INTUITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question de l'intuition dans la doctrine de la science

Si l'on consulte les doctrines techniques qui sont des réflexions sur la méthodologie des sciences, on retrouvera la plupart des aspects de l'intuition dont on a fait état précédemment au cours de l'analyse philosophique. Cela en raison de la complexité même du savoir scientifique, et des échanges de vocabulaire qui ont eu lieu entre méthodologie et philosophie. Le savoir scientifique est concerné par l'intuition perceptive qui lui fournit ses références primaires, par l'intuition au sens « cartésien » qui est la délimitation des évidences, et encore par l'« intuition productrice » des kantiens en tant qu'imagination formatrice de schèmes, ou même par l'« intuition compréhensive », saisie du subjectif par le sujet, qui peut jouer un rôle dans les sciences humaines.

Il importe cependant de marquer les limites que la méthodologie apporte, par nécessité, aux possibilités de l'intuition. D'abord la doctrine de la science adopte les requisits d'un savoir objectif, et elle récuse les références métaphysiques des philosophies de l'intuition. En outre, dans la mesure même où elle fait le tour des conditions d'un savoir formulable et vérifiable, elle assigne à l'intuition certaines fonctions parmi d'autres fonctions, elle essaie surtout de marquer le lien des certitudes immédiates avec les certitudes médiates et construites. Enfin, la logique scientifique est dans son orientation majeure une réflexion sur la fonction des signes, qui sont soumis à des clauses strictes concernant la désignation des signifiés et la connexion des symboles dans les syntaxes. La fonction des signalements requiert la stabilité des associations plutôt que la patuité des liaisons, et la construction des syntaxes réprime les assurances de l'évidence au profit des règles bien définies. De façon générale l'accord des syntaxes de la science avec les expériences vérificatrices se réalise sans qu'un recours à l'intuition soit nécessaire : il repose sur la correspondance stricte des structures de signes avec les structures relationnelles des domaines décrits. Pour ces raisons, la logique de la science restreint le rôle de l'intuition sous toutes ses formes.

Bases intuitives et conditions formelles des mathématiques

Ce sont les mathématiques qui ont donné lieu à certaines thèses « intuitionnistes », comme il est naturel pour une science qui développe les liaisons d'êtres idéaux soustraits à l'empirie. Les mathématiques cantoriennes se réclament d'une évidence rationnelle pour poser leurs principes fondamentaux. Surtout, les points de vue kantiens concernant l'intuition constructive ont été admis par des mathématiciens comme Henri Poincaré ou Luitzen Egbert Jan Brouwer, qui pensent que l'existence des êtres fondamentaux, les nombres, exige un procédé direct de formation continuée dont ne peut rendre compte aucun procédé logique de définition. Enfin, les références à l'idée d'une imagination créatrice ne sont pas absentes chez les mathématiciens : Édouard Le Roy adoptait les suggestions bergsoniennes pour situer le moment formateur, toujours ouvert, de la pensée qui institue les ordonnances de raisons sur lesquelles opère l'analyse. Plus proche de la tradition cartésienne de l'intuition intellectuelle, Léon Brunschvicg concevait comme intuitive l'initiative de la pensée qui oriente la recherche, choisit les solutions fécondes, préserve le mouvement de l'idée des scléroses du formalisme.

Cependant, il ne saurait être question, pour le mathématicien, de fonder sur des garanties intuitives tout l'édifice formel de la science, mais seulement d'assurer ainsi quelques bases, ou de réserver une place heuristique aux actes de l'imagination, en marge des obligations strictes de la preuve. Le procédé est visible dans la mathématique cantorienne, qui a inspiré largement le logicisme de Frege ou de Russell : les axiomes fondamentaux de la doctrine des ensembles requièrent l'évidence. Ainsi la proposition que tous les ensembles formés des mêmes éléments sont équivalents pour toutes les opérations de composition ou d'inclusion – mais, ceci accordé, la théorie des nombres et l'analyse se développent entièrement sur la base des définitions et des déducti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université des sciences humaines, lettres et arts de Lille

Classification

Autres références

«  INTUITION  » est également traité dans :

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intuition »  : […] L'intelligence, en effet, n'est pas la seule forme de la pensée. Il existe d'autres facultés de connaissance, déposées également par l'évolution de la vie, qui se rapportent directement à la réalité : l'instinct et l'intuition. L'instinct est comme une intuition qui aurait tourné court et l'intuition comme un instinct qui se serait intensifié et dilaté jusqu'à devenir conscient et susceptible de s […] Lire la suite

