EXTINCTIONS BIOLOGIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La complexité de l'extinction des espèces

Un examen attentif des disparitions actuelles montre que ce phénomène n'est pas si simple que cela et fait intervenir divers facteurs qui ne relèvent pas des seuls critères biologiques.

Jusqu'à présent, la notion d'extinction d'une espèce reposait principalement sur une analyse scientifique du phénomène fondée classiquement sur deux principes. Le premier est la petite taille des populations et son effet sur la survie des espèces. Ainsi, lorsque la population franchit un certain seuil minimum, elle s'éteint inévitablement. Ce principe est à la base de la biologie de la conservation des années 1980, les livres de l'Américain Michael E. Soulé ayant largement contribué à sa popularisation. Le second principe repose sur l'analyse des causes probables de la réduction des populations, ce qui permet de développer des mesures rationnelles afin d'éviter ce phénomène. Apparu un peu plus tard, il s'est développé en parallèle avec le précédent.

Le premier principe se prête aisément à la théorisation (par exemple, par l'usage de modèles pour prédire l'évolution des populations ou pour évaluer la taille des habitats à conserver) mais pas le second, du fait de la trop grande variété des causes de la réduction des populations. Ces deux principes permettent d'évaluer le risque d'extinction. L'U.I.C.N. (Union internationale pour la conservation de la nature) l'utilise pour établir ses fameuses listes rouges d'espèces menacées.

Typologie des extinctions

En 2008, deux chercheurs britanniques, Richard J. Ladle et Paul C. Jepson, après avoir analysé diverses disparitions actuelles, ont proposé de classer les extinctions en six catégories afin de mieux les définir. Cette typologie permet de comprendre la diversité des situations mais aussi le lien qui unit l'analyse scientifique de l'extinction à sa perception sociale.

Le premier type, qualifié d'extinction linnéenne, est fondé sur l'évaluation du nombre total d'espèces, d'où la référence à Carl von Linné, le père de la taxinomie et de la nomenclature binominale. Le volume des extinctions linnéennes es [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Extinctions biologiques : la limite Crétacé-Tertiaire

Extinctions biologiques : la limite Crétacé-Tertiaire
Crédits : E. Buffetaut

photographie

Extinctions biologiques : les effets de l'impact d'une météorite

Extinctions biologiques : les effets de l'impact d'une météorite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Extinctions d'espèces : les cinq grandes crises

Extinctions d'espèces : les cinq grandes crises
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Extinctions biologiques : quelques espèces emblématiques

Extinctions biologiques : quelques espèces emblématiques
Crédits : E. Buffetaut

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS
  • : docteur en sciences de l'environnement, historienne des sciences et de l'environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  EXTINCTIONS BIOLOGIQUES  » est également traité dans :

ALVAREZ ET L'EXTINCTION DES DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 182 mots

Les chercheurs américains Luis W. Alvarez, son fils Walter Alvarez, Frank Asaro et Helen Michel annoncent, en 1980, la découverte d'un fort enrichissement en iridium dans un niveau argileux daté à 65 millions d'années (limite entre le Crétacé et le Tertiaire). Cet élément chimique est abondant dans certaines météorites. Ils l'interprètent comme l'indice de la collision, à cette époque, d'un gros […] Lire la suite

BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 4 698 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Vers une sixième crise d'extinction »  : […] Avec le succès écologique et économique de l'espèce humaine, on est entré dans la sixième crise d'extinction d'espèces. Les cinq précédentes furent la conséquence de catastrophes géologiques (éruptions volcaniques...) ou astronomiques (chutes de météores), généralement suivies et amplifiées par des changements climatiques et, donc, écologiques. La crise actuelle s'en distingue parce qu'elle est […] Lire la suite

