Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALMOHADES

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
1100 à 1200. Croisades et Khwarazm - crédits : Encyclopædia Universalis France

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Dynastie musulmane d'origine berbère qui domina l'Afrique du Nord et l' Espagne aux xiie et xiiie siècles, les Almohades (étymologie arabe : al-muwaḥḥidūn) sont issus d'un mouvement religieux appuyé par un groupe de tribus berbères du Haut Atlas marocain.

L'ascension

Le fondateur, né vers 1080, en fut Muḥammad ibn ‘Abdallāh Ibn Tūmart, de la tribu Harġa du groupe des Masmuda. Étudiant en Orient, il subit l'influence des idées théologiques aš ‘arites, du grand docteur G̣azālī et aussi du shī‘isme. De retour au Maghreb vers 1110-1120, il attaqua les mœurs jugées contraires à la loi musulmane et aussi les fuqahā' (« clergé » des spécialistes en sciences religieuses) mālikites, qui formaient l'armature idéologique du régime almoravide. Il leur reprochait l'abandon de l'étude du Coran et de la tradition, leur juridisme sec et borné, leur conception anthropomorphiste de Dieu et de ses attributs qu'il assimilait au polythéisme. Il devenait licite de les combattre comme des impies.

Rabroué par la foule et pourchassé par le souverain almoravide, il se réfugia dans le Haut Atlas, à Tīnmallal (ou Tīnmāl) vers 1125. Suivant l'exemple du Prophète, il se fit chef d'une communauté qu'il organisa pour l'action politique et militaire au service de ses idées. Il se déclare mahdī et rallie les Harga et une grande partie des Masmūda, tirant parti de l'hostilité de ces paysans montagnards envers les nomades sahariens du groupe Sanhāǧa, soutien des Almoravides. La communauté est soumise à une discipline implacable avec des épurations sanglantes. Elle est dirigée par le mahdī assisté de deux conseils (conseil des Dix et conseil des Cinquante) et administrée par des fonctionnaires. Les membres payent des impôts et doivent le service militaire.

Vers 1122, le mahdī passe à l'attaque et menace Marrakech, capitale des Almoravides. À sa mort en 1130, son disciple ‘Abd al-Mu'min ibn ‘Alī, Berbère arabisé de l'Oranie, lui succède et continue son action. Fès tombe en 1146 et Marrakech en 1147. Après le Maroc, ‘Abd al-Mu'min conquiert tout le Maghreb central et oriental de 1151 à 1160. Appelé dès 1145 en Espagne, il installe son pouvoir en Andalousie occidentale. Son fils Abu Ya‘qūb Yūsuf (1163-1184) vaincra le condottiere Ibn Mardanīš qui tenait le reste de l'Espagne musulmane.

Abū Yūsuf Ya‘qūb, dit al-Mansūr (le Victorieux ; 1184-1199), fils de Yūsuf, réussit à maintenir cet Empire qui embrassait l'ensemble de l'Afrique du Nord et de l'Espagne musulmane. Mais les tendances à la dislocation étaient puissantes. ‘Abd al-Mu'min, rompant avec les règles collégiales instituées par le mahdī, avait assuré la succession à sa descendance et pris le titre califien d' amīr al-mu'minīn (prince des Croyants), rejetant la suzeraineté ‘abbāside. Les tensions allaient s'aggraver entre les cheikh, descendants des membres des premiers conseils almohades (ayant à leur tête Abū Ḥafṣ ‘Umar, compagnon du mahdī, et ses descendants) et les sayyid, de la famille du souverain, sans préjudice des luttes entre ceux-ci. Les Arabes du Maghreb oriental, transportés au Maroc et en Espagne pour servir de soldats, se rendent dangereux par leur turbulence et se joignent aux différents clans en lutte. Les Banū Gāniya, pirates almoravides des Baléares, débarquant au Maghreb oriental en 1184, s'unissent à des tribus arabes pour constituer un vaste foyer d'opposition à l'autorité almohade jusque vers 1226. Les chrétiens d'Espagne surtout mènent la Reconquista avec une énergie croissante. Vaincus à Alarcos en 1195, ils sont victorieux à Las Navas de Tolosa en 1212.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Pour citer cet article

Maxime RODINSON. ALMOHADES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm - crédits : Encyclopædia Universalis France

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Giralda de Séville - crédits : Shaun Egan/ Getty Images

Giralda de Séville

Autres références

  • ‘ABD AL-MU'MIN (entre 1094 et 1106-1163)

    • Écrit par
    • 719 mots

    Propagateur d'un mouvement qui provoquera une révolution sans précédent dans l'histoire de l'Occident de l'islam, créateur d'un empire et d'une dynastie, revendiqué comme héros national par l'Algérie nouvelle, ‘Abd al-Mu'min est une des plus grandes figures...

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par , et
    • 9 654 mots
    • 6 médias
    ...ensemble de terres musulmanes du Sénégal à l'Ebre. Mais, au milieu du xiie siècle, ils sont remplacés, au Maroc, puis en Espagne et en Ifriqiya, par les Almohades, autre dynastie berbère née des Masmuda de l'Atlas ; sous les Almohades, les dernières traces du christianisme ancien disparaissent....
  • AL-ANDALUS - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 268 mots

    711 Arrivée des Omeyyades en Espagne.

    756 ‘Abd al-Rahm̄an Ier fonde l'émirat omeyyade de Cordoue.

    859 Exécution d'Euloge de Cordoue, qui prônait le martyre contre l'arabisation de la société.

    929 ‘Abd al-Rahm̄an III proclame le califat de Cordoue.

    985 Al-Mans̄ur (Almanzor,...

  • ALARCOS BATAILLE D' (18 juill. 1195)

    • Écrit par
    • 260 mots

    Dans les guerres entre les royaumes chrétiens d'Espagne et le califat des Almohades, la bataille d'Alarcos marque l'apogée de la puissance du califat sur al-Andalus, l'Espagne musulmane. En 1190, le calife almohade Abū Yūsuf Yaqūb avait imposé un armistice aux rois chrétiens de ...

  • Afficher les 20 références