HISTORICISME, art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La contradiction de l'historicisme

La référence aux idées de droit, de justice, n'est pas ici accidentelle. C'est en effet en réaction contre la Révolution française et les doctrines du droit naturel qui l'auraient préparée que paraît être née l'école historique. L'historicisme, au sens philosophique, veut que toute pensée, que toute théorie ressortisse à une culture, à une totalité historique singulière. L'histoire est source de toute connaissance, comme de toute réflexion ; il n'y a de principes que concrets et particuliers, relatifs, adaptés à une époque, à une nation déterminée : s'inscrivant dans un contexte historique donné, ils sont voués à disparaître avec lui. Mais l'historicisme, au moins l'historicisme radical, est fondé sur une contradiction interne : sa thèse se détruit de son propre mouvement, dès lors qu'elle se présente comme une vérité permanente, valable pour toute pensée, pour toute époque. C'est dire que ses adeptes sont pris dans un dilemme : ou feindre que l'histoire – au moins l'histoire de la pensée – soit arrivée à son terme, au moment absolu où se dévoile le caractère essentiel (historique) de la vie humaine ; ou accepter que toute analyse implique un cadre de référence, un horizon qui ne saurait être fondé en raison, est au contraire à la base de tout raisonnement. Viollet-le-Duc s'inscrit en faux contre la thèse historiciste ; il croit à l'existence de principes transhistoriques qui régleraient l'évolution de l'art de bâtir, aussi bien qu'à la possibilité d'une analyse objective des différents systèmes historiques. Il n'en aura pas moins été conduit, dans les faits, à emprunter le modèle de la rationalité architecturale à une période déterminée, dans l'horizon de laquelle s'inscrit sa pensée, et à dénier à l'architecte, au nom d'un prétendu fonctionnalisme, toute possibilité d'invention.

La contradiction, l'impasse à laquelle aboutit Viollet-le-Duc est celle même, tout ensemble réelle et idéologique, de son époque. Réelle, dans la mesure où l'évolution de la société appelait confusément une nouvelle architecture dont les moyens n'étaient pas encore acquis (ce sera là, au début même de ce siècle, le cas de Gaudí) ; idéologique, dans la proportion où l'art apparaissait comme le refuge des traditions artisanales et des valeurs de luxe menacées par la révolution industrielle (la référence s'impose ici à Ruskin). Dès le début du xixe siècle, l'industrie allait fournir au bâtiment des éléments dont un John Nash sut tirer un parti éclatant au Pavillon royal de Brighton (1818-1821). Mais l'usage de supports et, vers le milieu du siècle, de poutres métalliques n'apportait par lui-même aucun bouleversement, structural ou esthétique : il s'agissait toujours de combiner, suivant les principes traditionnels, des éléments identifiables – colonnes, arcs, linteaux de fonte – auxquels les industriels s'efforçaient de donner l'apparence la plus respectable, la plus « culturelle », tandis que les architectes s'employaient à les insérer dans un habillage de maçonnerie ou derrière des façades ordonnées suivant les règles de l'École. Il n'est pas jusqu'aux constructeurs de ponts qui ne se voudront, à l'occasion, « grecs » ou « gothiques » ; le critique américain Montgomery Schuyler le reprochera, dans un article qui fera date, aux auteurs du pont de Brooklyn, le premier des grands ponts new-yorkais (dû aux architectes J. et W. Roebling, 1883). La fièvre architecturale qui s'empara de Chicago dans les années 1880-1890, et qui vit l'apparition des premiers gratte-ciel à charpente métallique, cette fièvre tourna court avec l'Exposition internationale de 1893, qui fut marquée par une réaction académique venue de l'Est. Les développements les plus radicaux interviendront sur d'autres plans, qu'il s'agisse des structures étoilées, constituées d'éléments sans identité propre, chères à Gustave Eiffel, et qui n'obéissent plus à la seule mécanique des poussées, ou des techniques nouvelles du béton qui, autorisant l'établissement de couvertures continues, affranchissent l'architecture de l'une de ses déterminations historiques les plus fondamentales. Avec l'apparition des structures en réseau et des voiles de béton paraboliques, la question de l'historicisme est complètement renouvelée : elle doit être posée désormais dans une perspective structurale, le problème étant de savoir si l'architecture, dans son histoire, peut ou non inventer, c'est-à-dire non seulement combiner, suivant des principes intangibles, des éléments donnés en nombre fini, mais produire des structures nouvelles, fondées sur des modes d'articulation inédits.

Le pavillon royal de Brighton

Photographie : Le pavillon royal de Brighton

Le pavillon royal de Brighton, Grande-Bretagne, œuvre de John Nash. 

