VERTU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exigence de vertu s'ancre dans le désir de trouver une loi qui rendrait la répétition possible. Mais conquérir l'impassibilité, est-ce devenir un dieu ou son servile imitateur ? est-ce promouvoir la vie ou bien l'étouffer ? est-ce conquérir le bonheur ou, au contraire, ôter toute saveur à l'existence ? Bref, l'exigence de vertu peut-elle s'universaliser ?

Concevons la vertu comme la simple manifestation d'une force en mouvement, la mise en œuvre d'un pouvoir qui s'autosuffit, l'opération qui correspond le mieux aux penchants et aux besoins d'un individu isolé ; alors « prendre à bail » la vertu serait le propre d'impuissants cherchant la liberté dans la pensée plus que dans l'action ; supposer possible une définition de la vertu serait le fait d'hypocrites élevant le savoir au-dessus de la pratique ; vouloir préciser les canons de la vertu serait l'affaire de présomptueux s'efforçant d'en imposer par des propos plus que par des actes. « Nul ne sait encore ce que sont le bien et le mal, disait Zarathoustra, nul, si ce n'est le Créateur. »

Reste qu'on ne saurait pourtant dénier à l'apologétique de la vertu sa portée humanisante, comme si, au-delà de toute victoire sur une morale déterminée, s'affirmait le triomphe d'une certaine « forme » de conduite, d'un certain « art » de vivre, ou peut-être plus simplement encore d'un certain type de « représentation », donatrice de sens. Certes, on ne saurait rabaisser les dons au profit des vertus, pour faire du mérite la seule source morale. Et néanmoins comment ne pas voir en la vertu la source privilégiée du sublime, dans la mesure où elle atteste chez l'homme l'existence d'un pouvoir qui, selon l'expression kantienne, « dépasse toute mesure des sens » ?

Mais, si toute vertu procède de lui, Dieu n'est pas vertueux, la vertu dans son archétype n'est vertu de personne, vertu et perfection s'excluent réciproquement. Dès lors, comment l'homme vertueux pourrait-il garantir le statut de ses propres actes ? Et la vertu ne peut-elle se connaître que dans son négatif, par la découverte de ce qui lui manque ?

« Trouvons, dit par exemple Plotin, cet élément identique qui, à l'état d'image en nous, est la vertu, et, à l'état d'archétype en Dieu, n'est pas la vertu. » Cette quête paradoxale paraît bien significative d'une tentative perpétuellement réitérée au cours des siècles pour délaisser le domaine d'une anthropologie pragmatique, afin de poursuivre l'élaboration théologique du problème à la limite d'une théodicée : c'est, en effet, seulement dans le mouvement dialectique de la Trinité que l'aporie plotinienne trouve sa résolution, suspendue à une conception du Christ comme Vertu de Dieu.

Mais cette tentative de dépassement de l'anthropologie pragmatique s'effectue dans d'autres directions privilégiées, celles de la réflexion politique et juridico-morale. À la recherche de son identité, l'homme vertueux ne cesse de s'efforcer à en surprendre les signes – plus ou moins visibles – au sein d'un groupe social, d'une communauté nouménale, ou d'une Église constituée. Quel est l'objet, le sens et la logique interne de cette démarche, c'est ce qu'il faudrait ressaisir, afin de déceler, au-delà de l'aspect psychologique et esthétique du problème, le statut spécifique de la vertu.

Le mythe vertuiste

« La vertu antique (αρετ̀η), écrit Hegel, avait une signification précise et sûre, car elle avait son contenu solide dans la substance du peuple, et elle se proposait comme but un bien effectivement réel, un bien déjà existant. » Comment contester l'exigence d'αρετ̀η, quand celle-ci est conçue, suivant les termes de Gorgias, comme « la chose donnant à qui la possède la liberté pour lui-même et la domination sur les autres dans sa patrie » ? L'αρετ̀η, c'est d'abord la qualité propre d'une chose, c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VERTU  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La postérité d'Aristote »  : […] L'école d'Aristote, le Lycée, ne connaîtra pas, après la mort d'Aristote, la fermentation intellectuelle qu'avait connue encore l'Académie après la mort de Platon. Sans doute parce que la pensée d'Aristote avait ouvert à la philosophie des territoires nouveaux, mais en était restée à la phase de l'exploration, les disciples (à l'exception peut-être du premier d'entre eux, Théophraste, mort en 285 […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éthique et la politique »  : […] Pour Aristote l'éthique et la politique sont des disciplines connexes : toutes deux traitent du souverain bien, qui n'est pas idéal mais ne se distingue pas du bonheur, et qui se propose autant à l'individu humain qu'à la cité, forme achevée de la vie sociale. D'ailleurs l'individu libre est le citoyen d'une cité et la justice du citoyen est sa conformité aux lois d'une cité. Il n'en reste pas mo […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bien, bonheur et moralité »  : […] Même si l'on refuse d'identifier le plaisir et le bien, il n'en demeure pas moins que la recherche du plaisir est un ressort évident de l'action humaine. La question est alors de savoir si le plaisir a la moindre valeur morale, s'il constitue un bien. Les utilitaristes, on l'a vu, ont répondu positivement : le bonheur que chacun recherche est l'unique source de moralité et le seul bien auquel nous […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Bonheur, espoir et vertu »  : […] Une telle expérience – précisément parce qu'elle est absolument simple – suppose un bouleversement de notre rapport au temps. Si le désir est manque, presque toujours, c'est qu'il est temporel : le désir est manque à chaque fois qu'il se fait espérance. Arrêtons-nous là, un instant. On ne peut, on l'a vu, concéder à Platon que tout désir soit manque. C'est au contraire le propre de toute action – […] Lire la suite