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Les théories de la connaissance s'accordent généralement à reconnaître qu'il y a essentiellement, dans l'être humain, deux modes de connaissances de la réalité, l'un qui porte directement sur le concret, saisi dans sa singularité, l'autre qui n'atteint le réel qu'à travers des déterminations de caractère abstrait (séparées des individus concrets en lesquels elles peuvent éventuellement se trouver […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

La connaissance désigne un rapport de la pensée à la réalité extérieure et engage la notion de vérité comme adéquation de l'esprit et de la chose. Par extension, le terme connaissance désigne le contenu de la pensée qui correspond à la nature de la chose visée, et s'oppose à erreur ou illusion. Ses caractères sont l'universalité et la nécessité, ce qui suppose de réfléchir sur la méthode propre […] Lire la suite

CONSCIENCE MORALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 1 163 mots

La faculté de formuler des jugements sur la valeur morale des actions humaines, ou conscience morale, a fait l’objet de développements importants en psychologie, notamment depuis la parution en 1932 de l’ouvrage Le Jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget. Au moyen de protocoles d’observation, d’entretiens et de brèves histoires soumises à l’évaluation de ses jeunes participants, Piaget avait […] Lire la suite

DÉMONSTRATION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 087 mots

Dans le chapitre « Intuition et déduction »  : […] N’existe-t-il pas cependant un moyen de contourner le caractère indémontrable des prémisses propre à ouvrir la voie aux arguties des sophistes ? Même si Euclide a pu se fourvoyer en considérant comme des évidences quelques-uns des points de départ posés par les géomètres, n’y a-t-il pas, si l’on se réfère à d’autres discours que le discours des mathématiciens, un accès possible à la vérité des pri […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Découvrir la vérité »  : […] Mais, sous un second aspect, la méthode est un ensemble de procédés de découverte. Il ne s'agit pas seulement, en effet, d'éviter l'erreur mais de trouver la vérité. Sur ce point, il faut avouer que les règles de Descartes sont plus nombreuses et plus souples. Peut-être même l'inachèvement des Règles pour la direction de l'esprit témoigne-t-il de l'impossibilité où se trouva leur auteur de résoud […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Les déboires du raisonnement adulte et l’hypothèse d’une dualité de processus »  : […] La découverte de capacités de raisonnement chez le jeune enfant s’est accompagnée de la remise en cause du caractère logique et rationnel du raisonnement adulte. Celui-ci serait en fait affecté d’une foule d’erreurs systématiques, des biais, et reposerait davantage, selon Daniel Kahneman et Amos Tversky, sur l’utilisation d’heuristiques (des stratégies mentales rapides et peu coûteuses basées sur […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le transcendantal et l'expérience possible »  : […] Le principe fondamental de la critique kantienne de l'empirisme tient dans la distinction entre une déduction seulement « empirique » des concepts à partir d'un donné et une déduction « transcendantale » de ces mêmes concepts qui s'adresse non pas à la question de leur origine dans une expérience actuelle ou passée, mais à celle de leur capacité à articuler une expérience possible, c'est-à-dire u […] Lire la suite

FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  • , Universalis
  •  • 8 846 mots

Dans le chapitre « L'intuition intellectuelle »  : […] Très tôt, Fichte a été obligé de défendre son système. En 1797, devant l'incompréhension générale, il publie les deux Introductions à la « Doctrine de la science » et cherche à clarifier plusieurs points de sa doctrine. En premier lieu, il repousse l'idée de « chose en soi » que les kantiens avaient entendue comme l'idée d'une réalité qui serait totalement « en dehors » de la conscience. En deuxi […] Lire la suite

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un sentiment ? »  : […] En fait, le mot « sentiment » connote des sens très divers, et les auteurs ne retiennent le plus souvent que l'un d'eux au détriment des autres. Ainsi, pour Malebranche, le sentiment est la perception confuse des choses et de soi-même ; les moralistes anglais du xviii e  siècle l'identifient avec la bienveillance, la sympathie spontanée ; Théodule Ribot le confond avec l'affectivité en général en […] Lire la suite

Pour citer l’article

Noël MOULOUD, « INTUITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/intuition/