VALENTIN (mort en 160 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théologien chrétien marqué par les doctrines platoniciennes, Valentin, d'origine égyptienne, vint d'Alexandrie à Rome vers 135. Il a composé des Lettres, des Homélies, un traité Sur les trois natures et un Évangile de Vérité (qui pourrait bien être l'écrit de la bibliothèque de Nag Hammadi qui commence par ces mots).

Sa doctrine est très complexe, mais aussi très riche, et elle demeure un des meilleurs exemples d'explication théologique des débuts de la chrétienté. Dans ce système, seul est Dieu le « Père », « inengendré », « incompréhensible », « insaisissable » et « éternel ». Avec lui coexiste la « Pensée », qui est aussi « Silence » ou « Grâce ». De ce Premier et de sa Pensée vont naître trois couples d'éons : Intellect et Vérité, Logos et Vie, Homme (Idéal) et Église, qui forment l'Ogdoade. Logos et Vie émettent dix éons. Homme et Église en émettent douze. Au total, on aura trente éons, qui constituent le Plérôme. Seul Nous (Intellect ou Fils Monogène) contemple le Père. Mais le trentième éon, Sophia (Sagesse), souffre de ne pouvoir comprendre la « grandeur infinie du Père ». Du fait de cette « passion », la Sagesse tombe et cette chute donne naissance au Démiurge (qui n'est autre que le Dieu de l'Ancien Testament). Le Fils Monogène émet un couple : Christ, qui sera le révélateur de la gnose du Père, et Esprit saint, qui aura pour mission d'harmoniser les éons dans la grâce. Le Jésus historique ne deviendra l'Élu que lorsque l'éon Christ descendra sur lui, lors de son baptême par Jean dans le Jourdain. Seule la gnose (connaissance) permet à l'homme de se libérer et de remonter à la Monade primordiale d'où il est issu. On voit la grande différence de ce système avec les théologies juive et chrétienne : le Dieu suprême et le Démiurge ne sont pas confondus.

Les disciples de Valentin furent nombreux et l'on peut, avec Hippolyte, les répartir en deux écoles : d'une part, l'école occidentale ou italienne, où l'on remarque Ptolémée, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VALENTIN (mort en 160 env.)  » est également traité dans :

ÉVANGILE DE VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 428 mots

Parmi les traités coptes qui sont contenus dans le Codex I , aujourd'hui connu sous le nom de Codex Jung et trouvé à Nag Hammadi (Haute Égypte), dans l'extraordinaire bibliothèque « gnostique », l' Évangile de Vérité a tout de suite attiré l'attention. Ce titre était celui d'un ouvrage attribué à Valentin, ou du moins à ses discip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangile-de-verite/#i_19958

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Un terme ambigu »  : […] Le premier usage du mot « gnostique » a été fixé par les Pères de l'Église, de Justin et Irénée à Théodoret. Ce terme n'a pas été inventé par eux, puisque Épiphane mentionne, à l'intérieur de la communauté chrétienne d' Alexandrie, l'existence d'un groupe de gens s'appelant eux-mêmes gnostiques. Des non-chrétiens, tels Plotin, Porphyre, Jamblique, connaissent aussi de semblables groupes. Les héré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_19958

PLÉRÔME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 402 mots

Terme grec qui signifie « plénitude » et qui, dans cette acception, appartient à la langue classique. On le relève une quinzaine de fois dans le Nouveau Testament. On le rencontre aussi dans le néo-platonisme tardif, par exemple chez Damascius (au moins trois fois). Mais c'est le gnosticisme qui lui a donné valeur technique (et qui a influencé chrétiens et néo-platoniciens, qui s'en défendent). Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plerome/#i_19958

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « Le IIe siècle »  : […] Les penseurs chrétiens de la première moitié du ii e  siècle ont pour souci commun d'exalter le pouvoir et la dignité du Christ sauveur. Mais les uns voient dans Jésus un homme élevé à la divinité ; on parle, dans ce cas, de christologie «  adoptianiste ». Les autres se réfèrent à l'idée du Christ préexistant, déjà présente chez Paul et dans les é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/#i_19958

Pour citer l’article

Michel PEZIN, « VALENTIN (mort en 160 env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valentin/