EXTINCTIONS BIOLOGIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Extinctions biologiques : la limite Crétacé-Tertiaire

Extinctions biologiques : la limite Crétacé-Tertiaire
Crédits : E. Buffetaut

photographie

Extinctions biologiques : les effets de l'impact d'une météorite

Extinctions biologiques : les effets de l'impact d'une météorite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Extinctions d'espèces : les cinq grandes crises

Extinctions d'espèces : les cinq grandes crises
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Extinctions biologiques : quelques espèces emblématiques

Extinctions biologiques : quelques espèces emblématiques
Crédits : E. Buffetaut

photographie

Tous les médias


La grande crise de la limite Permien-Trias

On s'accorde aujourd'hui à considérer que la plus sévère des grandes extinctions fut celle de la limite Permien-Trias, il y a environ 250 millions d'années, qui aurait anéanti près de 95 p. 100 des espèces vivantes. Parmi les animaux marins qui disparurent alors figurent des groupes qui avaient été très abondants au Paléozoïque, comme les trilobites (arthropodes marins). Les organismes constructeurs de récifs furent aussi très affectés avec l'extermination de plusieurs types de coraux. Certains groupes échappèrent de justesse à l'extinction grâce à la survie d'un petit nombre d'espèces : c'est le cas, notamment, des échinodermes et des ammonoïdes. Parmi les organismes unicellulaires, les foraminifères furent fortement touchés. Sur les continents, 60 p. 100 des familles de tétrapodes terrestres semblent avoir disparu. La diversité des reptiles chuta fortement, avec, par exemple, la disparition de tous les grands herbivores. Les écosystèmes du début du Trias paraissent très appauvris par rapport à ceux de la fin du Permien. Il faudra un certain temps pour que se reconstitue la biodiversité, avec des faunes et des flores bien différentes de celles du Paléozoïque.

Pour expliquer cette crise marquant la frontière entre le Paléozoïque et le Mésozoïque, on a fait appel à la paléogéographie : les continents constituaient à cette époque un bloc unique, la Pangée, ce qui aurait donné lieu à des climats au caractère continental très marqué, cause éventuelle d'extinctions. La très forte baisse du niveau des mers caractérisant cette période pourrait aussi, selon certains auteurs, être un facteur plausible de la disparition d'espèces. Enfin, à cette période, de vastes épanchements basaltiques se produisirent en Sibérie, ce qui expliquerait, pour les tenants de la thèse du volcanisme, ce [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS
  • : docteur en sciences de l'environnement, historienne des sciences et de l'environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  EXTINCTIONS BIOLOGIQUES  » est également traité dans :

ALVAREZ ET L'EXTINCTION DES DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 182 mots

Les chercheurs américains Luis W. Alvarez, son fils Walter Alvarez, Frank Asaro et Helen Michel annoncent, en 1980, la découverte d'un fort enrichissement en iridium dans un niveau argileux daté à 65 millions d'années (limite entre le Crétacé et le Tertiaire). Cet élément chimique est abondant dans certaines météorites. Ils l'interprètent comme l'indice de la collision, à cette époque, d'un gros […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alvarez-et-l-extinction-des-dinosaures/#i_38401

BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 4 698 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Vers une sixième crise d'extinction »  : […] Avec le succès écologique et économique de l'espèce humaine, on est entré dans la sixième crise d'extinction d'espèces. Les cinq précédentes furent la conséquence de catastrophes géologiques (éruptions volcaniques...) ou astronomiques (chutes de météores), généralement suivies et amplifiées par des changements climatiques et, donc, écologiques. La crise actuelle s'en distingue parce qu'elle est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biodiversite/#i_38401

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La crise Éocène-Oligocène »  : […] Certaines des grandes étapes de l'histoire de la vie au Cénozoïque ont d'abord été reconnues par l'étude des mammifères. C'est ainsi qu'un événement important, enregistré dans la stratigraphie du bassin de Paris entre les couches éocènes et oligocènes, a été mis en évidence dès le début du xx e  siècle et appelé Grande Coupure. Ce n'est toutefois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenozoique/#i_38401

CHICXULUB CRATÈRE DE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 438 mots

Pour la plupart des spécialistes, les extinctions massives d'espèces à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années (Ma), ont résulté de l'obscurcissement du Soleil et de changements climatiques de grande ampleur déclenchés par un impact météoritique catastrophique. Témoins d'un choc violent, le cratère de 180 km de diamètre identifié à Chicxulub, près de la côte du Yucatán (Mexique), et la ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cratere-de-chicxulub/#i_38401

CRÉTACÉ

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 1 046 mots

Le Crétacé représente le dernier système du Mésozoïque (ère secondaire) et le plus long, s'étendant de — 145,5 (± 4) millions d'années (Ma) à — 65,5 (± 0,3) Ma, soit 80 Ma. Il est subdivisé en deux sous-systèmes : le Crétacé inférieur, qui comprend les étages Berriasien, Valanginien, Hauterivien, Barrémien, Aptien et Albien ; le Crétacé supérieur avec les étages du Cénomanien, Turonien, Coniacie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cretace/#i_38401

DÉVONIEN

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 229 mots

Le terme Dévonien a été proposé par Adam Sedgwick et Roderick Impey Murchison en 1839 pour désigner la série stratigraphique marine du Devon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, qui s'est avérée être contemporaine des Vieux Grès Rouges du pays de Galles, du nord de l'Angleterre et d'Écosse. Il représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire), situé entre le Silurien et le Carbonifère. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devonien/#i_38401

DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 7 333 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Extinction des dinosaures »  : […] À la fin du Crétacé, il y a 65 Ma, disparaissent les dinosaures non aviens. L'extinction de ce groupe, qui avait joué un rôle majeur dans les écosystèmes continentaux durant plus de 150 Ma, a depuis longtemps attiré l'attention des paléontologues et suscité des dizaines d'explications plus ou moins convaincantes. Parmi ces hypothèses, celles qui n'expliquent que la disparition des dinosaures ne s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dinosaures/#i_38401

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 804 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La biodiversité ébranlée »  : […] Tissu vivant de la planète, la biodiversité est constituée d'un réseau de millions d'espèces en interaction directe ou indirecte. L'homme fait partie intégrante de ce réseau ; il en dépend et, surtout, le menace : morcellement et dégradation des écosystèmes et des paysages, pollution des eaux et des sols, propagation d'espèces exotiques qui deviennent envahissantes, surexploitation des population […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie-et-societe/#i_38401

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vers une vision hiérarchique généralisée  »  : […] On ne peut que souligner, à ce point, l'importance de l'influence intellectuelle exercée par Stephen Jay Gould (1946-2002), penseur puissant et original, bien que fort contesté. « Enfant terrible » de la synthèse, il a bien exprimé dans son œuvre à la fois son attachement à la théorie synthétique et sa volonté de la renouveler en la transcendant. Dès 1980, Gould a proposé une version élargie de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_38401

MÉSOZOÏQUE ou ÈRE SECONDAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 8 315 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Relations entre évolution de la biodiversité, mise en place des trapps basaltiques et impacts »  : […] Les trois crises biologiques majeures enregistrées au Mésozoïque coïncident donc avec la mise en place de trapps ; seule la crise Crétacé-Paléogène coïncide, en plus, avec un impact majeur. Pour certains, les modifications environnementales induites par le volcanisme massif au niveau des points chauds sur une courte période de temps pourrait constituer la cause des extinctions majeures. Le scénar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesozoique-ere-secondaire/#i_38401

PERMIEN

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 051 mots

C'est au xix e  siècle que Roderick Murchison, en tournée dans la Russie impériale, introduit le terme Permien pour désigner un ensemble de terrains affleurant de la Volga à l'Oural et de la mer Blanche aux steppes d'Orenburg. Ce terme est issu de celui de l'ancien royaume finno-hongrois Permya et non de la ville de Perm. Le Permien représente le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/permien/#i_38401

POINTS CHAUDS, géophysique

  • Écrit par 
  • Cinzia FARNETANI
  •  • 2 444 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Volcanisme des panaches et conséquences sur l'environnement »  : […] Bien que les volcans d'Hawaii soient les plus actifs de la Terre, les éruptions effusives de laves basaltiques n'ont pas un effet significatif sur l'environnement. En revanche, en Islande, là où la dorsale océanique croise un point chaud, l'activité volcanique peut être explosive : en 1783, l'éruption du volcan Laki a émis dans la haute atmosphère de grandes quantités de poussières, de gaz sulfur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/points-chauds-geophysique/#i_38401

PROTECTION DE LA NATURE - Mesures de conservation des espèces

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 8 846 mots
  •  • 5 médias

La mort des espèces, comme celle des individus, est un phénomène naturel, destinée inexorable. À partir de l'analyse des restes fossiles, les paléontologues estiment que la durée moyenne de vie des espèces est comprise entre 1 et 2 millions d'années pour les mammifères, et autour de 10 millions d'années pour les invertébrés terrestres ou marins. En outre, ils ont mis en relief cinq grandes crises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protection-de-la-nature-mesures-de-conservation-des-especes/#i_38401

RAUP DAVID (1933-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 293 mots

Le paléontologue américain David Raup appliqua les statistiques et le modèle mathématique aux domaines de la paléontologie et de la biologie de l’évolution. Il fut célèbre pour avoir introduit (en 1983) le concept de périodicité des extinctions, selon lequel des épisodes d’extinction massive se produisent à intervalles réguliers, tous les 26 millions d’années environ. Il émit également l’hypothès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-raup/#i_38401

RECHERCHES SUR LES OSSEMENTS FOSSILES DE QUADRUPÈDES (G. Cuvier)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Avec la publication, en 1812, de Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes, où l'on rétablit les caractères de plusieurs espèces d'animaux que les révolutions du globe paraissent avoir détruites , Georges Cuvier (1769-1832) établit les principes de la paléontologie, étude scientifique des fossiles. Dès 1796, il entreprend d'étudier les vertébrés fossiles – dont la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-sur-les-ossements-fossiles-de-quadrupedes/#i_38401

TRIAS

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 966 mots

Le Trias représente le premier système du Mésozoïque (ère secondaire) et s'étale de — 251 (± 0,4) millions d'années (Ma) à — 199,6 (± 0,3) Ma, soit une durée de quelque 52 Ma. Ce terme a été défini pour la première fois par Friedrich August von Alberti pour désigner trois formations connues dans le sud de l'Allemagne et constituant le « Trias germanique » : le Bundsandstein, constitué de grès rou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trias/#i_38401

Voir aussi

Pour citer l’article

Eric BUFFETAUT, Valérie CHANSIGAUD, « EXTINCTIONS BIOLOGIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinctions-biologiques/