CIVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de civisme est un terme récent. On l'a lu chez Montesquieu, où il ne figure pas : « Cet amour [des lois], demandant une préférence continuelle de l'intérêt public au sien propre, donne toutes les vertus particulières... » (De l'esprit des lois, IV, 5, éd. cit., p. 542). Le texte indiquant un effet souhaitable de l'éducation dans les républiques démocratiques, cet anachronisme hallucinogène ne manque pas de portée. Malgré Littré d'une part, Darmesteter et Hatzfeld d'autre part, l'Académie française n'a pas attendu 1835 pour admettre le mot : il figure dans le supplément au Dictionnaire de 1798. Il apparaît, pour la première fois semble-t-il, dans l'Année littéraire de 1770, dans une ambiance empruntée au Contrat social. Mais Rousseau ne l'a jamais utilisé. Marat l'emploie dans ses pamphlets à partir de 1790. Le gouvernement accordera des « certificats de civisme ». Mais, dans une acception qui nous paraît aberrante, civisme est alors pris dans un sens partisan (c'est la vertu des personnes favorables au régime) et, de même que son antonyme d'alors, aristocratique, porte moins sur les individus, leurs actions et leurs intentions que sur leur entourage ou leur groupe d'appartenance. Ainsi Mme Dupin de Francueil, grand-mère de George Sand, reçoit un certificat de civisme fondé avant tout sur la participation de ses gens à la prise de la Bastille. George Sand (Histoire de ma vie, 1re part., chap. v, Pléiade, I, p. 119) s'extasie sur cette transposition populaire de la communion des saints. Une évolution rapide va alors effacer la référence au groupe et la connotation partiale. Y ont probablement contribué la poursuite des guerres nationales avec l'exaltation corrélative du patriotisme, le développement et la normalisation d'une fonction publique, d'abord annexée par l'Empire, mais qui s'habituera bientôt à servir l'État et non le gouvernement, enfin la montée plus ou moins générale du libéralisme. Quoi qu'il en soit, le Dictionnaire de l'Académie française de 1835 définit à peu près civisme comme nous le faisons.

De nos jours, civisme s'entend de deux manières qui ne font d'ailleurs que moduler une signification unique : tantôt le terme désigne la conduite de personnes (des politiques) ayant un rapport spécifique à l'État et voudra dire dévouement à la chose publique, tantôt il désigne la conduite de personnes (des citoyens) ayant un rapport indifférencié à l'État et voudra dire sens des devoirs collectifs au sein d'une société. Les deux nuances s'associent et se mêlent, d'ailleurs, sans confusion ni perte sémantique : « Ce civisme [...], ce dévouement à la chose publique, en vertu desquels, tout en revendiquant son quant-à-soi, on estime devoir s'encadrer dans la communauté et collaborer à la vie sociale » (André Siegfried, L'Âme des peuples, p. 96, Hachette, Paris, 1952).

Cette définition n'est pas sans mérites : elle éclaire avec pertinence l'ambiguïté ou les ambiguïtés de la notion. D'un certain point de vue, le civisme se présente comme une vertu, comme un devoir ; mais, d'un autre point de vue, il se donnerait comme une médiation entre une figure de désintégration sociale et une figure de coalescence, c'est-à-dire que l'on hésite à décider s'il s'agit d'une valeur, accessible à l'exposition philosophique, ou s'il s'agit d'une démarche positive, effectuable selon un modèle historique et social. Comment le bien ou la justice pourraient-ils se subordonner à la contingence événementielle ? Comment des déterminations positives pourraient-elles se définir comme telles et en même temps se soumettre à des jugements de préférence ? C'est poser sur un point particulier toute la question des rapports entre science sociale et morale. En quoi l'intégration vaut-elle mieux que l'autonomie ? Ou l'autonomie mieux que l'intégration ? Ou comment s'associeraient-elles ? C'est peut-être, en l'enfermant dans un domaine théorique étroit, ranimer le problème le plus souvent mal posé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CIVISME  » est également traité dans :

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La charge symbolique des cérémonies électorales »  : […] Le droit de vote est généralement – bien qu'inégalement – perçu comme une conquête. Des hommes et des femmes ont sacrifié leur vie pour l'obtenir et le transmettre. Il symbolise l'appartenance et l'adhésion à la communauté nationale (Sophie Duchesne) et distingue traditionnellement le citoyen de l'étranger. Voter, c'est donc aussi manifester son intérêt pour son pays. Les élections sont par aille […] Lire la suite

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Analyse de la notion »  : […] La définition proposée – proche de celle que donne John Rawls dans Théorie de la justice (1971) – appelle quelques précisions. La désobéissance est dite « civile », d'abord, parce qu'elle est le fait de « citoyens » : ce n'est pas une rupture de citoyenneté, ni un acte insurrectionnel. Il s'agit d'une manifestation de « civisme » au sens fort : volonté d'œuvrer pour l'intérêt général, même au pr […] Lire la suite

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 590 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La laïcité aujourd'hui »  : […] Résultat d'un conflit, la laïcité a permis la paix civile. Une symbolique républicaine s'est développée au xix e  siècle, forgée dans un combat, mais elle est devenue progressivement une imagerie commune : le même bonnet phrygien peut « figurer sur l'écusson officiel du R.P.R. et sur la tête des manifestants C.G.T. » (Maurice Agulhon). Il faut remarquer par ailleurs que la laïcité française n'a pa […] Lire la suite

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Attachements, engagements et dévouements »  : […] La loyauté à l'égard de l'entreprise met en jeu des sentiments et des attitudes qui se manifestent au-delà de l'environnement immédiat et du réseau des solidarités primaires. De même qu'elle produit des conduites en dehors du milieu où elle est requise, la loyauté résulte aussi de conditions qui débordent la vie du salarié dans son entreprise. Un salarié « satisfait », content de son travail, a d […] Lire la suite

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le soldat de l'an II, un citoyen modèle »  : […] L'idée de régénérer l'homme et le citoyen est au cœur de la Révolution française. Des siècles de « féodalisme », disait-on, avaient souillé les Français des vices propagés par l'aristocratie. La Révolution enlèverait peu à peu ces macules, l'homme retrouverait la pureté de ses origines et deviendrait un citoyen vertueux sans lequel il n'est point de République. Cette mission proposée à la Révolut […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 mai 2017 Allemagne. Annonce de mesures visant à renforcer le civisme dans la Bundeswehr.

La ministre de la Défense Ursula von der Leyen annonce une série de mesures destinées à restaurer la réputation de la Bundeswehr. Elle prévoit notamment la révision de la « directive sur les traditions » qui définit les valeurs de l’armée, l’amélioration de la formation civique des soldats et le renforcement des sanctions contre les militaires manifestant des opinions d’extrême droite ou tolérant sous leurs ordres l’expression de telles opinions. […] Lire la suite

31 juillet - 9 août 1993 Belgique. Mort du roi Baudouin Ier et accession au trône du prince Albert de Liège

Dans son allocution, il appelle ses sujets à lutter contre les « égoïsmes collectifs » et à « traduire dans les faits les nouvelles institutions », dans un esprit de « tolérance et de civisme fédéral ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard GUILLEMAIN, « CIVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/