PALMYRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étonnement que l'Anglais Robert Wood ressentit lors de la découverte des ruines de Palmyre, le 14 mars 1751, fut partagé par tous les voyageurs qui lui succédèrent dans cette oasis du désert de Syrie, avant que les fouilles françaises, polonaises, suisses et syriennes ne fassent mieux connaître l'urbanisme de cette ville, marqué par de grandes voies à colonnades, les temples et les tombeaux, avec leur architecture et leur sculpture originales. Toutes ces constructions remontent aux iie et iiie siècles de notre ère, époque à laquelle Palmyre, après de longs siècles d'obscurité, conquit un rôle commercial et militaire de premier ordre. Au milieu du iiie siècle, la ville était devenue le boulevard de l'Empire en Orient, et ses chefs allaient prendre la direction du monde romain quand l'empereur Aurélien la brisa irrémédiablement en 273.

Syrie : carte administrative

Carte : Syrie : carte administrative

Carte administrative de la Syrie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La grandeur éphémère et l'étrange destin de Palmyre posent bien des questions : comment cette oasis connut-elle une prospérité qui lui valut un cadre urbain digne des plus grandes métropoles de la Méditerranée orientale ? Comment expliquer l'originalité de sa civilisation, qui emprunte au monde classique gréco-romain comme au milieu indigène sémitique ? Pourquoi, enfin, sa chute fut-elle si brutale et définitive ?

L'ascension de Palmyre

Palmyre se trouve dans une situation géographique avantageuse, à égale distance des riches plaines du « Croissant fertile » : plaine du Hauran, oasis de Damas, vallée de l'Oronte, plaine d'Alep et vallée de l'Euphrate ; de plus, à travers la chaîne côtière, la trouée de Homs permet de passer de la vallée de l'Oronte au littoral. Palmyre se trouve en outre au pied d'un col qui franchit la longue crête de collines crayeuses coupant le désert du sud-ouest au nord-est, de Damas à Deir ez-Zor sur l'Euphrate. Carrefour de caravanes, Palmyre offre à celles-ci les ressources d'une eau abondante qui irrigue aujourd'hui encore une vaste palmeraie. Les steppes avoisinantes permettent l'élevage de troupeaux, et les salines toutes proches ne sont pas non plus sans intérêt.

Palmyre, carrefour caravanier

Dessin : Palmyre, carrefour caravanier

Située entre la Mésopotamie, la vallée de l’Euphrate et la mer Méditerranée, Palmyre se trouve, dans l’Antiquité, au carrefour de nombreuses routes commerciales. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Habitée dès la préhistoire, l'oasis reçut le nom de Tadmor, mot probablement d'origine présémitique, qui apparaît pour la première fois au début du IIe millénaire avant J.-C., sur une tablette de Kultepe en Cappadoce. L'oasis, alors aux mains des Amorrhéens, est à nouveau mentionnée dans deux lettres cunéiformes des archives de Mari, au xviiie siècle, avant de retomber dans l'oubli jusqu'au xie siècle, quand Téglat-Phalasar traverse le désert et chasse de Palmyre les Araméens, qui s'étaient substitués aux Amorrhéens. Dans la Bible enfin, on trouve « Tamar au désert », identifiée avec Tadmor. La langue palmyrénienne est d'ailleurs un dialecte araméen ; elle fut déchiffrée en 1754 par l'abbé Jean-Jacques Barthélemy ; l'inscription la plus ancienne date de 44 avant J.-C.

Tadmor était devenu un centre important qui, au ier siècle avant J.-C., « cherchait en Perse les produits de l'Inde et de l'Arabie, pour les revendre chez les Romains », selon le témoignage d'Appien, confirmé par Pline l'Ancien : « Palmyre jouit d'un sort privilégié entre les deux grands empires, celui des Romains et celui des Parthes, et tous deux la sollicitent, dès que renaissent les conflits. » C'est à cette époque qu'apparaît le nom gréco-latin de Palmyre, dérivé du latin palma.

Palmyre perdit sa liberté au début de l'Empire : Germanicus, honoré dans une dédicace de l'année 19 de notre ère, fixa le premier tarif douanier, et envoya un notable de la ville en mission à l'embouchure de l'Euphrate ; une aile de cavalerie romaine stationne à Palmyre au iie siècle, tandis que des archers palmyréniens figurent dans l'armée romaine dès l'époque de Vespasien.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Syrie : carte administrative

Syrie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Palmyre, carrefour caravanier

Palmyre, carrefour caravanier
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Grande colonnade de Palmyre, Syrie

Grande colonnade de Palmyre, Syrie
Crédits : Louise Norton, Bridgeman Images

photographie

Palmyre : plan

Palmyre : plan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PALMYRE  » est également traité dans :

