Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SACRIFICE

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin - crédits : Simon Bilbault

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Le sacrifice comporte deux pôles : d'un côté, on offre et, de l'autre, on se prive de ce que l'on offre. L'histoire des religions et l'ethnologie se préoccupent surtout du premier aspect ; le sacrifice est étudié comme rite. Les moralistes envisagent surtout le second aspect, ou la vertu du renoncement dans la construction de l'homme authentique. Alfred Loisy définit ainsi le sacrifice comme rite : « Une action rituelle – la destruction d'un objet sensible, doué de vie ou qui est censé contenir de la vie – moyennant laquelle on a pensé influencer les forces invisibles, soit pour se dérober à leur atteinte [...] soit afin de [...] leur procurer satisfaction et hommage, d'entrer en communication et même en communion avec elles. » Le sacrifice n'est donc pas un type particulier de rite, mais un genre qui en contient beaucoup : sacrifices d'actions de grâce, sacrifices de demande, sacrifices expiatoires collectifs ou individuels, sacrifices de consécration (d'un lieu, d'un objet, etc.), sacrifices de communion. Selon que l'on considère comme plus primitif tel type ou tel autre, on proposera une théorie différente du sacrifice.

Les théories sur l'origine et l'évolution du sacrifice

E. B.  Tylor voit dans le sacrifice un don intéressé aux esprits : do ut des. Lorsque la croyance aux dieux succéda à celle des esprits, le don intéressé fit place à l'hommage sans espoir de retour. Plus tard enfin, au lieu de choses matérielles, on fit offrande à Dieu de ses sentiments : le sacrifice devint renoncement. Certes, dans le sacrifice, on donne et en même temps on reçoit, remarque G. Van der Leeuw, mais la formule do ut des ne fournit de cet échange de prestations qu'une caricature rationaliste. De plus, le sacrifice est toujours plus qu'un échange, car l'objet offert est détruit ; et c'est cette destruction, ou immolation, qui apparaît essentielle.

Avec W. R.  Smith, on passe de l'antériorité du sacrifice-don à celle du sacrifice- communion. Le sacrifice primitif ne peut pas être un don, parce que le don suppose le sentiment de propriété et celui d'obligation envers les dieux, deux sentiments qui ne pouvaient exister, selon Smith, chez nos ancêtres nomades, car ils supposent la fixation au sol et l'avènement d'un sentiment religieux débarrassé de toute magie. D'un autre côté, pour que le sacrifice pût devenir un don, il fallait que l'objet sacrifié n'eût pas un caractère religieux, que la victime animale fût seulement un animal, ce qui suppose une époque où les idées de tabou et de sacré avaient déjà perdu leur force. Le sacrifice n'est donc pas une offrande pieuse. C'est un repas. Les dieux hébraïques comme les dieux d'Homère se repaissent de la fumée des viandes ; les divinités souterraines boivent les libations qui s'enfoncent sous le sol. Mais, à côté de ces sacrifices où tout semble dévoré par les dieux, il y en a d'autres où ceux-ci ne mangent qu'une partie de la victime, le reste étant dévoré par les hommes. Ainsi se fondait la communion entre la divinité et les fidèles. Que ce soit là la forme primitive du rite, Smith prétend l'établir en montrant chez les Bédouins nomades l'existence du sacrifice communiel à caractère totémique d'un chameau blanc ; or le totémisme est la forme la plus primitive de toutes les religions. Le sacrifice-don ne serait venu que beaucoup plus tard, avec l'apparition des royautés, par imitation de la pratique de la dîme ou impôt royal. La théorie de Smith était fondée sur des données empruntées aux Sémites. Elle devait recevoir une confirmation éclatante un peu plus tard, car la communion totémique, pressentie plus que proprement observée par cet auteur, fut découverte en Australie : il s'agit de l' [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-I

Classification

Pour citer cet article

Roger BASTIDE. SACRIFICE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin - crédits : Simon Bilbault

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

    • Écrit par
    • 9 619 mots
    • 1 média
    ...rendre à son environnement ce qu'il y prend. La plupart des religions africaines représentent en quelque sorte la codification d'un échange général : le sacrifice, s'il est une demande aux dieux, est toujours, en même temps, une promesse à leur égard. Cette attitude implique que la nature et les dieux ne...
  • AGNEAU SYMBOLISME DE L'

    • Écrit par
    • 864 mots

    Il n'y a guère lieu de distinguer entre les termes « moutons », « brebis » et « agneaux », qui traduisent presque au hasard, en grec et en latin, les nombreux mots hébreux désignant le bétail ovin. De même, la présence d'un chevreau au lieu d'un agneau dans l'imagerie chrétienne...

  • AGNI

    • Écrit par
    • 906 mots

    Divinité de la religion védique qui personnifie le feu (en sanskrit, agni : feu). Plusieurs « éléments » naturels (l'eau, la terre, l'air, etc.) tiennent une place importante dans la mythologie et le culte védiques, conjointement avec des « objets » cosmiques (le Soleil, la Lune, les rivières)...

  • ĀTMAN

    • Écrit par
    • 879 mots

    Le terme ātman est présent dès le Ṛg-Veda, où il désigne une sorte de principe de vie supérieur aux autres éléments constitutifs de la personne – sens, organes spécialisés, membres – et coordonnant leur activité. Dans les couches plus récentes de la littérature védique – les ...

  • Afficher les 48 références