VERTU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exigence de vertu s'ancre dans le désir de trouver une loi qui rendrait la répétition possible. Mais conquérir l'impassibilité, est-ce devenir un dieu ou son servile imitateur ? est-ce promouvoir la vie ou bien l'étouffer ? est-ce conquérir le bonheur ou, au contraire, ôter toute saveur à l'existence ? Bref, l'exigence de vertu peut-elle s'universaliser ?

Concevons la vertu comme la simple manifestation d'une force en mouvement, la mise en œuvre d'un pouvoir qui s'autosuffit, l'opération qui correspond le mieux aux penchants et aux besoins d'un individu isolé ; alors « prendre à bail » la vertu serait le propre d'impuissants cherchant la liberté dans la pensée plus que dans l'action ; supposer possible une définition de la vertu serait le fait d'hypocrites élevant le savoir au-dessus de la pratique ; vouloir préciser les canons de la vertu serait l'affaire de présomptueux s'efforçant d'en imposer par des propos plus que par des actes. « Nul ne sait encore ce que sont le bien et le mal, disait Zarathoustra, nul, si ce n'est le Créateur. »

Reste qu'on ne saurait pourtant dénier à l'apologétique de la vertu sa portée humanisante, comme si, au-delà de toute victoire sur une morale déterminée, s'affirmait le triomphe d'une certaine « forme » de conduite, d'un certain « art » de vivre, ou peut-être plus simplement encore d'un certain type de « représentation », donatrice de sens. Certes, on ne saurait rabaisser les dons au profit des vertus, pour faire du mérite la seule source morale. Et néanmoins comment ne pas voir en la vertu la source privilégiée du sublime, dans la mesure où elle atteste chez l'homme l'exi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VERTU  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La postérité d'Aristote »  : […] L'école d'Aristote, le Lycée, ne connaîtra pas, après la mort d'Aristote, la fermentation intellectuelle qu'avait connue encore l'Académie après la mort de Platon. Sans doute parce que la pensée d'Aristote avait ouvert à la philosophie des territoires nouveaux, mais en était restée à la phase de l'exploration, les disciples (à l'exception peut-être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_2482

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éthique et la politique »  : […] Pour Aristote l'éthique et la politique sont des disciplines connexes : toutes deux traitent du souverain bien, qui n'est pas idéal mais ne se distingue pas du bonheur, et qui se propose autant à l'individu humain qu'à la cité, forme achevée de la vie sociale. D'ailleurs l'individu libre est le citoyen d'une cité et la justice du citoyen est sa co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_2482

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 603 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bien, bonheur et moralité »  : […] Même si l'on refuse d'identifier le plaisir et le bien, il n'en demeure pas moins que la recherche du plaisir est un ressort évident de l'action humaine. La question est alors de savoir si le plaisir a la moindre valeur morale, s'il constitue un bien. Les utilitaristes, on l'a vu, ont répondu positivement : le bonheur que chacun recherche est l'uni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-philosophie/#i_2482

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Bonheur, espoir et vertu »  : […] Une telle expérience – précisément parce qu'elle est absolument simple – suppose un bouleversement de notre rapport au temps. Si le désir est manque, presque toujours, c'est qu'il est temporel : le désir est manque à chaque fois qu'il se fait espérance. Arrêtons-nous là, un instant. On ne peut, on l'a vu, concéder à Platon que tout désir soit manq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_2482

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Théoriser le civisme : une tâche impossible »  : […] L'échec d'un grand esprit est toujours exemplaire. En réalité, personne ne s'est jamais demandé quelle serait la nature de la représentation que nous nommons civisme. « Civisme » ne peut signifier un concept scientifique. En effet, le retrait individuel postulé par la société démocratico-libérale ne constitue qu'une condition nécessaire et non suff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/#i_2482

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La générosité cartésienne »  : […] Toutes les passions tirent leur origine de six passions primitives : l'admiration, l'amour, la haine, le désir, la joie et la tristesse. Descartes les étudie, au cours d'analyses d'une grande richesse psychologique. Mais, ce qui inspire ses analyses, c'est le sentiment aigu qu'il garde de la valeur unique de notre liberté. Déjà, en 1645, les lettre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_2482

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 714 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution de la notion de valeur »  : […] Partons d'un terme de notre vocabulaire éthique ou moral (à ce niveau, la différence n'est pas encore marquée) qui est encore proche de la constitution primaire de l'intention éthique : le terme de valeur . Nous l'employons en relation avec des entités telles que la justice, l'égalité, la tempérance l'amitié, etc. Les Anciens ont été les premiers à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique/#i_2482

