MACHIAVEL (1469-1527)

Niccolò Machiavelli doit à sa situation dans l'histoire et aux traits particuliers de son œuvre une fortune qui revêt plusieurs dimensions. Il fut homme de lettres et écrivit, entre autres, des pièces de théâtre. Il fut aussi un acteur de la Renaissance en Europe en tant que « secrétaire », personnage assez important dans un État tel que la république de Florence. Toutefois, en ce qui touche sa présence engagée dans l'histoire et dans la politique, l'homme Machiavel connut en fait un assez petit destin, même si certains, comme Gramsci, voient en lui un patriote précoce et un utopiste de l'unité italienne. Homme de cour, homme d'étude : double vie, représentée par une double série d'images, le premier portrait, très largement posthume et ayant fixé quelques traits connus par ouï-dire, étant resté le plus célèbre, sous la brosse de Santi di Tito.

Machiavel, attribué à A. Pollaiuolo

Machiavel, attribué à A. Pollaiuolo

photographie

Machiavel, marbre attribué à Antonio Pollaiuolo. Musée du Bargello, Florence, Italie. 

Crédits : The Bridgeman Art Library/ Getty

Afficher

À l'évidence, cependant, l'essentiel est ailleurs. À propos de Machiavel, partout, on pense bien autre chose : universellement, il est reçu comme celui qui a formulé définitivement et aux yeux de tous ce qui est devenu dès lors le « machiavélisme », c'est-à-dire la pratique politique, lorsqu'elle s'affranchit de toute règle autre que celle de la volonté de parvenir à ses fins. La consécration universelle de Machiavel, c'est la notion de machiavélisme, par laquelle il est arrivé à son nom propre ce qui pouvait lui arriver de mieux dans la vie collective : devenir la racine d'un nom commun. Comme toujours en pareil cas, il y a de la distance entre la notion, assez vague, que l'urgence du besoin de parler et de désigner a créée (le machiavélisme), et le système d'idées que les chercheurs tentent patiemment de reconstituer : on a donc inventé le « machiavélianisme » pour désigner de façon érudite ce qu'a dû penser le Florentin. Dans cet article, on appellera néanmoins machiavélisme ce qu'il est possible d'exposer des idées de ce penseur de la politique.

Une existence décentrée

Machiavel fait partie de ces hommes dont la renommée [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACHIAVEL (1469-1527)  » est également traité dans :

LE PRINCE, Nicolas Machiavel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FOURNEL, 
  • Jean-Claude ZANCARINI
  •  • 734 mots
  •  • 1 média

Comprendre les enjeux de l'écriture du Prince implique d'avoir à l'esprit les incessantes guerres d'Italie et leur effet sur Florence, la cité de Machiavel (1469-1527) . Tout a été bouleversé par l'arrivée des troupes françaises en Italie en 1494. À Florence, l' état de guerre a conduit au départ des Médicis, en novembre 1494, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-prince/#i_1065

ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

  • Écrit par 
  • Saül KARSZ, 
  • François MATHERON
  •  • 4 564 mots

Dans le chapitre « L'œuvre posthume »  : […] est sans aucun doute Machiavel et nous, fruit d'un long détour par Machiavel commencé en 1962 et jamais terminé. Althusser présente le problème de Machiavel comme celui du commencement à partir de rien, c'est-à-dire d'une révolution. En un sens, Althusser est dans la continuité de sa critique de la dialectique hégélienne développée dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-althusser/#i_1065

BODIN JEAN (1529-1596)

  • Écrit par 
  • Pierre MESNARD
  •  • 4 653 mots
  •  • 1 média

sociale donnée et à son élaboration à partir d'une intuition philosophique originale. C'est ainsi que l'œuvre de Machiavel doit sa pureté à la dramatique exiguïté de son cadre politique et au pessimisme fondamental de son intuition centrale. Machiavel professe une philosophie désenchantée, celle d'un néoplatonisme héraclitéen. La situation de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bodin/#i_1065

BORGIA CÉSAR (1476-1507)

  • Écrit par 
  • Michael Edward MALLETT
  • , Universalis
  •  • 944 mots

marquée par la conquête d'Imola et de Forli. Celle de 1500-1501 ramène dans le giron de César les villes de Rimini, Pesaro et Faenza. Urbino, Camerino et Senigallia tombent en 1502. C'est lors de cette dernière campagne que Machiavel, ambassadeur florentin auprès de César Borgia, observe directement les méthodes de l'homme qui inspirera son œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-borgia/#i_1065