"EMPIRE GAULOIS" ET "EMPIRE PALMYRÉNIEN" - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 263 mots

260 En Occident, Postume est proclamé empereur par les soldats qui ont assassiné Salonin, le fils de Gallien. En Orient, Odenath, prince de Palmyre, stoppe les Perses vainqueurs de Valérien et élimine plusieurs usurpateurs.264 Victoire de Postume sur les Germains ; il p […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La pression des Barbares »  : […] Pendant cette période, la plus funeste de l'histoire de l'Empire , aucun souverain ne put fonder de dynastie durable, les armées proclamèrent sans cesse de nouveaux empereurs, légitimes quand ils survécurent, mais usurpateurs et « tyrans » quand le sort des armes se déclara contre eux. Ce fut une grande cause de faiblesse, malgré la valeur de certains, car rien n'assurait la continuité d'une polit […] Lire la suite

SYRIE, archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 9 241 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un patrimoine en grave danger »  : […] Depuis 1994, l’archéologie syrienne a connu deux périodes totalement différentes. La première, qui s’étend sur quelque 16 années, est marquée dans son ensemble par la continuité des actions de la période antérieure : maintien et développement d’une politique proprement syrienne de recherches archéologiques, associée à des actions conduites en étroite coopération avec des missions d’universités étr […] Lire la suite

ZÉNOBIE (morte apr. 274) reine de Palmyre (266/67-272)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 232 mots

Reine ambitieuse de Palmyre, peut-être responsable du meurtre de son époux le roi Odenath, qui régna sur Palmyre de 260 à 267, et de leur fils aîné. Leur second fils, Wahballath étant trop jeune pour régner, Zénobie prend le pouvoir et se fait appeler « illustrissime reine ». Profitant de l'anarchie du monde romain, la reine pousse ses troupes en Anatolie jusqu'au Bosphore. À l'ouest, la puissance […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 mars 2021 Russie. Plainte contre un mercenaire du groupe Wagner.

Elles l’accusent d’avoir torturé, tué et mutilé un soldat déserteur syrien, près de Palmyre, en juin 2017, lors de la reconquête de la ville qui était contrôlée par l’organisation État islamique. L’accusation s’appuie sur les investigations menées par le journal Novaïa Gazeta dont les demandes d’ouverture d’enquête n’avaient pas abouti. Le Kremlin ne reconnaît pas l’existence de ces sociétés militaires privées. […] Lire la suite

7-29 avril 2018 Syrie. Riposte occidentale à l'usage d'armes chimiques.

Le 9, l’aéroport militaire de Tiyas, entre Homs et Palmyre, utilisé par les forces iraniennes et russes, est la cible de plusieurs missiles. Damas et Moscou dénoncent une opération israélienne. Le 10, au Conseil de sécurité des Nations unies, la Russie met son veto à un projet de résolution américain visant à relancer le mécanisme d’enquête conjoint de l’ONU et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques en Syrie, supprimé sur l’initiative de Moscou en novembre 2017. […] Lire la suite

3-25 février 2018 Syrie. Annonce sans effet d'un cessez-le-feu dans la Ghouta.

Le 10, Israël réplique à l’incursion d’un drone iranien dans son espace aérien en bombardant la base aérienne d’où celui-ci avait décollé, près de Palmyre. Les tirs de missiles syriens, en représailles, provoquent la perte d’un avion de chasse F-16 israélien. Israël procède au bombardement de douze sites militaires syriens. La Russie, à la fois alliée d’Israël et de l’Iran, exprime sa « grande préoccupation ». […] Lire la suite

1er-29 mars 2017 Syrie. Fin de l'opération turque « Bouclier de l'Euphrate ».

Le 17, l’aviation israélienne frappe un convoi d’armes destinées au Hezbollah près de Palmyre. Damas riposte par des tirs de missiles antiaériens. Le 19, des groupes rebelles islamistes mènent une attaque dans la banlieue est de Damas afin de desserrer le siège de deux quartiers rebelles proches encerclés par l’armée. Les combats continuent les jours suivants. […] Lire la suite

14-24 janvier 2017 Syrie. Négociations entre le régime et les rebelles modérés.

Le 20 sont publiées des images satellite prouvant les nouvelles destructions commises par l’EI sur le site antique de Palmyre, situé dans le centre du pays, que les djihadistes ont reconquis en décembre 2016. Les 23 et 24, les représentants du régime et treize chefs militaires de l’opposition modérée participent à des négociations directes à Astana, au Kazakhstan, sous l’égide de la Russie, de l’Iran et de la Turquie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André LARONDE, « PALMYRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/palmyre/