AVESTA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Livre saint de la religion zoroastrienne, l'Avesta constitue, encore aujourd'hui, les Écritures et le rituel des Parsis de l'Inde et des Guèbres de l'Iran.

Le terme Avesta (forme persane du moyen perse apastāk, de sthā-, se tenir, soit : texte de base) désigne les livres sacrés de la religion mazdéenne et les formules rédigées dans la même langue, puis cette langue même, qu'on appelle aujourd'hui avestique, mais qu'on a longtemps appelée zend, d'après le composé Zend-Avesta (traduction glosée et texte), sous lequel l'Avesta a d'abord été connu en Europe par la traduction d'Anquetil-Duperron.

L'Avesta

Du texte original de l'Avesta, rédigé dans une très ancienne langue iranienne proche du védique, il ne subsiste que ce que les minorités zoroastriennes de l'Iran, sous la domination musulmane, avaient recopié pour leur usage liturgique. Au ixe-xe siècle, une vaste compilation zoroastrienne, le Denkart, donnait, dans ses huitième et neuvième livres, un sommaire en moyen perse de l'Avesta tout entier : nous pouvons mesurer sa fidélité à la manière dont il résume les parties que nous possédons dans l'original.

L'Avesta se composait de 21 sections, appelées nask-s, formant trois groupes qui correspondent aux trois domaines du savoir religieux : la gāsānikīh, ce qui est de l'ordre des gāthā-s et exprime l'essentiel de la doctrine mazdéenne ; la dātīkīh, qui comprend la législation ; la hata-mānsrīkīh, qui embrasse le reste. Si la division est ancienne, la répartition des nask-s dans les trois catégories est postérieure : elle entend superposer les 21 nask-s aux 21 mots de la prière Ahuna Varya. Mais les trois séries s'enchevêtrent. Le sommaire du Dk 8 s'étend surtout sur les nask-s juridiques, et le Dk 9 sur trois commentaires gāthiques, le Sūtgar, le Varštmansr et le Bak, ce dernier étant une glose spirituelle sur les gāthā-s.

Presque tous les ouvrages moyen-perses postérieurs renverront, tantôt explicitement, tantôt par la littérature même de leur traduction, à des nask-s dont l'original est perdu. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études
  • : docteur de troisième cycle, pensionnaire à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  AVESTA  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Aryens »  : […] La période historique commence en Afghanistan au I er  millénaire avant J.-C., avec la réforme religieuse prêchée par le prophète Zoroastre, en Bactriane, dans la vallée de l' Amou-Daria (l'Oxus des historiens classiques). La nouvelle religion, fondée sur une conception dualiste du monde et de l'histoire, reflétait au fond le conflit perpétuel existant entre les tribus ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_10888

ALPHABET

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  • , Universalis
  •  • 3 456 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'alphabet araméen et sa descendance »  : […] L'alphabet araméen a été tiré du système phénicien par les scribes du royaume de Damas au ix e siècle avant J.-C. Sa forme cursive, plus pratique que celle du phénicien et répandue par les déportés araméens, connaîtra une singulière diffusion en Asie. Adopté par les rois d'Assyrie ( viii e s.), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphabet/#i_10888

ANQUETIL-DUPERRON ABRAHAM HYACINTHE (1731-1805)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 863 mots

Orientaliste français qui révéla à l'Europe les livres sacrés du zoroastrisme et de l'hindouisme. La curiosité des Européens pour les civilisations anciennes d'Orient (Perse, Inde...) date des premières découvertes de Marco Polo et de Vasco de Gama ; accrue au cours des siècles, elle entraîna Anquetil-Duperron à partir pour l'Inde (où la France tentait de prendre pied, pour d'autres raisons). Prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-hyacinthe-anquetil-duperron/#i_10888

BURNOUF EUGÈNE (1801-1852)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 191 mots

Orientaliste français, dont les travaux permirent pour la première fois en Europe de connaître la langue de l'Avesta, appelée alors le zend, Burnouf publia en 1826, en collaboration avec Christian Lassen, un Essai sur le pâli , et, l'année suivante, des Observations grammaticales sur quelques passages de l'essai sur le pâli . Sa grande œuvre fut ensuite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-burnouf/#i_10888

DARMESTETER JAMES (1849-1894)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 233 mots

Linguiste français né le 28 mars 1849, à Château-Salins (Moselle), mort le 19 octobre 1894, à Maisons-Laffitte, près de Paris. La thèse de Darmesteter sur la mythologie zoroastrienne (1875) constitue sa première œuvre majeure. Il commence à enseigner l'iranien ancien à l'École des hautes études en sciences sociales en 1877 et poursuit ses recherches, dont il publie les résultats dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-darmesteter/#i_10888

GĀTHĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 399 mots

Nom donné en iranien ancien à un groupe de poèmes, en forme d'hymnes liturgiques, attribués par la tradition mazdéenne à Zarathuštra (Zoroastre) lui-même. Ces textes ont été intégrés à date ancienne dans l'Avesta, qui constitue, de nos jours encore, le corps des Écritures sacrées du zoroastrisme (ou mazdéisme). À ce titre, les Gāthā sont récités chaque jour dans le rituel mazdéen tel que le célèbr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gatha/#i_10888

PERSE - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Christophe BALAY, 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR, 
  • Jean de MENASCE, 
  • Mohammad Djafar MOÏNFAR
  •  • 8 286 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Chronologie et œuvres »  : […] La chronologie, même relative, des œuvres est le plus souvent impossible à établir et sans véritable intérêt, la plupart des livres étant postérieurs à la pénétration islamique. On peut cependant citer en premier la traduction pehlevie du Yasna , du Vidēvdāt et du Nirangistān avestiques, qui, représentant une tradition exégétique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-langues-et-litteratures/#i_10888

ZARATHUSHTRA ou ZARATHUŠTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 717 mots

Nom véritable de celui que Platon (qui le premier révéla son existence à l'Occident) appelait Zoroastre. C'est ce qu'atteste l' Avesta , où le prophète se nomme lui-même à maintes reprises (dans les gāthā , hymnes qu'il composa en l'honneur de son dieu). La tradition zoroastrienne unanime le fait vivre au ~ vii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarathushtra-zarathustra/#i_10888

ZOROASTRISME

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE
  •  • 5 869 mots

Dans le chapitre « Les Yašt »  : […] À côté de ces divinités majeures, les Gāthā en mentionnent quelques-unes, dont les noms sont également abstraits, Sraoša (Discipline) et Aši (Fortune, Récompense) qui ne joueront que plus tard un rôle important. Mais elles ne disent rien de ce vaste panthéon invoqué à chaque pas dans tous les autres textes avestiques, notamment dans les Yašt , où les dieux sont décrits de man […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoroastrisme/#i_10888

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean de MENASCE, Georges PINAULT, « AVESTA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/avesta/