Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PALMYRE

Syrie : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Syrie : carte administrative

L'étonnement que l'Anglais Robert Wood ressentit lors de la découverte des ruines de Palmyre, le 14 mars 1751, fut partagé par tous les voyageurs qui lui succédèrent dans cette oasis du désert de Syrie, avant que les fouilles françaises, polonaises, suisses et syriennes ne fassent mieux connaître l'urbanisme de cette ville, marqué par de grandes voies à colonnades, les temples et les tombeaux, avec leur architecture et leur sculpture originales. Toutes ces constructions remontent aux iie et iiie siècles de notre ère, époque à laquelle Palmyre, après de longs siècles d'obscurité, conquit un rôle commercial et militaire de premier ordre. Au milieu du iiie siècle, la ville était devenue le boulevard de l'Empire en Orient, et ses chefs allaient prendre la direction du monde romain quand l'empereur Aurélien la brisa irrémédiablement en 273.

La grandeur éphémère et l'étrange destin de Palmyre posent bien des questions : comment cette oasis connut-elle une prospérité qui lui valut un cadre urbain digne des plus grandes métropoles de la Méditerranée orientale ? Comment expliquer l'originalité de sa civilisation, qui emprunte au monde classique gréco-romain comme au milieu indigène sémitique ? Pourquoi, enfin, sa chute fut-elle si brutale et définitive ?

L'ascension de Palmyre

Palmyre, carrefour caravanier - crédits : Encyclopædia Universalis France

Palmyre, carrefour caravanier

Palmyre se trouve dans une situation géographique avantageuse, à égale distance des riches plaines du « Croissant fertile » : plaine du Hauran, oasis de Damas, vallée de l'Oronte, plaine d'Alep et vallée de l'Euphrate ; de plus, à travers la chaîne côtière, la trouée de Homs permet de passer de la vallée de l'Oronte au littoral. Palmyre se trouve en outre au pied d'un col qui franchit la longue crête de collines crayeuses coupant le désert du sud-ouest au nord-est, de Damas à Deir ez-Zor sur l'Euphrate. Carrefour de caravanes, Palmyre offre à celles-ci les ressources d'une eau abondante qui irrigue aujourd'hui encore une vaste palmeraie. Les steppes avoisinantes permettent l'élevage de troupeaux, et les salines toutes proches ne sont pas non plus sans intérêt.

Habitée dès la préhistoire, l'oasis reçut le nom de Tadmor, mot probablement d'origine présémitique, qui apparaît pour la première fois au début du IIe millénaire avant J.-C., sur une tablette de Kultepe en Cappadoce. L'oasis, alors aux mains des Amorrhéens, est à nouveau mentionnée dans deux lettres cunéiformes des archives de Mari, au xviiie siècle, avant de retomber dans l'oubli jusqu'au xie siècle, quand Téglat-Phalasar traverse le désert et chasse de Palmyre les Araméens, qui s'étaient substitués aux Amorrhéens. Dans la Bible enfin, on trouve « Tamar au désert », identifiée avec Tadmor. La langue palmyrénienne est d'ailleurs un dialecte araméen ; elle fut déchiffrée en 1754 par l'abbé Jean-Jacques Barthélemy ; l'inscription la plus ancienne date de 44 avant J.-C.

Tadmor était devenu un centre important qui, au ier siècle avant J.-C., « cherchait en Perse les produits de l'Inde et de l'Arabie, pour les revendre chez les Romains », selon le témoignage d'Appien, confirmé par Pline l'Ancien : « Palmyre jouit d'un sort privilégié entre les deux grands empires, celui des Romains et celui des Parthes, et tous deux la sollicitent, dès que renaissent les conflits. » C'est à cette époque qu'apparaît le nom gréco-latin de Palmyre, dérivé du latin palma.

Palmyre perdit sa liberté au début de l'Empire : Germanicus, honoré dans une dédicace de l'année 19 de notre ère, fixa le premier tarif douanier, et envoya un notable de la ville en mission à l'embouchure de l'Euphrate ; une aile de cavalerie romaine stationne à Palmyre au iie siècle, tandis que des archers palmyréniens figurent dans l'armée romaine[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Syrie : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Syrie : carte administrative

Palmyre, carrefour caravanier - crédits : Encyclopædia Universalis France

Palmyre, carrefour caravanier

Grande colonnade de Palmyre, Syrie - crédits : Louise Norton,  Bridgeman Images

Grande colonnade de Palmyre, Syrie

Autres références

  • "EMPIRE GAULOIS" ET "EMPIRE PALMYRÉNIEN" - (repères chronologiques)

    • Écrit par Antony HOSTEIN
    • 259 mots

    260 En Occident, Postume est proclamé empereur par les soldats qui ont assassiné Salonin, le fils de Gallien. En Orient, Odenath, prince de Palmyre, stoppe les Perses vainqueurs de Valérien et élimine plusieurs usurpateurs.

    264 Victoire de Postume sur les Germains ; il profite de ce succès pour...

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

    • Écrit par Yann LE BOHEC, Paul PETIT
    • 35 262 mots
    • 17 médias
    ...l'autorité de l'empereur de Rome. En Orient, de même, l'avance des Perses qui avaient pillé la Syrie et Antioche en 256 et en 260, fut arrêtée par le prince de Palmyre Odeynat, mari de la célèbre Zénobie, à la tête de troupes locales et romaines : il reçut des titres officiels (vir consularis, imperator...
  • SYRIE, archéologie

    • Écrit par Jean-Claude MARGUERON
    • 9 247 mots
    • 7 médias
    Plus à l'est, Palmyre et sa région ont exercé pour des raisons historiques, mais aussi du fait d'un cadre géographique exceptionnel, une étrange fascination sur les voyageurs, les explorateurs et les amateurs d'antiquités ; d'importants travaux de fouille, d'aménagement du site (par le déplacement du...
  • ZÉNOBIE (morte apr. 274) reine de Palmyre (266/67-272)

    • Écrit par Marguerite JOUHET
    • 234 mots

    Reine ambitieuse de Palmyre, peut-être responsable du meurtre de son époux le roi Odenath, qui régna sur Palmyre de 260 à 267, et de leur fils aîné. Leur second fils, Wahballath étant trop jeune pour régner, Zénobie prend le pouvoir et se fait appeler « illustrissime reine ». Profitant de l'anarchie...

Voir aussi