ISLAM (La civilisation islamique)L'art et l'architecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grands chapitres de l'art islamique

Il ne peut être question ici de présenter un tableau ne serait-ce qu'approximativement complet de l'histoire des centres créateurs islamiques et de leurs œuvres, et nous nous limiterons à évoquer les enrichissements majeurs que les différentes époques ont apportés aux legs antérieurs, dont les bases se sont constituées pendant les premiers siècles de l'hégire.

La genèse et le premier art islamique. L'art des Califes, l'art de l'empire (du VIIe à la fin du IXe s.)

L'art du premier demi-siècle islamique est mal connu. Mais n'oublions pas que les chefs du nouvel État avaient alors d'autres préoccupations que la création artistique. Aucun vestige matériel n'a subsisté de la maison du Prophète à Médine, la première grande mosquée du monde islamique, dont il est attesté qu'elle n'était qu'une construction modeste mais qui, du point de vue fonctionnel, préfigurait déjà les grandes mosquées postérieures : lieu de réunion pour le service du vendredi midi et donc pour l'assemblée de tous les fidèles, refuge pour les pauvres, lieu d'enseignement, de conseil, de stockage du butin de guerre et finalement, à la mort du Prophète, lieu de sépulture. Toutes ces fonctions se retrouvent dans les grandes mosquées dans l'ensemble du monde islamique, depuis sa genèse jusqu'à nos jours. Les grandes mosquées des villes-camps nouvellement fondées comme Kufa, Basra ou Fustat semblent avoir été, elles aussi, d'une stricte austérité. Très tôt se précise le voisinage immédiat de la grande mosquée et du palais du gouverneur (Dār al-Imāra).

Le transfert de la capitale de Médine à Damas, en 660, donna une impulsion nouvelle à la culture islamique qui, en Arabie, avait certes déjà été imprégnée de la civilisation antique de la Provincia Arabia, mais qui se trouvait dorénavant littéralement submergée par le monde de l'Antiquité tardive et de Byzance. La confrontation entre ce fonds et le génie plus proprement arabo-islamique va occuper le règne omeyyade et le premier siècle de l'ère abbasside. Les premières œuvres majeures sont la Coupole du Rocher et la mosquée al-Aqsa – construites sur le modèle des édifices chrétiens du mont Golgotha, sur l'esplanade du Temple de Jérusalem –, puis la Mosquée des Omeyyades à Damas, les grandes mosquées de Hama, Harran, Bosra, Amman, Sana‘a, et jusqu'à Banbhor dans le delta de l'Indus, et les reconstructions des mosquées de Médine, Kufa, Basra, Fustat, etc. Au viiie siècle, un véritable type de mosquée est élaboré : édifice hypostyle – basilical ou salle à colonnes sans différenciation intérieure –, elle possède en général une cour. Au début du viiie siècle apparaît le mihrab ; cette niche vide, qui indique la direction de La Mecque, est empruntée, comme l'abside des églises paléochrétiennes, à l'architecture palatiale de la Basse Antiquité. Souvent, une nef centrale plus large et plus élevée mène vers le mihrab dont l'emplacement est mis en valeur par l'apparition, encore timide, d'une coupole au-dessus de la travée qui le précède, et sous laquelle se tient le chef de la communauté pour diriger la prière. Ce détail montre, parmi d'autres, que les formes architecturales sont alors consciemment utilisées pour la propagande religieuse et souveraine. L'ampleur de conception de ces édifices rappelle les basiliques paléochrétiennes du Proche-Orient et de Rome ; de multiples détails de la construction et du décor ont la même origine. Toutefois, notamment dans le décor architectural, des éléments plus orientaux occupent une place grandissante.

Les palais urbains des Omeyyades sont connus par des évocations littéraires (Damas) et par des vestiges (Andjar, Jérusalem, Wāsit, Amman). La plupart sont contigus à la grande mosquée et remplissent les fonctions d'une Dār al-Imāra. Les « châteaux du désert », installations résidentielles dans les steppes syriennes, tenues longtemps pour romaines et byzantines, offrent un autre aspect de l'architecture palatiale omeyyade. De forme carrée – dont le module de base semble dériver du pied romain –, ils ont des tours-contreforts semi-circulaires qui leur donnent une apparence fortifiée. Les pièces sont distribuées en appartements autour d'une cour centrale. Une importance particulière est dévolue à la salle d'audience, le plus souvent de type basilical. Ces résidences ont des édifices annexes, plus ou moins utilitaires (Qasr al-Hair al-Gharbī, Djebel Says, Qusayr 'Amra), et sont parfois entourées de grands jardins avec des aménagements agricoles (Qasr al-Hair al-Gharbī). Les bains y jouent un rôle important et sont liés à l'architecture de réception (Qusayr 'Amra, Khirbat al-Mafjar). Le plan carré est peut-être inspiré des forts byzantins ou romains, mais Qariyat al-Faw, qui a peut-être été la capitale des Arabes Kinda, a également pu servir de modèle. Les réminiscences antiques sont évidentes dans les bains et dans les salles basilicales. La présence d'iwans (à Amman) et surtout les multiples décors en stuc révèlent cependant une sensibilité plus orientale.

La conception urbanistique d'Andjar, ville créée au début du viiie siècle, avec deux grandes rues axiales bordées de colonnades et de boutiques, qui se coupent à angle droit, est une réminiscence de l'urbanisme du Bas Empire ; le monumental tétrapyle central, unique dans l'histoire de l'urbanisme islamique, montre bien cette référence à un monde antique qui avait disparu bien avant la prise de pouvoir par les Omeyyades.

