SENS COMMUN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La langue ordinaire assimile bon sens et sens commun : une même faculté de juger avec pertinence des situations concrètes, une même estimation de ce qui est réel et de ce que le réel rend possible ; également une mesure de ce qui « fait sens », selon des critères psychologiques et sociologiques implicites. La tradition philosophique tantôt les distingue (Descartes), tantôt préserve l'assimilation précédente, mais confère au sens commun une portée élargie ; en lui faisant signifier l'ensemble des vérités premières et indubitables ou lois de la croyance humaine.

Les critiques adressées aux arguments qui se réfèrent au sens commun l'identifient à l'appel au « consentement universel », qui voit dans le fait qu'une croyance (s'il en est une) soit répandue dans toute l'humanité à toutes les époques un indice et une garantie de sa vérité. L'intérêt de ce point de vue fut d'abord moral et religieux. Il fut ensuite péjorativement compris comme un appel à la foule et au « vulgaire » contre les « doctes ».

La philosophie peut se définir délibérément contre le sens commun : Parménide nous somme de choisir entre la voie de l'apparence et celle de l'être ; Platon oppose opinion et science, le monde des ombres de la caverne et le monde de la lumière ; ces philosophies généralement ascétiques imposent le préalable d'une rupture avec les évidences communes ; cette inspiration se retrouve dans le doute hyperbolique cartésien et l'épochè husserlienne. On peut aussi philosopher avec le sens commun : déjà dans l'Antiquité, Aristote (Topiques) estime qu'il ne faut pas examiner toutes les questions et que ceux qui demandent s'il convient d'honorer les dieux ou d'aimer ses parents méritent en réponse une bonne correction, et que celui qui demande si la neige est blanche n'a qu'à ouvrir les yeux et regarder. Même position chez Sextus Empiricus (Hypotyposes) : « De quelle manière celui qui nie l'existence du mouvement quitte-t-il sa demeure ou rentre-t-il chez lui ? » Au xviiie siècle, apparaît en France une philosophie du sens commun à visée essentiellement théologique avec le jésuite Claude Buffier (Traité des premières vérités, Paris, 1724), puis avec Fénelon et Lamennais.

C'est à la même époque que ce type de philosophie connaît en Écosse le développement le plus important avec Thomas Reid, Dugald Stewart et James Beattie. Pour le premier, il faut d'abord défendre le sens commun contre les subtilités des sophistes et des sceptiques, mais s'efforcer de distinguer sens commun et préjugés ; d'autre part, toute science doit être fondée sur des principes premiers et intuitifs (pour éviter la régression à l'infini). Reid remarque ensuite que le langage ordinaire peut être critère de rejet (« On est fondé à suspecter toute théorie qui conduit les hommes à corrompre le langage et à confondre ce que le sens commun et la langue commune leur enseignent à distinguer ») et que l'enquête sur le sens des mots du langage ordinaire est inutile, car « ils sont parfaitement compris par tous », enfin que la restauration du sens commun passe par une critique de l'idée comme intermédiaire entre nous et les choses.