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La crise Éocène-Oligocène »  : […] Certaines des grandes étapes de l'histoire de la vie au Cénozoïque ont d'abord été reconnues par l'étude des mammifères. C'est ainsi qu'un événement important, enregistré dans la stratigraphie du bassin de Paris entre les couches éocènes et oligocènes, a été mis en évidence dès le début du xx e  siècle et appelé Grande Coupure. Ce n'est toutefois que beaucoup plus tard, une fois replacé dans un co […] Lire la suite

CHICXULUB CRATÈRE DE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 438 mots

Pour la plupart des spécialistes, les extinctions massives d'espèces à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années (Ma), ont résulté de l'obscurcissement du Soleil et de changements climatiques de grande ampleur déclenchés par un impact météoritique catastrophique. Témoins d'un choc violent, le cratère de 180 km de diamètre identifié à Chicxulub, près de la côte du Yucatán (Mexique), et la ré […] Lire la suite

CRÉTACÉ

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 1 046 mots

Le Crétacé représente le dernier système du Mésozoïque (ère secondaire) et le plus long, s'étendant de — 145,5 (± 4) millions d'années (Ma) à — 65,5 (± 0,3) Ma, soit 80 Ma. Il est subdivisé en deux sous-systèmes : le Crétacé inférieur, qui comprend les étages Berriasien, Valanginien, Hauterivien, Barrémien, Aptien et Albien ; le Crétacé supérieur avec les étages du Cénomanien, Turonien, Coniacie […] Lire la suite

DÉVONIEN

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 229 mots

Le terme Dévonien a été proposé par Adam Sedgwick et Roderick Impey Murchison en 1839 pour désigner la série stratigraphique marine du Devon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, qui s'est avérée être contemporaine des Vieux Grès Rouges du pays de Galles, du nord de l'Angleterre et d'Écosse. Il représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire), situé entre le Silurien et le Carbonifère. Il […] Lire la suite

DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 7 333 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Extinction des dinosaures »  : […] À la fin du Crétacé, il y a 65 Ma, disparaissent les dinosaures non aviens. L'extinction de ce groupe, qui avait joué un rôle majeur dans les écosystèmes continentaux durant plus de 150 Ma, a depuis longtemps attiré l'attention des paléontologues et suscité des dizaines d'explications plus ou moins convaincantes. Parmi ces hypothèses, celles qui n'expliquent que la disparition des dinosaures ne s […] Lire la suite

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 804 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La biodiversité ébranlée »  : […] Tissu vivant de la planète, la biodiversité est constituée d'un réseau de millions d'espèces en interaction directe ou indirecte. L'homme fait partie intégrante de ce réseau ; il en dépend et, surtout, le menace : morcellement et dégradation des écosystèmes et des paysages, pollution des eaux et des sols, propagation d'espèces exotiques qui deviennent envahissantes, surexploitation des population […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 096 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vers une vision hiérarchique généralisée  »  : […] On ne peut que souligner, à ce point, l'importance de l'influence intellectuelle exercée par Stephen Jay Gould (1946-2002), penseur puissant et original, bien que fort contesté. « Enfant terrible » de la synthèse, il a bien exprimé dans son œuvre à la fois son attachement à la théorie synthétique et sa volonté de la renouveler en la transcendant. Dès 1980, Gould a proposé une version élargie de l […] Lire la suite

IMPACT MÉTÉORITIQUE DE LA LIMITE CRÉTACÉ-PALÉOGÈNE

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 1 113 mots
  •  • 1 média

L'existence d'une phase d'extinction d'espèces de grande ampleur à la limite entre le Crétacé et le Paléogène (et donc entre deux ères, le Mésozoïque et le Cénozoïque), datée de 66 millions d'années, est connue depuis le xix e  siècle, et ses causes ont fait longtemps l'objet de spéculations. C'est en 1980 qu'a été mis en évidence à cette limite stratigraphique – appelée limite K-T (K pour Kreide […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Eric BUFFETAUT, Valérie CHANSIGAUD, « EXTINCTIONS BIOLOGIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/extinctions-biologiques/