Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CRÉDIT

Le mot crédit est en usage dans des domaines très divers : commerce, comptabilité, banque, législations financière, fiscale et pénale, droit des affaires, sciences morales, politiques et économiques. Toutes les acceptions, cependant, restent fidèles à l'étymologie latine : credere, faire crédit, c'est toujours faire confiance, autrement dit fonder un comportement sur une certaine représentation de l'avenir. La confiance a le temps pour mesure : qu'il s'agisse pour un banquier de consentir un prêt à un client, pour un fournisseur d'accorder un délai de paiement ou, pour un fonctionnaire, d'engager une dépense publique, brève ou longue, la durée du crédit est par définition limitée.

Le plus souvent, il s'agira de prêt d'argent, le terme de crédit désignant aussi bien les opérations consistant à prêter des fonds que les établissements se livrant à ce type d'activité. L'essentiel des développements qui suivent sera donc consacré au crédit bancaire. On n'oubliera pas pour autant une autre forme de prêt, particulièrement développée en France, le crédit interentreprises.

Origine du crédit moderne

Le crédit trouve ses origines lointaines aux sources de la civilisation, car son existence est indispensable à l'étalement dans le temps des échanges de biens ou de services que requiert la vie d'une société même rudimentaire. Sa distribution, sous une forme plus élaborée, semble avoir été d'abord le fait de prêtres et de grands propriétaires terriens des pays du Proche-Orient, et elle fut notamment réglementée par le code d'Hammourabi au début du IIe millénaire avant notre ère. Peu à peu, elle devait donner lieu à la création d'entreprises spécialisées, les banques, dont on trouve la trace dans plusieurs pays quelques siècles avant Jésus-Christ.

Exercé au Moyen Âge surtout par des usuriers, des juifs, des Lombards, et condamné par les théologiens, le commerce de banque prend un nouvel essor lorsque les échanges se développent à la suite des grandes découvertes. Les principaux banquiers deviennent alors les financiers des princes, notamment en Italie, seul pays européen qui possède des banques créées il y a cinq siècles. À partir du xviie siècle sont fondées les premières grandes banques publiques, la Banque d'Amsterdam et la Banque d'Angleterre. Mais il faut attendre 1850 et les développements de la révolution industrielle pour voir la création d'organismes bancaires prendre une réelle ampleur en Europe. L'ouverture de nombreux guichets de banque sur l'ensemble du territoire des principaux pays donne naissance à de grands établissements de crédit disposant d'importantes ressources pour financer le commerce et l'industrie. Le crédit va s'affirmer de plus en plus comme l'un des mécanismes fondamentaux de la vie économique.

Limité, avant la dernière guerre mondiale, à des avances à court terme consenties presque exclusivement à des affaires industrielles et commerciales, en vue de satisfaire des besoins momentanés, il comprend désormais des concours d'une durée considérablement plus longue, accessibles tant aux entreprises qu'aux particuliers, et destinés à des usages sans cesse plus variés. Les financements des investissements productifs, les délais de paiement consentis en matière de commerce international et l'acquisition de biens domestiques constituent sans doute les perfectionnements récents les plus marquants de la technique bancaire.

À mesure que l'activité économique se diversifiait, le crédit a donc permis de financer la production de biens destinés à être revendus. Il est à l'origine d'une création de richesse et, dans cette optique, sert à la fois l'emprunteur et la communauté tout entière. Ainsi, de nos jours, quand il donne aux particuliers la possibilité d'accroître leur confort sans[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : inspecteur général des Finances, délégué général de l'Association française des banques.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Crédits : ventilation par prêteurs

Crédits : ventilation par prêteurs

Crédits : structure par emprunteurs

Crédits : structure par emprunteurs

Autres références

  • AGENCES DE NOTATION

    • Écrit par Patrick JOLIVET
    • 3 415 mots
    ...somme de ses actifs pondérés par leur degré de risque) autorise, dans sa version standard, l'utilisation des notes des agences pour évaluer le risque de crédit. Les établissements de crédit et les entreprises d'investissement se voient offrir la possibilité, pour mesurer la qualité de crédit de leurs contreparties,...
  • AGIOS

    • Écrit par André BOYER
    • 371 mots

    En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent...

  • BANK RUNS, DEPOSIT INSURANCE, AND LIQUIDITY, D. Diamond et P. Dybvig - Fiche de lecture

    • Écrit par Jézabel COUPPEY
    • 1 132 mots

    Les théories de l'intermédiation bancaire et financière, qui se développent à la fin des années 1970, s'articulent autour de deux grandes justifications de la firme bancaire. D'un côté, les coûts associés à la résolution de problèmes d'asymétries d'information concernant la sélection et le contrôle...

  • BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT (BAD)

    • Écrit par Olivier MARTY
    • 2 250 mots

    La Banque africaine de développement (BAD) est une banque multilatérale de développement chargée de promouvoir la croissance soutenable et de réduire la pauvreté en Afrique. Le groupe éponyme rassemble trois entités : la banque elle-même, créée en 1964 dans la foulée de l’indépendance de la plupart...

  • Afficher les 54 références

Voir aussi