DESSIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Attribution et destination

On a vu que, dans certains cas, des mentions de l'attribution sont fournies par les cartouches des montages, indications bien précieuses car elles sont parfois presque contemporaines de l'exécution du dessin. Cependant, le résultat de l'attribution est en fait le résumé d'une méthode, d'un procédé d'analyse qui a pour but de se rapprocher le plus possible de la vérité. Le critère le plus sûr est donné par la présence de documents écrits, de contrats établis par le commanditaire de l'artiste dont le nom est ainsi mentionné. Or, dans le domaine des dessins, on connaît fort peu d'exemples de contrats, sauf dans le cas de modelli, c'est-à-dire de dessins très élaborés destinés à être soumis au commanditaire avant l'œuvre définitive. Du moins, le recoupement avec des contrats pour des peintures dont les dessins sont des œuvres préparatoires fournit-il de bons arguments pour une attribution.

Les « signatures » apposées sur la surface des dessins sont rarement des originaux, bien souvent il faut plutôt parler d'annotations. Celles-ci peuvent être contemporaines, mais sont généralement plus tardives. Dans certains cas, elles aident au raisonnement menant à la découverte de la bonne attribution, mais cependant elles doivent toujours être mises en doute. D'ailleurs, ces signatures avaient peu de raisons d'être pour les dessins anciens, puisque ceux-ci étaient conçus comme un travail préliminaire, comme un essai, et parfois détruits après l'exécution définitive. En fait, les signatures ne deviennent courantes que dans la seconde moitié du xviie ou plutôt vers le début du xviiie siècle ; elles se généralisent aux xixe et xxe siècles, lorsque s'affirmera la personnalité de l'artiste. Jusqu'alors, le dessin était plutôt considéré comme une œuvre d'atelier s'inscrivant dans le cadre de grandes entreprises décoratives qui nécessitaient d'abondants travaux collectifs.

D'autres critères permettent de cerner au plus près la vérité. Ce sont d'abord les témoignages de la tradition contemporaine, ceux des historiens comme Giorgio Vasari, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces», J. L. David, 1

Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces», J. L. David, 1
Crédits : École nationale supérieure des beaux-arts, Paris

photographie

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas
Crédits : Josse/ Leemage/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DESSIN  » est également traité dans :

DESSIN CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 2 082 mots
  •  • 1 média

Longtemps cantonné à l'émergence d'un motif sur une simple feuille de papier, le dessin a conquis au fil du temps de nouveaux espaces et de nouvelles formes en se confrontant à des médiums, des techniques et des protocoles nouveaux. L'éclatement des pratiques artistiques, dont l'art contemporain est l'objet dep […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ET APPRENTISSAGE DU DESSIN

  • Écrit par 
  • Delphine PICARD
  •  • 1 239 mots

L’espèce humaine dispose d’une variété de modes de notation externe des objets de l’environnement servant à la communication. Le dessin est l’un de ces modes. Dessiner consiste à produire de manière ordonnée dans le temps un ensemble de formes graphiques dans un espace restreint, en général celui d’une feuille, en vue de représenter visuellement un objet ou u […] Lire la suite

ACADÉMISME

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN
  •  • 3 543 mots
  •  • 2 médias

Le terme « académisme » se rapporte aux attitudes et principes enseignés dans des écoles d'art dûment organisées, habituellement appelées académies de peinture, ainsi qu'aux œuvres d'art et jugements critiques, produits conformément à ces principes par des académiciens, c'est-à-dire par les membres des écoles, qu'ils soient professeurs, étudiants ou partisans de leurs méthodes. Ce mot se rapporte […] Lire la suite

L'ÂGE D'OR DU ROMANTISME ALLEMAND (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 065 mots

Le musée de la Vie romantique (Paris) a consacré du 4 mars au 15 juin 2008 une exposition à L'Âge d'or du romantisme allemand, aquarelles et dessins à l'époque de Goethe . Dans sa Préface au catalogue, Pierre Rosenberg avoue préférer le sous-titre : Aquarelles et dessin à l'époque de Goethe . C'est là une conception bien française. Le romantisme allemand inquiète. A-t-il consommé la rupture avec […] Lire la suite

AILLAUD GILLES (1928-2005)

  • Écrit par 
  • Jean JOURDHEUIL
  •  • 790 mots

Né en 1928 à Paris, le peintre Gilles Aillaud, fils de l'architecte Émile Aillaud, étudia la philosophie après guerre, puis revint à la peinture qu'il avait pratiquée avec assiduité durant son adolescence. Son devenir-peintre n'eut pas lieu dans une école des Beaux-Arts mais silencieusement, dans un isolement qui dura plus d'une décennie. De cette période il gardera une étonnante capacité à se ten […] Lire la suite

ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 751 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des débuts obscurs »  : […] En réalité, l'art des deux premiers cités n'offre aucun point commun avec celui d'Altdorfer à ses débuts. Quant aux œuvres de Cranach antérieures à 1505, qui diffèrent de la production ultérieure de ce peintre par leur violence expressive, elles conjuguent une forte influence de Dürer avec un sens nouveau de la couleur, caractères que l'on retrouve dans les premières peintures connues d'Altdorfer […] Lire la suite

ANDREA DEL CASTAGNO (1390 ou 1406 ou 1421-1457)

  • Écrit par 
  • Philippe LEVANTAL
  •  • 743 mots
  •  • 3 médias

Au début du Quattrocento, divers peintres florentins élaborent un style qui brise avec ce que le Trecento, dominé par Giotto, comportait encore d'empreinte gothique. La conquête, par Masaccio, d'un espace cohérent ouvre la voie à Uccello, à Andrea del Castagno, qui, de manière fort différente, vont accorder la primauté au dessin, au volume monumental, au contour dramatique, aux effets de perspecti […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pratiques et utilisations patrimoniales »  : […] La réunion de cette documentation au cours des opérations d'inventaire se confronte à deux impératifs contradictoires d'exhaustivité et de rapidité. Exhaustivité, car il s'agit de documenter scientifiquement la totalité d'un patrimoine. Rapidité, car les modifications constantes du territoire menacent ce patrimoine de disparition. La sagesse aurait voulu privilégier surtout les opérations de stock […] Lire la suite

ARIKHA AVIGDOR (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 604 mots

Artiste, dessinateur et graveur israélien d'origine roumaine, Avigdor Arikha transforma les objets ordinaires du quotidien en images lumineuses bien que parfois déconcertantes, souvent influencées par son expérience de survivant de la Shoah. Avigdor Arikha est né en 1929 à Radauti, en Bucovine (Roumanie), dans une famille juive germanophone qui s'installe en Ukraine peu après sa naissance. Il com […] Lire la suite

ARTS PLASTIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 214 mots

L'expression « arts plastiques », quoique très employée dans le vocabulaire usuel contemporain, est parfaitement imprécise. Dans son acception étroite, on peut l'opposer à l'expression « arts graphiques » et distinguer ainsi les arts du volume (sculpture et architecture) des arts de la surface (dessin, peinture, gravure). Renversant le schéma de la critique traditionnelle qui, depuis la Renaissanc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, Geneviève MONNIER, « DESSIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin/