CIVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Civisme et patriotisme

Il est devenu évident qu'un groupe fortement intégré, puisqu'il ignore le quant-à-soi et refuse l'indépendance à ses éléments, ne saurait faire appel au civisme. Le civisme est absent par nature de la cité-État. Ni la Grèce ni Rome ne l'auraient imaginé, et les références héroïques des conventionnels trahissent surtout la médiocrité de leur culture historique. Lorsque Platon écrivait « ... entre un homme juste et un État juste, il ne doit y avoir aucune différence quant à la forme même de la justice, mais bien ressemblance » (La République, IV, 435 a-b), il excluait cet écart, ce jeu où se glisserait l'acte d'une volonté. La mort de Socrate (même si l'on écarte du récit l'interprétation hagiographique et l'intention de propagande) va nous éclairer. Socrate aurait décidé de mourir par respect pour la loi de la cité. Curieux respect puisque, au moins dans son application, la loi se révèle à lui injuste : il s'agirait d'un cas (aberrant ?) de civisme anticivique ! La réponse est apportée par la « prosopopée des lois » (Criton, 50c-55d) : la loi ne donne pas seulement à l'Athénien un surcroît moral, elle l'engendre, le met au monde, le nourrit, lui donne ses raisons de vivre... On lit ces pages avec beaucoup de légèreté quand on y trouve une exaltation du civisme ; si l'homme se sent consubstantiel à la loi et à la cité, où trouverait-il en lui la distance qui peut les rendre désirables ? Les cités-États du Moyen Âge ne se montraient pas plus individualistes. L'appellation humanisme civique, ou, par ellipse, civisme, qu'on applique à la culture florentine de la fin du Trecento jusqu'au principat des Médicis ne doit pas nous tromper : Coluccio Salutati, il est vrai, légitime sa propre carrière politique en médiatisant par la cité toutes les valeurs, y compris les valeurs religieuses ; mais il envisage la société comme une structure hiérarchisée de cellules où se forment des solidarités exclu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CIVISME  » est également traité dans :

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 285 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La charge symbolique des cérémonies électorales »  : […] Le droit de vote est généralement – bien qu'inégalement – perçu comme une conquête. Des hommes et des femmes ont sacrifié leur vie pour l'obtenir et le transmettre. Il symbolise l'appartenance et l'adhésion à la communauté nationale (Sophie Duchesne) et distingue traditionnellement le citoyen de l'étranger. Voter, c'est donc aussi manifester son intérêt pour son pays. Les élections sont par aille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abstentionnisme/#i_94427

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 257 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Analyse de la notion »  : […] La définition proposée – proche de celle que donne John Rawls dans Théorie de la justice (1971) – appelle quelques précisions. La désobéissance est dite « civile », d'abord, parce qu'elle est le fait de « citoyens » : ce n'est pas une rupture de citoyenneté, ni un acte insurrectionnel. Il s'agit d'une manifestation de « civisme » au sens fort : volonté d'œuvrer pour l'intér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desobeissance-civile/#i_94427

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 588 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La laïcité aujourd'hui »  : […] Résultat d'un conflit, la laïcité a permis la paix civile. Une symbolique républicaine s'est développée au xix e  siècle, forgée dans un combat, mais elle est devenue progressivement une imagerie commune : le même bonnet phrygien peut « figurer sur l'écusson officiel du R.P.R. et sur la tête des manifestants C.G.T. » (Maurice Agulhon). Il faut rem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_94427

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Attachements, engagements et dévouements »  : […] La loyauté à l'égard de l'entreprise met en jeu des sentiments et des attitudes qui se manifestent au-delà de l'environnement immédiat et du réseau des solidarités primaires. De même qu'elle produit des conduites en dehors du milieu où elle est requise, la loyauté résulte aussi de conditions qui débordent la vie du salarié dans son entreprise. Un salarié « satisfait », content de son travail, a d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_94427

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le soldat de l'an II, un citoyen modèle »  : […] L'idée de régénérer l'homme et le citoyen est au cœur de la Révolution française. Des siècles de « féodalisme », disait-on, avaient souillé les Français des vices propagés par l'aristocratie. La Révolution enlèverait peu à peu ces macules, l'homme retrouverait la pureté de ses origines et deviendrait un citoyen vertueux sans lequel il n'est point de République. Cette mission proposée à la Révolut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_94427

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GUILLEMAIN, « CIVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/