HISTORICISME, art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du « grec » au « gothique »

Les développements de l'architecture de la Renaissance disent assez que la référence – essentiellement culturelle, « humaniste » – à l'Antiquité aura joué dans un sens productif, et sans donner cours, sauf exception, au pastiche, où se complairont au contraire nombre des architectes du xixe siècle, parmi les meilleurs. Et quant à l'architecture du siècle des Lumières, lors même qu'en réaction contre les débordements formels et décoratifs du rococo, elle prétendra renouer avec le vocabulaire de l'antique, ce ne sera pas nécessairement dans un esprit archéologique : l'architecture dite néo-classique se signale moins par l'utilisation d'éléments prélevés dans un répertoire antiquisant que par la nouveauté des principes qui président à leur articulation et, plus encore peut-être, par la concaténation de formes et de structures géométriques – cubes, cylindres, voire sphères – qui n'empruntent rien, comme telles, de l'histoire. En fait, la vogue des fouilles et des recherches, sinon des reconstitutions archéologiques, le succès de l'œuvre d'un J. J. Winckelmann, les attaques même d'un Piranèse contre la théorie de la suprématie artistique des Grecs ne produisirent leurs vrais effets qu'à beaucoup plus long terme, par les canaux d'un enseignement qui ne devait s'ouvrir à l'histoire, au sens que le xixe siècle a donné à ce mot, que pour mieux céder à l'éclectisme. Tel est le paradoxe du xixe siècle en matière d'architecture, que la défense des valeurs prétendument intangibles du goût et de la beauté se soit alliée dans la pratique à un relativisme sans réserves. L'Antiquité classique, grecque ou latine n'est plus visée comme un modèle intemporel mais comme un exemple qui, pour être prestigieux, n'en apparaît pas moins comme le produit, parmi d'autres, d'une histoire qu'il peut en retour, et dans un jeu de duplication indéfini, servir à éclairer et à informer. Déjà, au Panthéon (terminé en 1790), J.-G. Soufflot n'avait pas hésité à associer à une colonnade classique une couverture d'arcs et de voûtes dont les articulations témoignent d'une connaissance très poussée des principes de la construction gothique. Mais l'éclectisme ne se dénonce pas seulement par l'apparition, derrière le masque des colonnades et des frontons classiques, de structures architectoniques composites : le Rundbogenstil, le style à arcs en plein cintre qui succéda en terre germanique, dans la première moitié du siècle, au style « grec », avant de gagner la Scandinavie et même les États-Unis, empruntait indifféremment à l'art paléo-chrétien, au byzantin, au roman, au gothique italien et surtout à l'art du Quattrocento toscan, au point qu'on a voulu y voir une résurgence, un rejet de la Renaissance florentine ; son principal représentant, Karl-Friedrich Schinkel (1781-1841), se sera d'abord présenté, à Berlin, comme un adepte du rationalisme hellénisant, avant d'évoluer sur le tard vers des modes plus pittoresques et italianisants : mais il est significatif que son œuvre la plus importante soit un musée, l'Altes Museum de Berlin (1824-1826), variation sur le type « panthéon », où une rotonde à coupole et colonnade intérieure se dissimule derrière un portique ionique de dimensions colossales. Simultanément, l'Angleterre avait trouvé en John Soane (1753-1837), l'architecte de la Bank of England, à Londres, et en John Nash (1752-1835), l'auteur de travaux considérables dans cette même ville (Carlton Terrace, Regent's Street, Regent's Park Terraces, 1812-1827), des hommes qui surent jouer des formes « grecques » à des fins délibérément spectaculaires et représentatives. La publication, en 1836, des Contrasts de Augustus Pugin, ou Parallel between the Noble Edifices of the 14th an 15th Centuries and Similar Buildings of the Present Day, marque au contraire le point de départ du gothic revival qui triomphera durant l'ère victorienne, et dont l'ensemble des bâtiments du Parlement, à Londres (par l'architecte Charles Barry), en dépit de l'importance du programme et de la profusion d'un décor flamboyant dû à Pugin lui-même, ne permet pas de prendre la juste mesure, historique aussi bien que théorique. On en suivra plutôt les développements dans les écrits de John Ruskin (voire dans un roman comme Jud [...]

Altes Museum, Berlin, rotonde

Photographie : Altes Museum, Berlin, rotonde

Altes Museum, Berlin, intérieur de la rotonde. Architecte : Karl Friedrich Schinkel, 1824-1826. 

Crédits : Bildarchiv Steffens, Bridgeman Images

Afficher

Altes Museum, Berlin

Photographie : Altes Museum, Berlin

Altes Museum, Berlin. Architecte : Karl Friedrich Schinkel, 1823-1830. 

Crédits : Bildarchiv Steffens, Bridgeman Images

Afficher

Chambre des lords, Londres

Photographie : Chambre des lords, Londres

Chambre des lords, Westminster, Londres. Vue intérieure. Décor : Augustus Pugin. 

Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Altes Museum, Berlin, rotonde

Altes Museum, Berlin, rotonde
Crédits : Bildarchiv Steffens, Bridgeman Images

photographie

Altes Museum, Berlin

Altes Museum, Berlin
Crédits : Bildarchiv Steffens, Bridgeman Images

photographie

Chambre des lords, Londres

Chambre des lords, Londres
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  HISTORICISME, art  » est également traité dans :

BALLU THÉODORE (1817-1885)

  • Écrit par 
  • Annie JACQUES
  •  • 92 mots

Après le Grand Prix de Rome et un séjour en Italie et en Grèce, Ballu fait une carrière architecturale qui se déroule essentiellement dans l'administration municipale parisienne. Il achève dans le goût gothique l'église Sainte-Clotilde (1853), puis réalise, dans un style plus éclectique, l'église de la Trinité (1862). Son travail le plus important est la reconstruction dans le style Renaissance, à […] Lire la suite

BOFILL RICARDO (1939- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 872 mots
  •  • 2 médias

L'architecte catalan Ricardo Bofill, né en 1939 à Barcelone, construit dès le début des années 1960 des édifices remarqués. Il travaille d'abord dans la veine organique, foisonnante, attentive aux effets de matières qui est celle de l'école de Barcelone. En 1963, il crée le Taller de arquitectura , atelier pluridisciplinaire qui connaît une grande notoriété grâce à son inventivité formelle et à un […] Lire la suite

BURGES WILLIAM (1827-1881)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 140 mots

Architecte britannique, William Burges a contribué à l'affirmation du néo-gothique, d'inspiration esthétique plus que religieuse, aussi bien dans ses constructions que dans les arts appliqués (il publie en 1865 Art as applied to Industry ). Ses dessins austères, parfois empreints de fantaisie formelle, influencent les artistes de la fin du siècle. Pour ses massives forteresses médiévales du pays d […] Lire la suite

CUYPERS PETRUS JOSEPH HUBERTUS (1827-1921)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 87 mots

Architecte néerlandais, Cuypers met au point un art néo-gothique nourri de la tradition flamande, marqué par l'œuvre de Viollet-le-Duc. Il édifie (ou restaure) de nombreuses églises (à Eindhoven, à Groningue, cathédrale de Breda) et crée le château-fort De Haar (1890) où il invente un univers de chevalerie idéal. Ses réalisations majeures tentent de créer une architecture nationale, monumentale et […] Lire la suite

DUBAN FÉLIX (1798-1870)

  • Écrit par 
  • Sylvain BELLENGER
  •  • 1 230 mots

La Sainte-Chapelle, le Louvre ou l'école des Beaux-Arts suffiraient à eux seuls pour assurer gloire et immortalité à Félix Duban. Dans le grand mouvement de restauration monumentale du xix e  siècle, Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc attache son nom à l'art médiéval gothique, et Duban, son aîné de seize ans, est indissolublement lié à la Renaissance. Jacques Félix Duban est né à Paris le 14 octobre 1 […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Entre Rome et Las Vegas : Robert Venturi »  : […] Ancien étudiant de Louis Kahn, Robert Venturi (1925-2018) s'est surtout fait connaître par deux ouvrages Complexity and Contradiction in Architecture (1966) et Learning from Las Vegas (1972) dans lesquels il affirme renoncer à l'architecture héroïque du Mouvement moderne (les « canards ») dont le sens ne serait plus perçu dans le monde contemporain. Less is a bore (« Moins c'est ennuyeux ») : tel […] Lire la suite

FAUVEAU FÉLICIE DE (1801-1886)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 002 mots

Longtemps oubliée, le sculpteur Félicie de Fauveau mérite de retrouver aujourd'hui, dans le courant de réhabilitation de la sculpture française du xix e  siècle, la place que ses œuvres, profondément marquées par l'historicisme de l'époque romantique, lui avaient donnée aux yeux de ses contemporains. Première femme sculpteur qui ait vraiment marqué le siècle, elle avait su aussi, par son anticonfo […] Lire la suite

FERSTEL HEINRICH VON (1828-1883)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 145 mots

Architecte autrichien, représentatif de l'historicisme, Heinrich von Ferstel a réalisé une partie des bâtiments qui bordent le Ring et donnent sa physionomie à la Vienne de François-Joseph. Inspiré d'abord par le gothique du xiv e  siècle (pour la Votivkirche en 1857) ou le gothique toscan (pour la Bourse), il s'oriente vers les formes de la Renaissance italienne, suivant l'exemple de Semper. Outr […] Lire la suite

INDUSTRIELLE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Françoise HAMON
  • , Universalis
  •  • 4 846 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Historicisme et éclectisme »  : […] On associe le plus souvent l'historicisme de l'architecture industrielle au triomphalisme manufacturier de la seconde moitié du xix e  siècle en convoquant comme témoin l'usine Motte-Bossut de Roubaix, le plus fameux « château de l'industrie ». C'est oublier l'antériorité anglaise de l'historicisme. Le palladianisme qui marque toute la production architecturale de l'Angleterre touche la constructi […] Lire la suite

LABROUSTE HENRY (1801-1875)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 520 mots

Architecte français, Henry Labrouste a introduit avec autorité l'emploi du fer et de la fonte dans les édifices les plus nobles. Après de brillantes études au collège Sainte-Barbe, Labrouste est admis à l'École nationale des beaux-arts en 1819. Il suit les cours d'architecture de Le Bas et de Vaudoyer père. Il est successivement lauréat du prix départemental (1823) et du grand prix de Rome (1824). […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hubert DAMISCH, « HISTORICISME, art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/historicisme-art/