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

Dans le chapitre « La vertu trouve en elle sa récompense »  : […] Voici maintenant, dans la discussion avec Calliclès, la conclusion générale de cette longue suite d'arguments : « L'homme sage, qu'il s'agisse de choses ou de personnes, de plaisirs ou de peines, ne poursuit et n'évite que ce qu'il faut, et il sait supporter ce que son devoir lui ordonne de supporter. Si bien qu'il est de toute nécessité, Calliclès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-l-homme-grec/#i_2482

HAGIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 806 mots

Dans le chapitre « Un discours de « vertus » »  : […] L'hagiographie est, à proprement parler, un discours de vertus . Mais le terme n'a que secondairement, et pas toujours, une signification morale. Il avoisine plutôt l'extraordinaire et le merveilleux, mais seulement en tant qu'ils sont des signes. Il désigne l'exercice de « puissances » se rattachant aux dunameis du Nouveau Testament et articulant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hagiographie/#i_2482

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vertu épicurienne »  : […] L'expression la plus nette de cette décadence reçoit sa forme achevée dans la doctrine épicurienne qui oscille entre l'hédonisme pur, l'hédonisme rationnel et l' eudémonisme. Le plaisir est constitutif et fin essentielle de l'homme ; mais encore faut-il savoir s'en saisir et le faire durer par un effort de réformation de l'imaginaire et par l'éduca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hedonisme/#i_2482

HONNEUR

  • Écrit par 
  • Marie-France MURAWA-WULFING
  •  • 2 340 mots

« Serment sur l'honneur », « homme d'honneur », « religion de l'honneur ». L'honneur est un mot bien souvent employé, un concept universellement admis, célébré. Qui ne se souvient de la lettre de François I er à sa mère Louise de Savoie, au soir de la bataille de Pavie : « Madame, tout est perdu, fors l'honneur » ! Rien n'était perdu, donc, du moi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honneur/#i_2482

JUSTIFICATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 809 mots

Dans le chapitre « Les sources bibliques »  : […] Le sens classique du mot « juste » désigne celui qui accomplit les actes vertueux que lui indique sa raison délibérative et qui observe ainsi les lois établies et l'égalité souhaitable. « Nous appelons juste, dit Aristote, ce qui est susceptible de créer ou de sauvegarder, en totalité ou en partie, le bonheur de la communauté politique » ( Éthique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/#i_2482

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les postulats »  : […] Que le principe moral exclue toute détermination de la volonté par un objet extérieur à la loi ne saurait empêcher cette volonté, lors même qu'elle est déterminée par ce principe, de se rapporter à un objet qui lui soit conforme et qui représente l'absolu pour l'ensemble des objets pratiques. Le conditionné dont cet absolu est le fondement, c'est l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_2482

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 650 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éthique et politique chez Aristote »  : […] Ce passage du premier au deuxième niveau de problèmes se laisse aisément reconnaître dans la philosophie morale d'Aristote : sa théorie de l'action volontaire et involontaire, dans le livre III de l' Éthique à Nicomaque , constitue seulement un fragment enchâssé dans une enquête plus vaste portant sur la vertu et le bonheur ; ainsi, l'analyse faite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_2482

LUNYU (ENTRETIENS DE CONFUCIUS) (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre MARSONE
  •  • 1 115 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homme de bien et sa vertu »  : […] L'idéal moral prôné par Confucius est celui de l'homme de bien, littéralement « l'homme noble » ( junzi ), qu'il oppose à « l'homme de peu » ( xiaoren ). La noblesse dont il s'agit ici, quoique s'inspirant d'un concept social, prend chez Confucius un sens moral. Au contraire de l'homme de peu qui ne voit que son profit, l'homme de bien pratique la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lunyu-entretiens-de-confucius-anonyme/#i_2482

MŒURS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 7 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Individualisme et égoïsme : le problème de l'anomie »  : […] La fragilité des mœurs, qui les expose à la corruption, tient à la nature des sentiments qui règlent nos conduites morales. On peut en distinguer trois principaux, dont l'importance a été soulignée au cours de l'exposé précédent. La conception classique de la moralité fait la part plus large au civisme. Les Romains ou les Spartiates sont moraux par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/#i_2482

