GAULE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les acquis de la recherche archéologique

La période gauloise est assurément celle de l'histoire de France sur laquelle courent le plus de clichés. Les manuels scolaires nous décrivent des sociétés villageoises rudimentaires, qui n'auraient connu la civilisation que grâce à la conquête militaire romaine, une vision primitiviste, sinon coloniale, que la bande dessinée, même au second degré, a contribué à renforcer. Les Gaulois ont été régulièrement l'objet de récupérations politiques, depuis Napoléon III jusqu'au régime de Vichy ou même aux extrêmes droites contemporaines. Enfin la vogue des Celtes encourage une littérature new age ésotérique, prétendant s'appuyer sur des vestiges archéologiques qui sont pourtant antérieurs de plusieurs millénaires, s'agissant des dolmens et des menhirs, à la période gauloise.

Une archéologie très récente

Ces approximations ou contresens historiques ont longtemps tenu à l'absence de fouilles archéologiques systématiques. Les archéologues professionnels fouillaient les sites prestigieux de Grèce, d'Italie ou d'Orient, négligeant ceux de la métropole, laissés aux seuls archéologues bénévoles, dépourvus de moyens. Aussi, pendant des décennies, des milliers de sites ont été irrémédiablement détruits par les grands travaux d'aménagement, avant que peu à peu une archéologie préventive enfin digne de ce nom ne se mette en place, avec la loi de 2001 et la création de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (I.N.R.A.P.). Ce sont ces fouilles préventives, liées aux aménagements (autoroutes, T.G.V., zones industrielles, constructions, carrières, etc.) qui ont entièrement renouvelé sinon bouleversé, en vingt ans, notre connaissance des Gaulois. Ces fouilles ont permis d'étudier des terroirs sur des centaines d'hectares, de retrouver le plan complet de grandes fermes gauloises ainsi que leur organisation et leur implantation dans le paysage – comme dans la banlieue d'Arras, les vallées de l'Oise et de l'Aisne, ou encore sur l'autoroute A19 (Loiret).

De grands chantiers de fouille permanents ont aussi pu être mis en place en dehors de toute menace de destruction, comme celui de Lattes près de Montpellier, du mont Beuvray (l'antique Bibracte, capitale des Éduens) près d'Autun, de la ferme aristocratique de Paule dans les Côtes-d'Armor, ou encore de l'habitat fortifié du Mont-Lassois en Côte-d'Or, entre autres. Enfin, le progrès des méthodes de l'archéologie apporte des informations fondamentales sur l'agriculture, l'élevage, l'alimentation, l'origine et la circulation des matières premières, les techniques, le climat et l'environnement.

Les sociétés gauloises, loin d'avoir été immobiles, ont d'abord une longue histoire. Celles qui occupaient l'actuel territoire français appartenaient à l'ensemble dit « celtique » qui, au moins d'un point de vue linguistique, s'est sans doute formé vers la fin du IIIe millénaire avant notre ère sur une partie de l'Europe du Nord-Ouest, qui s'étend de la Bohême aux îles Britanniques. Mais on ne parle vraiment de Celtes et de Gaulois qu'à partir de l'Âge du fer, environ 800 ans avant notre ère. Ces sociétés connaissent une première période de concentration politique au cours du vie siècle avant notre ère, avec un réseau de places fortes, comme celle du Mont-Lassois, dont les élites se faisaient inhumer dans des tombes somptueuses – celle de Vix étant la plus célèbre. Ce système s'effondre pourtant vers — 500, amenant un retour à des communautés villageoises plus modestes. Vers — 400, une partie d'entre elles, dans une période de dégradation climatique, migrent vers l'Europe du Sud (c'est le fameux siège de Rome par Brennus) et jusqu'en Turquie, avant d'être partiellement refoulées. Dans la partie sud de la France, la présence de comptoirs puis de véritables villes fondés par des émigrants grecs, mais aussi phéniciens, carthaginois puis italiques, provoque une acculturation progressive des populations indigènes, au moins à partir de la fondation de Marseille, vers — 600. La conquête romaine, dès — 124, de la Provence et du Languedoc complète cette évolution. Plus globalement émergent un peu partout, dans les derniers siècles avant notre ère, de véritables villes fortifiées et situées sur des hauteurs. Il s'agit des oppida, symptômes visibles des premières sociétés étatiques gauloises.