CHABOD FEDERICO (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 692 mots

C'est à ses origines et à sa naissance valdotaines que Federico Chabod doit d'avoir toujours pratiqué parfaitement les deux langues, le français et l'italien. Mais son tour d'esprit, sa culture, l'organisation philosophique de sa pensée appartiennent à l'Italie. Il est nourri de néo-hégélianisme et il a reconnu Benedetto Croce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-chabod/#i_1065

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 630 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Machiavel »  : […] restait aux dramaturges à se donner une philosophie de l'action. Ils la découvrent chez Machiavel. La vengeance est une passion, certes, qui pousse à l'action violente, mais elle ne trouve sa justification que dans l'idée de justice ; elle relève donc d'un monde moral, ou religieux, c'est-à-dire d'une transcendance. L'ambition, au contraire, se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_1065

ÉTAT

  • Écrit par 
  • Olivier BEAUD
  •  • 6 344 mots

Dans le chapitre « Un concept né en Europe »  : […] status à l'expression et à l'idée moderne d'État, avec en outre le privilège de la majuscule qui le singularise ? Il est probable que Nicolas Machiavel a donné au mot ses lettres de noblesse – ou d'infamie ? – en attribuant une signification générique au mot italien stato. Dès la première phrase de son fameux essai, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat/#i_1065

GENTILLET INNOCENT (mort en 1595?)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 304 mots

Publiciste, originaire du Dauphiné. Gentillet grandit dans la Réforme. Avocat, puis parlementaire, il est au fait des affaires au moins provinciales et rédige un certain nombre de libelles comme il en foisonna : Remonstrance au roi Henri III (1574), Apologie ou Défense par les chrétiens de France de la religion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/innocent-gentillet/#i_1065

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 128 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Résistance et compromis »  : […] Pas de plus profonds pessimistes que ces prétendus amuseurs. La virtù, c'est-à-dire l'énergie individuelle débarrassée de préjugés, que Machiavel recommande au dirigeant politique, n'est que l'envers, plus ambitieux, de l'astuzia populaire. Les hommes sont méchants, cupides, vaniteux, sots et lâches : il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_1065

LA BOÉTIE ÉTIENNE DE (1530-1563)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 745 mots

Fils d'un lieutenant du sénéchal du Périgord, d'une famille de magistrats, Étienne de La Boétie appartient à cette bourgeoisie cultivée sur laquelle la monarchie s'est appuyée dans ses efforts pour affermir son pouvoir contre les restes de la féodalité. Après des humanités classiques, il étudie le droit à Orléans, où professait entre autres Anne du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-de-la-boetie/#i_1065

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

Dans le chapitre « De Machiavel au « contrat social » »  : […] C'est Machiavel qui formule les principes de la nouvelle pensée politique avec le plus de rigueur. Seul un État fort à l'intérieur comme à l'extérieur peut donner à ses citoyens ce que ceux-ci regardent légitimement comme leurs droits fondamentaux : la sécurité de leur vie, de leur honneur (protection contre les insultes), de leur fortune. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-philosophie-politique/#i_1065

RAISON D'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Pierre LEGENDRE
  •  • 985 mots

Notion ancienne de la tradition politique des Occidentaux. Le terme se trouve déjà chez Cicéron (consul en ~ 63), ratio reipublicae. D'autres expressions ou maximes, souvent empruntées au droit romain (utilité publique, raison de l'Empire, nécessité n'a pas de loi), furent les conducteurs du concept chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison-d-etat/#i_1065

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 112 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le prince, le monarque et les utopies »  : […] et au xvie siècle. Elle compte quelques chefs-d'œuvre : Le Prince de Machiavel (1516), L'Histoire de l'Italie de F. Guichardin (1561), ou l'œuvre, multiple et contradictoire, de Jean Bodin (Méthode pour la connaissance facile de l'histoire, 1566 ; Réponse aux paradoxes de M. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_1065

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 199 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence, État et société »  : […] de crise et de doute, que le pouvoir souverain a d'abord pour fonction d'interdire aux individus le recours à la violence. Machiavel, lui aussi, est assez réaliste pour voir que la violence ne peut être contenue que par une autre violence, qualifiée, celle de l'autorité (Le Prince, 1513). D'autres penseurs (Max Weber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_1065

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François DUVERNOY, « MACHIAVEL (1469-1527) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/machiavel/