale du Maroc, et les Sanhādja, dont la zone de nomadisation correspondait à peu près à l'actuelle Mauritanie. La capitale des Zanata était Sijilmassa, dans le Tafilalet, celle des Sanhādja, Awdougost (peut-être Tagdaoust aujourd'hui). Awdougost comp […] Lire la suite

KAIROUAN CALIFAT FATIMIDE DE (910-969)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 280 mots

En 910, la dynastie des Aghlabides, qui règne en Ifrīqiya (la Tunisie actuelle) tout en reconnaissant l'autorité nominale du calife abbasside de Bagdad depuis 800, est renversée par un soulèvement des tribus berbères Kutāma, qui proclament ‘Ubayd Allāh seul calife légitime. Ces Berbères ont été convertis au chiisme par un prédicateur missionnaire comme il y en avait beaucoup à cette époque. En ef […] Lire la suite

ESPAGNE MUSULMANE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 182 mots
  •  • 1 média

En 711, le gouverneur omeyyade de Kairouan, Mūsā ibn Nusayr, envoie dans la péninsule Ibérique une troupe de sept mille Berbères dirigée par Tāriq ibn Ziyād. Les chroniques arabes racontent que Julien, un comte wisigoth fâché contre le roi Rodéric, les y aurait invités. Tariq, qui a laissé son nom à Gibraltar ( Djabal Tāriq , « la montagne de Tāriq »), défait les troupes wisigothiques et s'empare […] Lire la suite

HAUT ATLAS

  • Écrit par 
  • Daniel NOIN
  •  • 405 mots
  •  • 2 médias

Principal massif montagneux du Maroc et du Maghreb, orienté d'ouest-sud-ouest à est-nord-est, le Haut Atlas s'étire sur plus de 700 kilomètres, de l'Atlantique au Maroc oriental, sur une largeur de 50 à 100 kilomètres. Plusieurs sommets dépassent 4 000 mètres (point culminant : djebel Toubkal, 4 165 m). La chaîne, formée par un massif de roches paléozoïques entouré d'assises sédimentaires, date, p […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 juin 2019 Algérie. Report de l'élection présidentielle.

berbères lors de manifestations. Les contrevenants, qui réagissaient à la mise en garde du chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah à ce sujet, accusent celui-ci de vouloir « diviser le peuple ». Le 30, le vétéran de la guerre d’indépendance Lakhdar Bouregaâ est arrêté et placé en détention provisoire pour « outrage à corps constitué et atteinte au moral […] Lire la suite

15-20 février 2015 Libye. Montée en puissance de l'État islamique.

berbères de l'ouest du pays s'y sont ralliées. Le gouvernement d'Abdallah al-Thani, issu des urnes et reconnu par l'O.N.U. et la Ligue arabe, s'est réfugié à Tobrouk, dans l'est du pays, tandis que le Parlement élu en juin 2014 siège à Al-Baïda, dans la même région. Ces institutions sont soutenues par la coalition dirigée par le général Khalifa Haftar […] Lire la suite

Pour citer l’article

Salem CHAKER, Lionel GALAND, Paulette GALAND-PERNET, « BERBÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/berberes/