Au xxe siècle, le relais est pris par G. E. Moore, qui renforce sa critique de l'idéalisme, du solipsisme et du scepticisme, déjà opérante en 1903, par un article célèbre intitulé précisément A Defence of Common Sense, paru en 1925. Il y soutient que nous savons avec certitude que beaucoup de propositions sont vraies, sans pour autant être en mesure de les prouver, ni même parfois d'analyser correctement leur signification. Ainsi en est-il de : « Je suis un être humain » ; « La Terre existe depuis de nombreuses années » ; « Il y a eu et il y a beaucoup d'autres êtres humains sur terre ». La plupart de ces affirmations paraissent, certes, être des truismes sans intérêt ; mais leur valeur est polémique et il est bon de les rappeler quand elles sont bafouées ; d'autre part, elles ont valeur de critère : une philosophie ne peut aller sérieusement contre le sens commun et soutenir, par exemple, que « le temps est irréel ». Quelques années auparavant d'ailleurs, Russell avait témoigné de la joie ressentie à être délivré de l'obscurantisme idéaliste et à pouvoir croire qu'est réel « ce que le sens commun estime être tel », que « l'herbe est verte » dans un monde qui a retrouvé sa plénitude et sa densité. La faiblesse du sens commun apparaît quand ses propositions sont confrontées à celles de la science. Bien des propositions, longtemps considérées comme allant de soi, se sont révélées fausses plus tard ; ainsi, celles qui affirmaient que la Terre est plate et immobile, que la nature a horreur du vide, que nous percevons les événements au moment même où ils se produisent, ont été infirmées par Copernic, Galilée et Einstein. Plus généralement, on sait que l'objet de la science n'est pas l'objet de la perception. Envisagé sous son aspect sociologique, le sens commun est comparable au lieu commun, espace public où rencontres, échanges et dialogues sont possibles ; ensemble de croyances (vraies ou fausses, peu importe) communes par où sont renforcés le sentiment d'appartenance et la cohésion sociale. L'appel au sens commun peut revêtir ainsi une fonction idéologique, et son contenu peut être déterminé idéologiquement. Dans le discours individuel notamment, cet appel peut s'interpréter comme l'invocation d'une autorité supérieure fournissant appui et alibi. Il résulte de ces diverses considérations qu'aucune philosophie du sens commun ne saurait échapper à un certain nombre de paradoxes, dont F. Jacques a établi l'inventaire systématique et très complet dans l'un des rares textes contemporains en langue française dont on dispose sur ce sujet (Actes du XVe Congrès de l'A.S.P.L.F., 1971) : on doit admettre l'« inutilité » du conflit entre métaphysique et sens commun ; le sens commun est le « fonds incommunicable de toute communauté », car il va sans dire et ne se communique pas sans se modifier, de manière polémique le plus souvent ; quant au lieu commun, il serait en fait l'« expression fallacieuse du sens commun », car « le caractère intuitif et quasi inné du sens commun s'oppose au caractère discursif et coutumier du lieu commun ». Il n'en demeure pas moins que la réflexion sur le sens commun, outre son lien avec le renouveau du réalisme philosophique, a « provoqué l'invention même de la méthode d'analyse des significations et jusqu'aux premières considérations métaphilosophiques sur le langage des philosophes ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification

Autres références

«  SENS COMMUN  » est également traité dans :

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère […] Lire la suite

DOXA, sociologie

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 699 mots

Le mot grec doxa (traduit en français par « opinion ») désigne chez Platon une forme dégradée de croyance qui s’oppose à la science ( epistêmê ) dont la philosophie est le modèle suprême. Chez Husserl, le terme a servi à caractériser une modalité préréflexive de rapport au monde fondée sur l’arrière-plan d’évidences du « monde de la vie » à la fois omniprésentes et inaperçues (jugements, évaluati […] Lire la suite

ETHNOMÉTHODOLOGIE

  • Écrit par 
  • Louis QUÉRÉ
  •  • 2 353 mots

Dans le chapitre « Le souci d'une observation concrète de la vie sociale »  : […] Présentées en 1967 dans l'ouvrage Studies in Ethnomethodology , les recherches de Harold Garfinkel ont été très largement inspirées au départ par la phénoménologie sociale d'Alfred Schütz, sociologue et philosophe autrichien qui a essayé d'articuler la pensée d'Edmund Husserl et celle de Max Weber. Par la suite, Garfinkel s'est éloigné de la pensée de Schütz, tout en conservant un ancrage ferme d […] Lire la suite

MOORE GEORGE EDWARD (1873-1958)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 1 564 mots

Dans le chapitre « La défense du sens commun et de la langue commune »  : […] Bien avant la parution de A Defence of Common Sense , en 1925, Moore semblait s'être assigné pour tâche d'exercer le jugement philosophique au nom d'un sens commun qui n'est ni préjugé, ni croyance populaire, ni opinion du plus grand nombre, mais vérité immédiatement évidente, contre le scepticisme des traditions idéalistes et empiristes. Russell écrit dans My Mental Development  : « Est réel tout […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 219 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Connaissance clinique et psychologie »  : […] Interrogeons-nous d'abord non pas sur les modes d'action du clinicien, mais sur le mode de connaissance que cette pratique constitue. La psychologie clinique, qui en droit comme en fait peut fort bien s'appliquer à l'étude des sujets réputés normaux – et qu'il ne faut donc pas identifier à la psycho-pathologie –, n'en a pas moins une origine médicale. Si, d'un certain point de vue, elle apparaît c […] Lire la suite