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Théoriser le civisme : une tâche impossible »  : […] L'échec d'un grand esprit est toujours exemplaire. En réalité, personne ne s'est jamais demandé quelle serait la nature de la représentation que nous nommons civisme. « Civisme » ne peut signifier un concept scientifique. En effet, le retrait individuel postulé par la société démocratico-libérale ne constitue qu'une condition nécessaire et non suffisante de l'apparition d'un civisme. On peut juger […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La générosité cartésienne »  : […] Toutes les passions tirent leur origine de six passions primitives : l'admiration, l'amour, la haine, le désir, la joie et la tristesse. Descartes les étudie, au cours d'analyses d'une grande richesse psychologique. Mais, ce qui inspire ses analyses, c'est le sentiment aigu qu'il garde de la valeur unique de notre liberté. Déjà, en 1645, les lettres à Mesland avaient insisté sur le pouvoir absolu […] Lire la suite

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 715 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution de la notion de valeur »  : […] Partons d'un terme de notre vocabulaire éthique ou moral (à ce niveau, la différence n'est pas encore marquée) qui est encore proche de la constitution primaire de l'intention éthique : le terme de valeur . Nous l'employons en relation avec des entités telles que la justice, l'égalité, la tempérance l'amitié, etc. Les Anciens ont été les premiers à essayer de fixer ces entités dans un tableau des […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

Dans le chapitre « La vertu trouve en elle sa récompense »  : […] Voici maintenant, dans la discussion avec Calliclès, la conclusion générale de cette longue suite d'arguments : « L'homme sage, qu'il s'agisse de choses ou de personnes, de plaisirs ou de peines, ne poursuit et n'évite que ce qu'il faut, et il sait supporter ce que son devoir lui ordonne de supporter. Si bien qu'il est de toute nécessité, Calliclès, que l'homme sage, étant, comme nous l'avons mont […] Lire la suite

HAGIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 806 mots

Dans le chapitre « Un discours de « vertus » »  : […] L'hagiographie est, à proprement parler, un discours de vertus . Mais le terme n'a que secondairement, et pas toujours, une signification morale. Il avoisine plutôt l'extraordinaire et le merveilleux, mais seulement en tant qu'ils sont des signes. Il désigne l'exercice de « puissances » se rattachant aux dunameis du Nouveau Testament et articulant l'ordre de l'apparaître sur un ordre de l'être. L […] Lire la suite

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vertu épicurienne »  : […] L'expression la plus nette de cette décadence reçoit sa forme achevée dans la doctrine épicurienne qui oscille entre l'hédonisme pur, l'hédonisme rationnel et l' eudémonisme. Le plaisir est constitutif et fin essentielle de l'homme ; mais encore faut-il savoir s'en saisir et le faire durer par un effort de réformation de l'imaginaire et par l'éducation de la volonté ; car le plaisir, en dernière a […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-13 juillet 2021 Népal. Retour à la tête du gouvernement de Sher Bahadur Deuba.

Le 13, la Cour suprême installe Sher Bahadur Deuba, chef du Congrès népalais, à la tête du gouvernement, en vertu de la disposition constitutionnelle qui l’autorise à intervenir en cas de danger pour la démocratie. […] Lire la suite

18 juin 2021 Suisse – Liberia. Condamnation en Suisse du rebelle libérien Alieu Kosiah.

Établi en Suisse depuis 1998, Alieu Kosiah a été arrêté en novembre 2014 à la suite de plaintes déposées par diverses victimes représentées par l’ONG Civitas Maxima, et inculpé de crimes de guerre en mars 2019 en vertu du principe de compétence universelle. Il s’agit du premier verdict rendu par le TPF en matière de droit pénal international. Alieu Kosiah est le premier Libérien condamné pour crimes de guerre en relation avec la guerre civile dans son pays. […] Lire la suite

2-8 juin 2021 Nicaragua. Vague d'arrestations d'opposants au régime sandiniste.

Le 5, l’ancien diplomate Arturo Cruz, fils d’un opposant historique au régime sandiniste portant le même nom, est arrêté en vertu de la loi de « défense des droits du peuple » de décembre 2020 qui vise les « traîtres à la patrie ». Le 8, la police arrête l’économiste Juan Sebastián Chamorro, pour « incitation à l’ingérence étrangère dans les affaires intérieures », et le politologue Felix Madariaga, pour « agissements contre la souveraineté du pays ». […] Lire la suite

3-27 mai 2021 France – Rwanda. Visite du président Emmanuel Macron au Rwanda.

Le procureur indique que l’instruction n’a permis d’établir « aucune aide ou assistance des troupes françaises lors de la commission d’exactions, aucune adhésion de ces dernières au projet criminel poursuivi par les forces génocidaires, ni aucune abstention d’intervenir face à des crimes constitutifs d’un génocide ou de crimes contre l’humanité en vertu d’un accord antérieur ». […] Lire la suite

12-21 avril 2021 Syrie. Sanction de l'OIAC.

Le 19, quatre ONG, dont le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression, ainsi que des victimes déposent plainte en Suède, en vertu du principe de compétence universelle, contre de hauts responsables syriens, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. La plainte porte sur les attaques chimiques perpétrées dans la Ghouta, près de Damas, en août 2013, et à Khan Cheikhoun, au sud d’Idlib, en avril 2017. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « VERTU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vertu/