ATATÜRK MUSTAFA KEMAL (1881-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mustafa Kemal Atatürk

Mustafa Kemal Atatürk
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis

photographie

Expédition des Dardanelles

Expédition des Dardanelles
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Le général Mustafa Kemal Atatürk, en 1922

Le général Mustafa Kemal Atatürk, en 1922
Crédits : Hulton Getty

photographie


Fondateur et premier président de la République turque, né à Salonique en 1881, mort à Stamboul le 10 novembre 1938, Atatürk (Mustafa Kemal) a été l'un des premiers chefs d'État à comprendre la nécessaire occidentalisation des pays musulmans.

Mustafa Kemal Atatürk

Mustafa Kemal Atatürk

Photographie

Face au démembrement de l'Empire ottoman, Mustafa Kemal Atatürk (ici en 1922) organise à partir de mai 1919 la lutte pour l'intégrité et l'indépendance de la Turquie, dont il fera un État moderne et laïque, qu'il dirigera d'une main de fer jusqu'à sa mort en 1938. 

Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis

Afficher

Atatürk a été incontestablement l'un des hommes politiques les plus prestigieux de la période d'entre les deux guerres. Certains ont pu l'accuser d'avoir imposé une dictature à la Turquie ; en fait, sa personnalité a largement dominé un régime de type présidentiel, il a su en outre acquérir l'adhésion de la population, consciente des progrès de la Turquie. Cependant, Atatürk est mort trop tôt et n'a pu mener à terme toutes les réformes projetées. Après la Seconde Guerre mondiale, certains leaders du monde musulman se sont inspirés de son exemple, montrant par là qu'il avait été un précurseur. Pour les Turcs, il est celui qu'ils ont appelé, après sa mort, le « Chef éternel ».

La montée au pouvoir

Ayant perdu très tôt son père, Ali Riza, ancien fonctionnaire, puis militaire, devenu enfin commerçant, le jeune Mustafa fut élevé par sa mère, Zubeydé Hanoum. Élève à l'école primaire, puis au lycée d'État de Salonique, il entre à douze ans à l'École militaire préparatoire de Salonique, où l'un de ses professeurs lui fait ajouter à son nom de Mustafa celui de Kemal. En 1895, il entre au lycée militaire de Monastir et en 1899 à l'École de guerre de Stamboul, enfin à l'Académie de guerre, d'où il sort en janvier 1905 avec le grade de capitaine. Durant son séjour à Stamboul, il commence à s'intéresser à la politique, prenant parti pour les opposants au régime despotique du sultan ‘Abd ül-Hamid II.

À sa sortie de l'Académie de guerre, il est envoyé à Damas où, avec quelques camarades, il fonde un groupe secret, Vatan ve Hürriyet (Patrie et Liberté). Nommé en septembre 1907 à l'état-major de l'armée de Salonique, il se consacre à ses tâches militaires. En dépit des bouleversements que subit l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification


Autres références

«  ATATÜRK MUSTAFA KEMAL (1881-1938)  » est également traité dans :

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 737 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le génocide »  : […] Laissant une forte autonomie à ses minorités, l'Empire ottoman se raidit de plus en plus au fur et à mesure de son déclin politique et économique. Désormais, les réformes appliquées aux minorités chrétiennes seront le fruit de la pression des grandes puissances. Cet état de fait étant vécu comme une humiliation par les musulmans de l'Empire, les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armenie/#i_31059

BAYAR CELÂL (1883-1986)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 117 mots

Troisième président de la République turque (1950- 1960), Celâl (Djélâl) Bayar a joué un rôle dans la politique de son pays à trois reprises : entre 1908 et 1922, dans les organismes du comité Union et Progrès, puis dans la résistance à l'occupation grecque ; entre 1924 et 1938, dans les milieux dirigeants de la Turquie nouvelle ; enfin, entre 1946 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celal-bayar/#i_31059

INÖNÜ ISMET PACHA dit ISMET (1884-1973)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 996 mots
  •  • 1 média

Compagnon d'armes de Mustafa Kemal, Ismet Inönü fut l'un des grands bâtisseurs de la Turquie moderne. Né à Smyrne, fils d'un employé du ministère de la Justice qui voulait faire de lui un juriste, Inönü préfère entrer à l'école d'artillerie d'Istanbul et en sort diplômé en 1906. D'abord affecté à Edirne, il est rapidement promu membre de l'état-ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inonu-ismet-pacha-dit-ismet/#i_31059

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Turquie »  : […] Du temps d' Atatürk et d'Ismet Inǒnü, le pouvoir politique s'est totalement identifié au Parti républicain du peuple, dont l'un des six principes était le laïcisme. Ce principe, appliqué avec rigueur jusqu'en 1946, a paru connaître quelque écho dans une partie de la population, essentiellement celle des grands centres urbains ; mais l'effort de mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_31059

ORIENT QUESTION D'

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 6 468 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De l'Empire à la République (1914-1923) »  : […] Les combats en Europe orientale et balkanique n'ont aucune conséquence pour les Turcs qui se sont victorieusement défendus sur les Dardanelles (1915-1916) ; il en a été de même en Anatolie orientale où l'avance russe a été annihilée par la révolution de 1917. Dans cette région, les antagonismes entre Turcs et Arméniens aboutissent à des massacres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-d-orient/#i_31059

OTTOMAN EMPIRE

  • Écrit par 
  • François GEORGEON, 
  • Robert MANTRAN
  •  • 9 910 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La disparition de l’Empire et la fondation de la République (1918-1923)  »  : […] L'armistice de Moudros (30 oct. 1918) consacre la défaite turque et entraîne l' occupation des pourtours de l'Anatolie par les Alliés. Dans la capitale contrôlée par ceux-ci, le sultan Mehmed VI, qui a succédé à Mehmed V en 1918, est hostile au C.U.P. et aux Jeunes-Turcs et soutient les libéraux du parti de l’Entente libérale. Prêt à la négociation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-ottoman/#i_31059

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 326 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  Les évolutions décalées de l'entre-deux-guerres »  : […] Les années 1920 infléchissent le destin du Moyen-Orient dans des sens divergents selon que l'on considère les États arabes, pour la plupart soumis à la tutelle étrangère, ou les pays non arabes (Turquie, Iran, Afghanistan) qui parviennent à imposer leur indépendance et choisissent la voie d'une modernisation autoritaire. La renaissance turque est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proche-et-moyen-orient-contemporain/#i_31059

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La laïcité face à l'Islam politique »  : […] Le principe de la laïcité est le fondement de la République turque. Mustafa Kemal Atatürk supprima le califat en 1924, et fit introduire, en 1937, le principe de la séparation de l'État et de la religion dans la Constitution. Les deux Constitutions suivantes, celles de 1961 et 1982, ont réaffirmé ce principe. La laïcité turque se distingue de la l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_31059

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « ATATÜRK MUSTAFA KEMAL (1881-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ataturk/