Société des morts, société des vivants

L'analyse de ces processus historiques repose sur l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 40 pages

Médias de l’article

Gaule romaine, organisation administrative

Gaule romaine, organisation administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Gaule romaine, économie et commerce

Gaule romaine, économie et commerce
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Le pont du Gard

Le pont du Gard
Crédits : BasieB/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France
  • : archéologue, professeur à la faculté des lettres de Strasbourg

Classification

Autres références

«  GAULE  » est également traité dans :

AFFRONTEMENTS ENTRE ROMAINS ET GAULOIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 345 mots

vie-ve siècle avant notre ère Dernier Âge du fer celtique : la civilisation de La Tène supplante celle de Hallstatt.ve-ive siècle avant notre ère Infiltrations ga […] Lire la suite

CONQUÊTE ROMAINE DES GAULES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 176 mots

— 475 environ Deuxième Âge du fer : culture de La Tène.Début du ive siècle avant notre ère Les troupes du Gaulois Brennus prennent la ville de Rome.Fin du iiie siècle-début du iie siècle avant […] Lire la suite

"EMPIRE GAULOIS" ET "EMPIRE PALMYRÉNIEN" - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 263 mots

260 En Occident, Postume est proclamé empereur par les soldats qui ont assassiné Salonin, le fils de Gallien. En Orient, Odenath, prince de Palmyre, stoppe les Perses vainqueurs de Valérien et élimine plusieurs usurpateurs.264 Victoire de Postume sur les Germains ; il p […] Lire la suite

PRISE DE ROME PAR LES GAULOIS

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 268 mots

La tradition rapporte que Rome dut faire face en — 390 à une invasion gauloise dirigée par Brennus : après la défaite de l'Allia, un affluent du Tibre, la ville et ses vieillards furent livrés aux Gaulois, qui la détruisirent tandis que la jeunesse résistait sur le Capitole et que les objets sacrés furent transférés à Caere (Cerveteri) ; échouant à prendre la c […] Lire la suite

ALÉSIA

  • Écrit par 
  • Michel REDDÉ
  •  • 1 048 mots
  •  • 2 médias

Premier site de l'histoire de la nation française, Alésia a été rendu célèbre par le fameux passage de la Guerre des Gaules (VII, 68-89) dans lequel César met en scène la défaite de Vercingétorix en 52 avant J.-C. Devenu « lieu de mémoire » et symbole national de la résistance à l'invasion, tout particulièrement depuis le xix e  siècle, Alésia n'allait cesser d'être aussi un de ces sujets de quer […] Lire la suite

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des villages lacustres à la fin de l'occupation romaine »  : […] À l'origine, l'Ill et le Rhin mêlaient abondamment leurs eaux dans cette dépression de la terrasse lœssique qui allait devenir la plaine d'Alsace. Ce vaste marécage n'étant guère hospitalier, l'homme de l'époque paléolithique y a laissé peu de traces. Au Néolithique, des habitations sur pilotis sont construites au bord des rivières : l'art du potier en est à ses premiers balbutiements. Il faut att […] Lire la suite

AMAND saint (584 env.-679)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 184 mots

Né au pays d'Herbauge, en Poitou, Amand fut, très jeune, moine dans l'île d'Yeu, puis clerc à Tours et ermite à Bourges. Il connut des moines irlandais et adopta en grande partie leur mode de vie. En 629, il fut ordonné évêque sans siège fixe, pour évangéliser le nord de la Gaule, avec l'appui des rois francs, de Dagobert surtout, auquel néanmoins il reprocha son libertinage. Amand débuta par la r […] Lire la suite

AMBIORIX (Ier s. av. J.-C.) roi des Éburons

  • Écrit par 
  • Paul QUENTEL
  •  • 237 mots

« Roi [de la région] à l'entour », c'est-à-dire des deux tribus des Éburons, Ambiorix est un des principaux chefs gaulois dont la révolte a, en quelque sorte, préparé celle de Vercingétorix. Les rébellions se succédaient en Gaule depuis ~ 58. Cette année-là, César dut affronter Dumnorix ; en ~ 57, les Belges unis aux hommes de la Celtique ; en ~ 56, les Armoricains ; en ~ 55, il dut prévenir une a […] Lire la suite

AMPHITHÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GOLVIN
  •  • 3 174 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'amphithéâtre dans son contexte culturel et urbain »  : […] Partout dans l'Empire l'amphithéâtre apparut comme un puissant moyen de romanisation. Il était le lieu où se déroulaient des spectacles de masse nés en Italie et organisés par les autorités locales que l'on voyait d'ailleurs sur les gradins, symboles vivants du pouvoir politique impérial. Dans toutes les provinces de la Gaule, cet édifice fut l'apanage des grandes villes neuves créées ou rebâties […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Institutions et société »  : […] L'Empire, sans connaître de mutation brutale, se transforme à partir du iii e  siècle. Certes, l'unité du « monde romain » ( orbis romanus ) subsiste en principe jusqu'à l'époque de Justinien, au vi e siècle (les Byzantins garderont toujours le nom de Romaioi ), mais, en pratique, l'Empire connaît des divisions, dues soit à des usurpations (cas des Empires « gaulois » et « palmyrénien » au iii e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, Jean-Jacques HATT, « GAULE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/