Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BUDGET DE L'ÉTAT

Depuis sa prévision jusqu'au contrôle de son exécution en passant par son adoption, le budget est un élément essentiel de la puissance étatique. Déterminant la capacité de financement de l'action de l'État, il fut au cœur des conflits entre l'exécutif et le législatif lors de la formation du régime parlementaire. Le terme est actuellement abandonné par le droit positif français qui lui préfère l'expression « loi de finances de l'année ». Celle-ci est restée longtemps définie sous la Ve République par l'article 2 de l'Ordonnance du 2 janvier 1959 portant loi organique relative aux lois de finances : « La loi de finances de l'année prévoit et autorise, pour chaque année civile, l'ensemble des ressources et des charges de l'État. » La loi organique relative aux lois de finances (L.O.L.F.) du 1er août 2001 qui s'est substituée à cette ordonnance en donne une nouvelle définition : « les lois de finances déterminent, pour un exercice, la nature, le montant et l'affectation des ressources et des charges de l'État, ainsi que l'équilibre budgétaire et financier qui en résulte ». Cette dernière définition, comme la précédente, comporte quelques lacunes et ne laisse pas percevoir l'évolution profonde qui s'est produite en matière budgétaire depuis le xixe siècle.

Le xixe siècle, dominé par la philosophie libérale, prônait la neutralité des finances publiques. Non seulement le budget ne devait pas avoir d'effets économiques perturbateurs des « équilibres naturels », mais il ne s'inscrivait pas dans la ligne d'une quelconque planification économique et financière alors inexistante. Le droit budgétaire de l'époque avait pour objectif essentiel de permettre au Parlement un contrôle efficace sur le gouvernement, aussi bien dans le domaine financier proprement dit que dans les autres secteurs politiques pour lesquels il accordait ou refusait des crédits.

À l'heure actuelle, ce premier objectif subsiste bien, mais il n'est plus le seul. Dans la plupart des pays, sous l'effet des crises et des guerres, le budget n'est plus indifférent à l'économie. Au contraire, il s'insère dans l'évolution économique et il met en œuvre une politique financière à impacts économiques.

L'insertion du budget dans l'économie a été impératif pour les pays communistes à économie planifiée. Mais elle se rencontre aussi depuis longtemps dans les démocraties libérales, comme en témoignent les documents économiques qui accompagnent le projet de budget. En France, un fascicule spécial présente un Rapport économique social et financier qui dresse le bilan de l'année écoulée, formule des perspectives d'avenir et situe les nouvelles dispositions budgétaires proposées dans le cadre de ces perspectives. Au Royaume-Uni, l'Economic Survey et surtout le budget speech prononcé au début de la discussion budgétaire jouent un rôle semblable. Aux États-Unis, la situation économique est décrite dans le Rapport économique du président, et les conséquences sur le plan financier en sont tirées dans le « message budgétaire » que le président fait lire devant le Congrès en janvier.

Le droit budgétaire a été obligé de tenter une difficile conciliation entre l'indispensable survie du contrôle parlementaire et les nécessités de prévision financière. Il a dû aussi et surtout intégrer les nouvelles exigences nées de la volonté d’améliorer la gestion publique. Il a fallu l'adapter, mais il ne s'est pas complètement transformé et il conserve encore comme le souvenir de son ancienne signification libérale. Parfois ses règles ont subi des mutations profondes : ainsi en témoigne le partage actuel des compétences entre législatif et exécutif dans l'établissement du budget. D'autres fois, ses règles[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'université Paul-Verlaine, Metz, et à Sciences Po, Paris
  • : professeur agrégé des facultés de droit.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CHINE - Économie

    • Écrit par Françoise LEMOINE, Thomas VENDRYES
    • 8 244 mots
    • 5 médias
    Dans un premier temps,les réformes ont entraîné une contraction des recettes de l'État dont le poids dans le PIB est passé de 30 p. 100 en 1980 à 12 p. 100 en 1994. La réforme de 1994 a inversé la tendance en créant de nouveaux impôts et en renforçant l'administration fiscale centrale. Les recettes...
  • COMPTABILITÉ PUBLIQUE

    • Écrit par Jean-Claude MAITROT
    • 576 mots

    On peut définir, d'une manière générale, la comptabilité publique comme l'ensemble des règles juridiques et des systèmes comptables qui gouvernent et retracent les opérations financières des organismes publics. Les règles juridiques déterminent les agents compétents pour autoriser ces opérations,...

  • COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE & FINANCIÈRE

    • Écrit par Jean-Claude MAITROT
    • 800 mots

    Instituée par la loi du 25 septembre 1948 afin de combler une lacune dans l'ensemble des contrôles exercés sur l'exécution du budget, la Cour de discipline budgétaire et financière est une juridiction particulière chargée de sanctionner les irrégularités budgétaires et les infractions aux règles...

  • COUR DES COMPTES

    • Écrit par Jean-Claude MAITROT
    • 1 133 mots

    Créée par la loi du 16 septembre 1807, héritière de la Curia regis médiévale, des chambres des comptes de l'Ancien Régime, du Bureau puis de la Commission de la comptabilité mis en place par la Constituante et la Convention, consacrée enfin par les Constitutions de 1946 et de 1958, la Cour...

  • Afficher les 22 références

Voir aussi