HISTOIRE (Domaines et champs)Anthropologie historique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le succès rencontré par l'anthropologie historique depuis les années 1970 chez les historiens conduit à s'interroger sur le choix de cette nouvelle appellation comme sur le projet historiographique qu'elle recouvre. Faut-il voir dans l'anthropologie historique le fruit d'une alliance des historiens avec l'anthropologie contractée au moment où le structuralisme de Lévi-Strauss procurait à celle-ci un prestige nouveau ? Ce serait ignorer que les fondateurs des Annales s'intéressaient déjà aux travaux des anthropologues. Marc Bloch s'était inspiré de James Frazer pour son premier grand livre Les Rois thaumaturges (1924) ; attiré par l'étude du folklore comme voie d'accès à la culture matérielle et aux formes routinières de l'activité mentale, Lucien Febvre avait noué des liens avec les chercheurs du musée des Arts et Traditions populaires.

À la rencontre du structuralisme

Au cours des années 1970, les emprunts des historiens à l'anthropologie s'intensifient. Pour Georges Duby, qui marche dans les pas de Marc Bloch, le transfert est homéopathique et calculé. Dans chacun de ses livres, nourris par une solide érudition, il introduit un emprunt conceptuel à l'anthropologie qui approfondit sa perspective. Son analyse de la mise en place des lignages féodaux dans La Société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise (1953) s'inspire du chapitre sur « les liens du sang » de La Société féodale (1939) de Marc Bloch mais aussi des Structures élémentaires de la parenté (1949) de Claude Lévi-Strauss. Dans Guerriers et paysans (1973), il introduit la pensée de Marcel Mauss sur le don et l'économie ostentatoire. Dans Les Trois Ordres, ou l'Imaginaire du féodalisme (1978), c'est le structuralisme du linguiste et mythologue Georges Dumézil qui guide sa pensée. Par les thèmes et les auteurs qu'il évoque, Montaillou, village occitan (1975) d'Emmanuel Le Roy Ladurie, le plus grand best-seller de l'École des Annales, nous offre un feu d'artifice des usages de la littérature anthropologique pour l'analyse du passé.

La conjoncture intellectuelle des années 1960 peut également expliquer la préférence donnée au terme anthropologie. Au moment où les historiens se tournent de plus en plus vers l'ethnologie, celle-ci est en train d'adopter, sous l'influence de Claude Lévi-Strauss, responsable de son nouveau prestige, l'appellation « d'anthropologie sociale », utilisée dans le monde anglo-saxon. Les deux termes ne sont pas tout à fait interchangeables. Françoise Héritier propose d'appeler ethnologie l'étude d'une culture dans sa totalité pour faire ressortir sa logique propre, et anthropologie la démarche comparative qui, à propos d'un trait constitutif de l'humanité, cherche à en retrouver les différentes déclinaisons à travers le temps et l'espace (La Science sauvage, 1993). Comparaison, prise en compte des variations dans le temps : ces deux exigences sont essentielles pour une discipline, comme l'histoire, vouée à l'étude des changements.

Mais l'ascendant paradoxal que prend le structuralisme lévi-straussien sur les historiens à la fin des années 1960 n'explique pas tout. L'anthropologie s'est constituée en France au milieu du xixe siècle autour de l'étude de la variabilité des caractères physiques de l'homme à travers le temps (comme l'évolution de la taille étudiée par Broca à partir de relevés anthropométriques anciens) et la diversité des sociétés. Critiquée par Durkheim pour ses hypothèses biologisantes ou racialistes et délaissée progressivement par les sciences sociales en raison de son évolutionnisme réducteur, l'anthropologie a continué à être enseignée dans les facultés de médecine jusqu'aux années 1950 et à véhiculer certains de ses sous-produits idéologiques comme l'eugénisme, voire le racisme. Il n'est pas impossible néanmoins que les historiens aient désiré, en privilégiant ce terme, se réapproprier une partie de cet héritage ; non pas son héritage idéolog [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  HISTOIRE  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suive […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