L'architecture des premiers monuments islamiques se situe donc dans la lignée des traditions locales syriennes. La Coupole du Rocher, tout à la fois sanctuaire commémoratif, édifice de propagande et oratoire dynastique, est byzantine par son plan et son élévation. Ses magnifiques mosaïques sont l'œuvre d'artistes locaux ; éléments orientaux et méditerranéens y sont mêlés, et seule l'inscription monumentale donne un décor et une signification islamiques à l'ensemble. Du point de vue formel, les paysages qui ornent les mosaïques de la grande mosquée de Damas paraissent attachés au monde occidental, mais, par leur programme, les mosaïques se situent dans une perspective proprement islamique puisqu'elles semblent évoquer une vision paradisiaque, à l'instar des décors de la grande mosquée de Médine.

Il faut également rappeler les peintures de Qusayr 'Amra et de Qasr al-Hair al-Gharbī, d'allure plutôt classique et provinciale, la statuaire en stuc de Khirbat al-Mafjar et Qasr al-Hair al-Gharbī, d'inspiration tantôt méditerranéenne, tantôt sassanide, les bas-reliefs sur bois de la mosquée al-Aqsa, ou les boîtes en ivoire sculpté, les bouteilles de verre, les aiguières en métal, etc. Presque partout règnent le même éclectisme, le même mélange intime entre « orientalisme » e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Harem du palais de Topkapi, Istanbul

Harem du palais de Topkapi, Istanbul
Crédits : Joseph Kranak/ flickr ; CC-BY

photographie

Khan

Khan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Pèlerinage de La Mecque

Pèlerinage de La Mecque
Crédits : Neil Turner/ Getty Images

photographie

Mosquée de Cordoue : agrandissements successifs

Mosquée de Cordoue : agrandissements successifs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art et d'archéologie islamiques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ISLAM  » est également traité dans :

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 612 mots
  •  • 1 média

Mouvement politico-religieux, l'islam est tout entier édifié sur un livre sacré, le Coran, livre qui revêt pour lui une importance extrême. Source de son dogme et de sa prière, base de toute sa liturgie, code juridique, autorité suprême à laquelle il se réfère en cas de contestation, l […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Religion dépouillée, l'islam n'a pas de culte à proprement parler, mais des pratiques codifiées dans des recueils de traditions et d'usages venant du Prophète en personne, Mahomet (Mụhammad), dont l'imitation constitue, en effet, la règle à suivre. Les ouvrages de fiqh, fondés sur les corpus du […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

La civilisation islamique, développée sous l'influx de la religion musulmane, s'est donné tout un ensemble d'expressions culturelles. Certaines d'entre elles portent sur l'islam en tant précisément que religion. Nous les appelons ici « sciences religieuses traditionnelles ». Pourquoi traditionnelles ? Pour deux raisons, c'est-à-dire en deux sens. Ces sciences religieuses sont traditionnelles, d'ab […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - L'étude de l'islam et ses enjeux

  • Écrit par 
  • Mohammed ARKOUN, 
  • Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

La « révolution islamique » en Iran, la chute du régime « socialiste » face à la résistance des tribus en Afghanistan, le réveil islamique dans les anciennes républiques soviétiques devenues indépendantes, les attentats terroristes en Algérie, en Irak, en Égypte, les pressions des partis « islamiques » sur tous les régime […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 448 mots
  •  • 10 médias

Le phénomène de l'expansion de la religion musulmane est l'un des faits marquants et constants de l'histoire du monde depuis le premier tiers du viie siècle ; l'aspect religieux s'est généralement doublé d'un aspect politique, offensif et impérialiste jusqu'au début des Temps modernes, défensif et anti-impérialiste face aux Occidentaux depuis la fin d […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Il existe de nos jours une communauté d'attitudes et de sentiments à travers le monde musulman.Il y a en premier lieu une solidarité internationale de ce qu'on peut appeler l'appareil de l'islam. Certes, il n'y a pas de clergé dans l'islam, au sens d'une hiérarchie disposant de pouvoirs sacramentels, comme dans le […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - L'émergence des radicalismes

  • Écrit par 
  • Olivier ROY
  •  • 2 596 mots
  •  • 4 médias

La première question concernant le radicalisme islamique est de savoir dans quelle mesure celui-ci est une conséquence de la doctrine religieuse elle-même, et donc intrinsèque à l'islam, ou bien s'il s'agit d'un phénomène avant tout politique, lié à des conflits contemporains. La confusion est d'autant plus grande qu'elle est entretenue tant par les critiques occidentaux de la religion islamique e […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

L'islam, on l'a dit souvent, est tout ensemble religion et communauté. Tel il s'éprouve et se veut lui-même. Communauté de foi et de témoignage de foi, à coup sûr, centrée sur ces « piliers de l'islam » que sont les actes cultuels impérés au croyant, mais en même temps communauté de vie, et code de vie. Les prières pres […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Vers la fin du iie siècle de l'hégire, le champ théorique est entièrement occupé par, notamment, une théologie où l'on débat de l'unité de Dieu, de ses attributs, du sens qu'il faut donner aux noms et aux descriptions qui en sont attestés par le Coran, de la […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 148 mots
  •  • 1 média

L'a-priori de la perception de l'espace et du temps dans la construction et la représentation du monde ne vaut pas que pour les individus : il est la règle aussi pour les sociétés. Aucune d'entre elles ne peut s'édifier et se méditer si elle ne définit pas d'abord comme sien l'espace qu'elle s'est acquis, si elle n'en marque les limites, si elle ne les défend sur le terrain et dans son propre univ […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne BARRUCAND, « ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/