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « La morale cosmique »  : […] Aucune morale concrète n'apparaît comme particulière aussi longtemps qu'elle est simplement vécue et n'a pas besoin d'être défendue contre d'autres morales qui existent à côté d'elle et mettent, par leur existence même, en doute sa validité. Le problème naît, dans les situations caractérisées plus haut, là où aucun système ne réussit à s'isoler ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_2482

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 740 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Causalité intelligente et causalité nécessaire »  : […] Âme, cité et monde posent un même problème : comment inscrire, dans des réalités qui ne sont pas intelligibles par elles-mêmes, l'ordre et l'arrangement qui leur conférera unité et valeur ? Si l'analogie de structure entre l'âme et l' État sous-tend toute La République , de telle sorte que les mêmes principes d'organisation garantissent la bonne co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_2482

PYTHAGORE (-580?-? -500) ET PYTHAGORISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE, 
  • Daniel SAINTILLAN
  •  • 3 175 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crise de la cité »  : […] Ces ambiguïtés du pythagorisme se nouent dans le contraste qui oppose les deux figures les plus importantes du mouvement : Pythagore de Samos et Milon de Crotone, son gendre. En effet, ce mage extatique, cet homme extraordinaire qui s'impose aux Crotoniates comme un autre Apollon Hyperboréen, devient, par le mariage de sa fille, l'allié d'un des p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pythagore-et-pythagorisme/#i_2482

ROUSSEAU JEAN-JACQUES

  • Écrit par 
  • Bernard GAGNEBIN
  •  • 4 965 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vertu et bonheur »  : […] Dans La Nouvelle Héloïse , Rousseau imagine sur le mode romanesque l'organisation d'une famille – au sens patriarcal, incluant la domesticité, les familiers de la maison, les cousins, les amis... – qui vivrait selon les enseignements de la nature, une nature non pas brutale et sauvage mais fécondée par la culture, par la raison. Masque, hypocrisie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-rousseau/#i_2482

SAGESSE

  • Écrit par 
  • Manuel de DIÉGUEZ
  •  • 10 380 mots

« Sagesse » s'entend en plusieurs sens. Est-elle vertu, savoir, prudence, génie visionnaire, don de l'esprit, puissance prophétique, science politique ? « Moïse alla s'instruire dans la sagesse des Égyptiens » signifie seulement que ce grand législateur était devenu un savant. Les Grecs ont qualifié la sagesse de vertu, afin de la distinguer de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagesse/#i_2482

SÉNÈQUE (-4-65)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 4 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les œuvres en prose »  : […] La date de composition de la Consolation à Marcia , adressée à la fille de l'historien romain Cremutius Cordus, condamné sous Tibère à cause de ses idées républicaines, ne peut se placer qu'après la mort de cet empereur, c'est-à-dire après l'avènement de Caligula (37 apr. J.-C.). C'est pendant le temps de l'exil de Sénèque (41-49) qu'il faut situer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/#i_2482

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morale »  : […] L'éthique stoïcienne étend à la conduite humaine l'empire du logos qui règle nos pensées et régit l'univers. Mais l'homme a-t-il encore quelque chose à faire dans ce monde dont il est une partie, et que gouverne l'immuable destin ? Le stoïcisme passe pour une philosophie de l'acceptation, de la résignation. La liberté qu'il promet n'est-elle qu'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoicisme/#i_2482

TOLÉRANCE

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'édit de tolérance »  : […] La tolérance ne joue vraiment le rôle d'une vertu que depuis le xvi e siècle : il a fallu pour cela d'abord une cassure de la société religieuse telle que deux théologies ont été ressenties comme incompatibles ; ensuite, une croissance du pouvoir politique qui a fait que la conservation des États a pu paraître souhaitable, quelles que soient les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tolerance/#i_2482

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autonomie, relativisme, rationalité »  : […] À la lumière de cette description, nous pouvons revenir sur trois problèmes récurrents dans notre analyse. Peut-on considérer les valeurs comme reposant sur des propriétés indépendantes de nous ? Les valeurs sont-elles relatives à des cultures incomparables entre elles ? Existe-t-il une rationalité des valeurs, une rationalité axiologique qui soit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_2482

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « éthique » : Aristote »  : […] C'est d'abord dans le cadre d'une éthique que, pour la première fois, Aristote a conçu une analyse – subordonnée mais néanmoins distincte – du volontaire et de l'involontaire. Cette analyse, recueillie dans le livre III de l' Éthique à Nicomaque , contient en germe, outre les développements que lui donneront la psychologie médiévale et celle du xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_2482

Voir aussi

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « VERTU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertu/