GAULE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Limitée par le Rhin, la Méditerranée, les Alpes, les Pyrénées et l'Atlantique, la Gaule est devenue le territoire celtique le plus étendu et le plus cohérent de l'Antiquité. À vrai dire, les Celtes n'y étaient autochtones que dans le tiers nord-est du territoire (Alsace, Lorraine, Franche-Comté, Bourgogne, est du Bassin parisien), le reste du pays étant occupé, dans sa majeure partie, par des populations anonymes installées depuis l'époque néolithique : Basques et Ibères dans le Sud-Ouest ; Ligures dans le Sud-Est. Même après l'achèvement de la conquête de la Gaule, les Celtes n'y ont jamais constitué la majorité de la population ; ils semblent avoir été groupés en colonies guerrières, tendant, au cours du second âge du fer, à se fondre progressivement dans le reste de la population, en lui imposant leur langue et leur civilisation.

Les Gaulois et plus généralement les Celtes n'ont jamais été fermés sur eux-mêmes : dès le viie siècle avant J.-C., ils entretenaient des rapports commerciaux avec les peuples les plus civilisés du bassin méditerranéen. De tous les barbares, ils étaient sans doute les moins barbares. L'entrée de la Gaule dans le monde méditerranéen et hellénique a précédé de loin la conquête romaine et a préparé la voie à celle-ci. Il est en particulier abondamment établi que l'expansion commerciale et l'influence technique et culturelle de la colonie phocéenne de Marseille débordaient largement le cadre de ce qui allait devenir la province romaine de Narbonnaise. C'est du reste à l'appel des Marseillais, victimes de la piraterie ligure et des incursions de leurs voisins, que les Romains intervinrent en Gaule méridionale. Cette région servit ensuite de base de départ à Jules César pour conquérir l'ensemble du territoire ; il ne faisait en cela que lutter de vitesse avec les Germains : si la Gaule n'était devenue romaine, elle fût à coup sûr devenue germanique.

La langue latine supplanta peu à peu les parlers celtiques ; sur tout le territoire s'élevèrent des villes, avec leurs réseaux d'aqueducs et de voies. Cependant, les Gaulois, en devenant gallo-romains, ne renièrent pas leurs traditions propres. Cette fidélité se manifeste aussi bien dans le domaine religieux que dans le domaine artistique.

La religion gauloise est surtout connue par les monuments, sculptures ou inscriptions d'époque romaine. Mais les fouilles mettent au jour un nombre de plus en plus grand de monuments et de documents plus anciens et permettent donc une reconstitution plus précise. Ces découvertes suggèrent que, dès l'époque hallstattienne, s'élaborent, dans le domaine celtique et sur les confins celto-illyriens, un panthéon, une mythologie et un rituel. C'est là qu'il faut chercher l'origine de la religion gauloise, qui, fortement influencée dès le début par les idées et les thèmes méditerranéens, se développera au cours du second âge du fer, dans le domaine celtique, particulièrement en Gaule, et se perpétuera bien au-delà de la conquête romaine.

On a cru longtemps, à la suite de Salomon Reinach, que l'art gaulois s'était cantonné exclusivement dans la décoration et dans la représentation des symboles géométriques, qu'il aurait été, en somme, dominé par une sorte de tabou de la figure humaine. Des découvertes plus récentes, permettant de dater beaucoup d'œuvres déjà connues mais mal comprises et mal situées, ont fait justice de cette théorie. On connaît actuellement une série importante de sculptures gauloises qui s'échelonnent de la fin du vie siècle au début de la période romaine. La plupart sont des figurations humaines. Une autre théorie, due à F. Benoit, consiste à isoler, parmi les sculptures gauloises, celles qui ont été trouvées dans le midi de la Gaule, à les considérer comme émanant d'une sorte de collectivité religieuse et artistique commune aux peuples riverains de la Méditerranée. Cette thèse, qui aboutit à nier toute originalité à l'art gaulois, ignore la parenté directe qui unit ces œuvres, découvertes dans la zone de rayonnement artistique de Marseille et de ses colonies, à celles, à vrai dire moins nombreuses, qui ont été élaborées sur le reste du territoire gaulois, et notamment dans la vallée du Rhin.

Devenue romaine, la Gaule ne perdit point sa personnalité. L'histoire de l'art antique a mis en évidence l'importance des arts provinciaux qui se sont développés dans le cadre de l'Empire romain. Ces arts offrent un double intérêt : ils renseignent sur la continuité des traditions religieuses et artistiques indigènes ; ils éclairent sur les diverses influences qu'exercèrent tant les événements militaires et politiques que les courants économiques. La Gaule romaine est particulièrement favorisée en exemples de ce genre, car elle bénéficiait d'une tradition religieuse et artistique ancienne et bien vivante, et se trouvait soumise à des courants variés d'influences artistiques et culturelles, tant en raison de sa situation géographique que du caractère composite de sa population urbaine. En fait, la présence gauloise dans l'art gallo-romain sera, suivant les époques, tantôt forte, tantôt faible et estompée, tantôt subjuguée et en quelque sorte domestiquée, tantôt à nouveau triomphante, en raison de l'allègement de l'autorité romaine.

Histoire et civilisation

Des origines aux invasions belges

La conquête de la Gaule par les Celtes s'est opérée en deux grandes phases. La première phase commence à l'âge du bronze moyen, pour s'achever à l'âge du bronze final, et comporte quatre périodes :

Partant de l'Allemagne du Sud et de la Rhénanie, les Celtes pénètrent d'abord lentement vers l'ouest, avec des pointes en direction du Bassin parisien, voire de la Charente, entre 1500 et 1300 avant J.-C.

Une première vague d'invasions proprement dite, relativement clairsemée, succède à cette lente pénétration, au début de la période des « champs d'urnes », au cours de laquelle la sépulture à inhumation sous tumulus cède la place à l'incinération en urne, déposée en pleine terre (1200 av. J.-C.).

À partir de 1000 avant J.-C., les Celtes colonisent systématiquement tout l'est du territoire, s'avançant même vers le Massif central et la vallée du Rhône.

Entre 900 et 700 avant J.-C., il se produit un reflux et un regroupement de populations.

La seconde phase se situe à l'âge du fer. Durant le premier âge du fer, ou période hallstattienne, la population paraît être restée stable. To [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 40 pages

Médias de l’article

Gaule romaine, organisation administrative

Gaule romaine, organisation administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Gaule romaine, économie et commerce

Gaule romaine, économie et commerce
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Le Chaudron de Gundestrup

Le Chaudron de Gundestrup
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France
  • : archéologue, professeur à la faculté des lettres de Strasbourg

Classification

Autres références

«  GAULE  » est également traité dans :

AFFRONTEMENTS ENTRE ROMAINS ET GAULOIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 345 mots

vie-ve siècle avant notre ère Dernier Âge du fer celtique : la civilisation de La Tène supplante celle de Hallstatt.ve-ive siècle avant notre ère Infiltrations ga […] Lire la suite

CONQUÊTE ROMAINE DES GAULES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 176 mots

— 475 environ Deuxième Âge du fer : culture de La Tène.Début du ive siècle avant notre ère Les troupes du Gaulois Brennus prennent la ville de Rome.Fin du iiie siècle-début du iie siècle avant […] Lire la suite

"EMPIRE GAULOIS" ET "EMPIRE PALMYRÉNIEN" - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 263 mots

260 En Occident, Postume est proclamé empereur par les soldats qui ont assassiné Salonin, le fils de Gallien. En Orient, Odenath, prince de Palmyre, stoppe les Perses vainqueurs de Valérien et élimine plusieurs usurpateurs.264 Victoire de Postume sur les Germains ; il p […] Lire la suite

PRISE DE ROME PAR LES GAULOIS

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 268 mots

La tradition rapporte que Rome dut faire face en — 390 à une invasion gauloise dirigée par Brennus : après la défaite de l'Allia, un affluent du Tibre, la ville et ses vieillards furent livrés aux Gaulois, qui la détruisirent tandis que la jeunesse résistait sur le Capitole et que les objets sacrés furent transférés à Caere (Cerveteri) ; échouant à prendre la c […] Lire la suite

ALÉSIA

  • Écrit par 
  • Michel REDDÉ
  •  • 1 048 mots
  •  • 2 médias

Premier site de l'histoire de la nation française, Alésia a été rendu célèbre par le fameux passage de la Guerre des Gaules (VII, 68-89) dans lequel César met en scène la défaite de Vercingétorix en 52 avant J.-C. Devenu « lieu de mémoire » et symbole national de la résistance à l'invasion, tout particulièrement depuis le xix e  siècle, Alésia n'allait cesser d'être aussi un de ces sujets de quer […] Lire la suite

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des villages lacustres à la fin de l'occupation romaine »  : […] À l'origine, l'Ill et le Rhin mêlaient abondamment leurs eaux dans cette dépression de la terrasse lœssique qui allait devenir la plaine d'Alsace. Ce vaste marécage n'étant guère hospitalier, l'homme de l'époque paléolithique y a laissé peu de traces. Au Néolithique, des habitations sur pilotis sont construites au bord des rivières : l'art du potier en est à ses premiers balbutiements. Il faut att […] Lire la suite

AMAND saint (584 env.-679)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 184 mots

Né au pays d'Herbauge, en Poitou, Amand fut, très jeune, moine dans l'île d'Yeu, puis clerc à Tours et ermite à Bourges. Il connut des moines irlandais et adopta en grande partie leur mode de vie. En 629, il fut ordonné évêque sans siège fixe, pour évangéliser le nord de la Gaule, avec l'appui des rois francs, de Dagobert surtout, auquel néanmoins il reprocha son libertinage. Amand débuta par la r […] Lire la suite

AMBIORIX (Ier s. av. J.-C.) roi des Éburons

  • Écrit par 
  • Paul QUENTEL
  •  • 237 mots

« Roi [de la région] à l'entour », c'est-à-dire des deux tribus des Éburons, Ambiorix est un des principaux chefs gaulois dont la révolte a, en quelque sorte, préparé celle de Vercingétorix. Les rébellions se succédaient en Gaule depuis ~ 58. Cette année-là, César dut affronter Dumnorix ; en ~ 57, les Belges unis aux hommes de la Celtique ; en ~ 56, les Armoricains ; en ~ 55, il dut prévenir une a […] Lire la suite

AMPHITHÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GOLVIN
  •  • 3 174 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'amphithéâtre dans son contexte culturel et urbain »  : […] Partout dans l'Empire l'amphithéâtre apparut comme un puissant moyen de romanisation. Il était le lieu où se déroulaient des spectacles de masse nés en Italie et organisés par les autorités locales que l'on voyait d'ailleurs sur les gradins, symboles vivants du pouvoir politique impérial. Dans toutes les provinces de la Gaule, cet édifice fut l'apanage des grandes villes neuves créées ou rebâties […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Institutions et société »  : […] L'Empire, sans connaître de mutation brutale, se transforme à partir du iii e  siècle. Certes, l'unité du « monde romain » ( orbis romanus ) subsiste en principe jusqu'à l'époque de Justinien, au vi e siècle (les Byzantins garderont toujours le nom de Romaioi ), mais, en pratique, l'Empire connaît des divisions, dues soit à des usurpations (cas des Empires « gaulois » et « palmyrénien » au iii e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, Jean-Jacques HATT, « GAULE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/