REID THOMAS (1710-1796)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 713 mots

Né à Stracham et mort à Glasgow, le « philosophe écossais » Thomas Reid reçut son éducation au collège Marishal d'Aberdeen, où il étudia la philosophie et la théologie. Il y fut ensuite bibliothécaire jusqu'en 1736. Il partit alors pour l'Angleterre, où, en 1737, il fut nommé pasteur anglican, à New Mechar. En 1748, il publia, dans les Transactions de la Royal Society of London, Un essai sur la […] Lire la suite

RUPTURE ÉPISTÉMOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 807 mots

C'est Gaston Bachelard qui a insisté sur le caractère illusoire de l'« expérience première », en introduisant le concept d'« obstacle épistémologique » : « La première expérience ou, pour parler plus exactement, l'observation première est toujours un premier obstacle pour la culture scientifique. En effet, cette observation première se présente avec un luxe d'images ; elle est pittoresque, concr […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - La démarche sociologique

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 5 426 mots

Dans le chapitre « L'objectivation sociologique »  : […] S'il faut renoncer à l'imagerie d'une machinerie occulte du social, qu'est-ce que la sociologie peut bien nous apprendre que nous ne sachions déjà ? En quoi peut-il s'agir d'une science qui nous instruit sur un ordre de choses qui nous avait échappé ? En quoi cette science diffère de la spéculation, de la littérature, du journalisme ? Ce qui est « caché » peut se dire en plusieurs sens. Le premier […] Lire la suite

TRAITÉ DES PRINCIPES DE LA CONNAISSANCE HUMAINE, George Berkeley - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rideau du langage »  : […] Œuvre paradoxale : on crut lors de sa parution à une plaisanterie, Berkeley ne voulait pourtant que retrouver le sol ferme du sens commun que les philosophes – Descartes, voire Locke – avaient paru abandonner. Mais comment concilier les exigences du sens commun avec l'affirmation de l'inexistence de la substance matérielle et avec celle de la fallacité des idées générales ? Tout vient, selon Berk […] Lire la suite

Les derniers événements

21-29 avril 1997 France. Dissolution de l'Assemblée nationale

sens à l'Europe en dépassant le traité de Maastricht ».  […] Lire la suite

6-7 mai 1996 Maroc – France. Visite du roi Hassan II en France

sens du progrès » promues par Hassan II, ainsi que l'« attachement aux droits de l'homme » manifesté par le roi qui a fait du Maroc « un véritable État de droit ». On apprendra que les deux chefs d'État ont discuté de mesures réciproques de grâce concernant des condamnés de droit commun français et marocains respectivement détenus au Maroc et en France […] Lire la suite

5-30 avril 1988 France. Premier tour de l'élection présidentielle

sens de sa campagne en raison de mauvais sondages, il confirme son intention, s'il est élu, de gouverner au centre. Le 7, François Mitterrand rend publique sa Lettre à tous les Français. Ce document qui n'est pas un « programme » (c'est « l'affaire des partis »), présente « une politique pour la France » sous la forme de grandes orientations : équilibrer […] Lire la suite

2-18 juin 1985 Sri Lanka. Arrêt des hostilités imposé aux séparatistes tamouls par New Delhi

sens. L'arrêt des hostilités nous est imposé par les autorités indiennes. Nous le respecterons néanmoins pendant dix-huit semaines. » […] Lire la suite

30 juin - 3 juillet 1983 Libye – Maroc. Visite du colonel Kadhafi à Rabat

commun soit publié, mais en déclarant que l'organisation d'un référendum au Sahara occidental « n'a pas de sens » et que « le Polisario continuera à lutter jusqu'à l'indépendance ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « SENS COMMUN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sens-commun/