Crédits : Alexey Fedorenko/ Shutterstock

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Altes Museum, Berlin, rotonde

Altes Museum, Berlin, rotonde
Crédits : Bildarchiv Steffens, Bridgeman Images

photographie

Altes Museum, Berlin

Altes Museum, Berlin
Crédits : Bildarchiv Steffens, Bridgeman Images

photographie

Chambre des lords, Londres

Chambre des lords, Londres
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  HISTORICISME, art  » est également traité dans :

BALLU THÉODORE (1817-1885)

  • Écrit par 
  • Annie JACQUES
  •  • 92 mots

Après le Grand Prix de Rome et un séjour en Italie et en Grèce, Ballu fait une carrière architecturale qui se déroule essentiellement dans l'administration municipale parisienne. Il achève dans le goût gothique l'église Sainte-Clotilde (1853), puis réalise, dans un style plus éclectique, l'église de la Trinité (1862). Son travail le plus important est la reconstruction dans le style Renaissance, à […] Lire la suite

BOFILL RICARDO (1939- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 872 mots
  •  • 2 médias

L'architecte catalan Ricardo Bofill, né en 1939 à Barcelone, construit dès le début des années 1960 des édifices remarqués. Il travaille d'abord dans la veine organique, foisonnante, attentive aux effets de matières qui est celle de l'école de Barcelone. En 1963, il crée le Taller de arquitectura , atelier pluridisciplinaire qui connaît une grande notoriété grâce à son inventivité formelle et à un […] Lire la suite

BURGES WILLIAM (1827-1881)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 140 mots

Architecte britannique, William Burges a contribué à l'affirmation du néo-gothique, d'inspiration esthétique plus que religieuse, aussi bien dans ses constructions que dans les arts appliqués (il publie en 1865 Art as applied to Industry ). Ses dessins austères, parfois empreints de fantaisie formelle, influencent les artistes de la fin du siècle. Pour ses massives forteresses médiévales du pays d […] Lire la suite

CUYPERS PETRUS JOSEPH HUBERTUS (1827-1921)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 87 mots

Architecte néerlandais, Cuypers met au point un art néo-gothique nourri de la tradition flamande, marqué par l'œuvre de Viollet-le-Duc. Il édifie (ou restaure) de nombreuses églises (à Eindhoven, à Groningue, cathédrale de Breda) et crée le château-fort De Haar (1890) où il invente un univers de chevalerie idéal. Ses réalisations majeures tentent de créer une architecture nationale, monumentale et […] Lire la suite

DUBAN FÉLIX (1798-1870)

  • Écrit par 
  • Sylvain BELLENGER
  •  • 1 230 mots

La Sainte-Chapelle, le Louvre ou l'école des Beaux-Arts suffiraient à eux seuls pour assurer gloire et immortalité à Félix Duban. Dans le grand mouvement de restauration monumentale du xix e  siècle, Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc attache son nom à l'art médiéval gothique, et Duban, son aîné de seize ans, est indissolublement lié à la Renaissance. Jacques Félix Duban est né à Paris le 14 octobre 1 […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Entre Rome et Las Vegas : Robert Venturi »  : […] Ancien étudiant de Louis Kahn, Robert Venturi (1925-2018) s'est surtout fait connaître par deux ouvrages Complexity and Contradiction in Architecture (1966) et Learning from Las Vegas (1972) dans lesquels il affirme renoncer à l'architecture héroïque du Mouvement moderne (les « canards ») dont le sens ne serait plus perçu dans le monde contemporain. Less is a bore (« Moins c'est ennuyeux ») : tel […] Lire la suite

FAUVEAU FÉLICIE DE (1801-1886)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 002 mots

Longtemps oubliée, le sculpteur Félicie de Fauveau mérite de retrouver aujourd'hui, dans le courant de réhabilitation de la sculpture française du xix e  siècle, la place que ses œuvres, profondément marquées par l'historicisme de l'époque romantique, lui avaient donnée aux yeux de ses contemporains. Première femme sculpteur qui ait vraiment marqué le siècle, elle avait su aussi, par son anticonfo […] Lire la suite

FERSTEL HEINRICH VON (1828-1883)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 145 mots

Architecte autrichien, représentatif de l'historicisme, Heinrich von Ferstel a réalisé une partie des bâtiments qui bordent le Ring et donnent sa physionomie à la Vienne de François-Joseph. Inspiré d'abord par le gothique du xiv e  siècle (pour la Votivkirche en 1857) ou le gothique toscan (pour la Bourse), il s'oriente vers les formes de la Renaissance italienne, suivant l'exemple de Semper. Outr […] Lire la suite

INDUSTRIELLE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Françoise HAMON
  • , Universalis
  •  • 4 846 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Historicisme et éclectisme »  : […] On associe le plus souvent l'historicisme de l'architecture industrielle au triomphalisme manufacturier de la seconde moitié du xix e  siècle en convoquant comme témoin l'usine Motte-Bossut de Roubaix, le plus fameux « château de l'industrie ». C'est oublier l'antériorité anglaise de l'historicisme. Le palladianisme qui marque toute la production architecturale de l'Angleterre touche la constructi […] Lire la suite

LABROUSTE HENRY (1801-1875)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 520 mots

Architecte français, Henry Labrouste a introduit avec autorité l'emploi du fer et de la fonte dans les édifices les plus nobles. Après de brillantes études au collège Sainte-Barbe, Labrouste est admis à l'École nationale des beaux-arts en 1819. Il suit les cours d'architecture de Le Bas et de Vaudoyer père. Il est successivement lauréat du prix départemental (1823) et du grand prix de Rome (1824). […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hubert DAMISCH, « HISTORICISME, art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/historicisme-art/