L'histoire est un champ d'étude très ancien, que certaines traditions historiographiques font remonter aux Grecs Hérodote ou Thucydide. Pourtant, si l'on veut parler de courants, d'écoles ou de traditions, en donnant à ces notions une certaine consistance historique et sociologique, une […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 221 mots
  •  • 6 médias

Pour comprendre les pratiques des historiens, deux notions clés s'avèrent indispensables. La première, les sources, appartient en propre aux professionnels de l'histoire ; la seconde, la méthode, est la clé de toutes les démarches de l'esprit.Si faire de l'histoire consiste avant tout à rechercher et à critiquer les traces du passé que l'historien constitue […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Les historiens n'ont pas toujours pris au sérieux l'histoire comme écriture (entendue comme phase scripturaire du « faire de l'histoire »), considérant souvent celle-ci, selon les mots de Paul Ricœur, comme une « opération secondaire relevant de la seule rhétorique de la communication, et qu'on pourrait négliger comme étant d'ordre simplement rédactionnel ». En outre, les problématisations histori […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 3 822 mots
  •  • 4 médias

Pour Marc Bloch, dans Apologie pour l'histoire (1940), l'histoire ne se justifie pas comme une « science du passé » dont la seule vertu serait l'art pour l'art. Il fustige, dans L'Étrange Défaite (1949), le repli des savants dans leur laboratoire hors de la cité et de ses combats. Il fait ainsi écho aux comptes rend […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 112 mots

L'histoire scientifique, fondée sur des sources documentaires soumises à une étude critique, confrontées entre elles et exploitées selon des règles rigoureuses qui supposent une connaissance solide du contexte, a pour objet l'étude des sociétés humaines et de leur évolution au cours des diverses époques. Cette définition marque une distinction nette autant avec des œuvres littéraires dont l'histoi […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 646 mots
  •  • 2 médias

Analyser l'évolution de l'histoire politique qui, durant des siècles, s'est confondue avec l'histoire elle-même, revient à décrire la résurrection et la mutation d'un domaine historique qui, au sortir d'une longue crise durant la première moitié du xxe siècle, s'affirme de nouveau comme un des secteurs les plus dynamiques et les plus porteurs de la re […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire économique

  • Écrit par 
  • Michel MARGAIRAZ
  •  • 4 548 mots
  •  • 1 média

L'histoire économique s'est construite dans la longue durée et ne s'est véritablement institutionnalisée, sous l'effet de facteurs multiples et diversement actifs selon les lieux, qu'à partir de la fin du xixe siècle. Elle a connu un apogée dans le deuxième tiers du xxe siècle – entre la crise des années […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire sociale

  • Écrit par 
  • Vincent VIET
  •  • 3 566 mots

Retracer en quelques lignes l'évolution récente de l'histoire sociale n'est pas chose aisée compte tenu de la complexité d'un domaine dont la définition et les approches évoluent en permanence. Comment tenir compte à la fois de la production hexagonale et des innombrables travaux étrangers sur la société française ? Quels périmètre et cadre chronologique donner à l'histoire sociale quand les histo […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire culturelle

  • Écrit par 
  • Pascal ORY
  •  • 2 905 mots

À l'orée du xxie siècle, l'histoire culturelle apparaît comme particulièrement en vogue. La formule est d'usage fréquent pour qualifier un champ de recherche : « histoire culturelle » en France, cultural history ou culture history dans les pays anglo-saxons, Kulturgeschichte en Allemagne... O […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire des relations internationales

  • Écrit par 
  • Robert FRANK
  •  • 4 386 mots

L'histoire des relations internationales occupe une place relativement importante dans l'historiographie et la recherche. Certes, dans chaque pays, l'histoire nationale implique davantage de chercheurs, produit plus de publications et attire plus de lecteurs. Pourtant, les questions internationales font irruption dans l'espace public, notam […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André BURGUIÈRE, « HISTOIRE (Domaines et champs) - Anthropologie historique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-anthropologie-historique/