ACHAT POUVOIR D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression « pouvoir d'achat » est fréquemment utilisée dans la vie courante. Les médias, les responsables politiques, les représentants syndicaux et d'autres acteurs de la vie publique commentent ses évolutions, souvent en insistant sur les baisses. Les individus eux-mêmes font état de leur sentiment sur le sujet, à nouveau en pointant plus volontiers les reculs que les augmentations. Pourtant les données macroéconomiques révèlent parfois des ralentissements de pouvoir d'achat, mais très rarement des diminutions. Outre des décalages fréquents en statistique entre réalité objective et perception subjective, une des raisons de ces divergences est que le terme pouvoir d'achat est en lui-même relativement mal défini. Cette absence de référentiel commun est une source d'ambiguïté lorsque l'on utilise cette expression dans la vie courante : chacun utilise la même terminologie, mais sans nécessairement lui donner le même contenu.

Le sens générique de pouvoir d'achat renvoie à la quantité de biens ou de services qu'il est possible d'acheter avec un montant d'argent donné. Mais l'origine de ce montant est souvent disparate. On assimile ainsi fréquemment le pouvoir d'achat des salaires à celui des salariés, celui des retraites à celui des retraités, ou celui des médecins aux évolutions en monnaie constante des honoraires. Pourtant les salariés vivent rarement seuls, ou du moins dans une famille où ils sont les seuls actifs. Ils bénéficient en outre fréquemment de prestations qui viennent abonder leurs ressources. Dans ces conditions, il convient de bien préciser à quel montant d'argent on se réfère lorsque l'on parle de pouvoir d'achat ou, comme c'est le cas le plus fréquent, d'évolution du pouvoir d'achat.

Les comptes nationaux fournissent un cadre comptable cohérent qui permet de définir un concept de pouvoir d'achat internationalement utilisé : le revenu disponible brut des ménages corrigé de la hausse des prix. Mais ce cadre macroéconomique ne décrit pas les situations individuelles. En premier lieu, il ne prend pas en compte les évolutions démographiques, par exemple le nombre de personnes qui se partagent le revenu. En deuxième lieu, il ne distingue pas les différentes catégories de ménages (salariés, indépendants, retraités...), dont les évolutions de revenu ou de prix peuvent s'écarter de la tendance d'ensemble. Enfin, il occulte le fait que les évolutions individuelles de revenu sont extrêmement différenciées.

Évolutions macroéconomiques et situations individuelles

Le revenu disponible brut

Les comptables nationaux ont mis au point une définition non ambiguë du pouvoir d'achat, partagée par l'ensemble des pays qui établissent des comptes. Ils définissent en premier lieu le revenu disponible brut des ménages. Pour l'obtenir, ils retranchent ou ajoutent les revenus provenant des opérations de redistribution, impôts directs, cotisations et prestations sociales aux revenus résultant de la répartition de la valeur ajoutée, essentiellement la rémunération des salariés, les revenus des entrepreneurs individuels et les revenus du patrimoine. Le pouvoir d'achat, au sens des comptes nationaux, est celui de ce revenu disponible brut, corrigé de la hausse des prix à la consommation des ménages par rapport à une année de référence. Il renvoie à l'évolution réelle de la totalité des revenus perçus par les ménages, et non de tel ou tel revenu catégoriel (salaires, retraites...).

Mais ces évolutions macroéconomiques ne renseignent que partiellement sur la situation des personnes, cela pour différentes raisons. La plus évidente est que la population française s'accroît ; par conséquent, le pouvoir d'achat du revenu disponible brut augmente moins rapidement par individu que pour l'ensemble de l'économie française. Ainsi, au cours de la période 2000-2005, le taux de croissance annuel de la population a été de l'ordre de 0,6 p. 100, ce qui revient à dire que le pouvoir d'achat du revenu disponible par tête est de 0,6 point inférieur à celui décrit au travers des agrégats comptables. Les années de plus faible croissance économique (mesurée par le taux de croissance du P.I.B.), comme par exemple en 2003, le pouvoir d'achat par tête peut alors stagner ou presque, alors que le pouvoir d'achat du revenu disponible brut marque une é [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

France : revenus par tranche de niveau de vie, 2004

France : revenus par tranche de niveau de vie, 2004
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : revenus par catégorie sociale, 2004

France : revenus par catégorie sociale, 2004
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ACHAT POUVOIR D'  » est également traité dans :

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Un siècle de métamorphoses »  : […] Telle que la décrit Aron, la société industrielle correspond à un moment précis de l'histoire du capitalisme. En fait, celui-ci a connu de nombreuses péripéties qui interdisent d'assimiler trop rapidement le capitalisme à un type de société donné. L'image renvoyée par les premiers sociologues doit ainsi être modifiée lorsque, à la fin du xix e  siècle, la diversification de la production et la mo […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Le modèle monétaire à prix flexibles »  : […] Le modèle monétaire à prix flexibles peut être considéré comme une généralisation au cadre international de la théorie quantitative de la monnaie. La théorie quantitative se situe dans un cadre national et prédit que le pouvoir d'achat domestique d'une monnaie est d'autant plus élevé que la quantité en circulation de cette monnaie est faible. L'approche monétaire à prix flexibles prédit qu'une mo […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Conséquences de l'indexation prix-salaires »  : […] Deux articles publiés en 1968, l'un par Milton Friedman et l'autre par Edmund Phelps, suggérèrent qu'il n'était pas évident que les salariés acceptent passivement la dégradation de leur pouvoir d'achat déclenchée par les relances keynésiennes ou les chocs inflationnistes. En effet, les syndicats de salariés cherchent à obtenir une indexation de l'évolution des salaires sur les prix, de manière à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2008 : de la crise financière à la crise économique

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 178 mots

Dans le chapitre « Croissance en berne en Europe  »  : […] La zone euro n'a pas su trouver de souffle propre : la croissance s'est limitée à 1,3 p. 100 en 2008, après 2,6 p. 100 en 2007. La plupart des pays ont connu des trimestres de contraction du P.I.B., autrement dit de récession. Le commerce extérieur, entravé par le ralentissement mondial, n'a apporté qu'un soutien limité à l'activité. La demande intérieure n'a pas été au rendez-vous dans la plupar […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - L'enfant dans la société de consommation

  • Écrit par 
  • Benoît HEILBRUNN
  •  • 4 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pouvoir économique de l'enfant »  : […] En France, on estime que les jeunes ont un pouvoir d'influence économique directe ou indirecte sur près de 15 p. 100 de la consommation totale et sur près de 43 p. 100 de la consommation familiale. De plus, on évaluait en 2003 à 131 millions d'euros le pouvoir d'achat direct dont bénéficient les enfants de quatre à dix ans, par le biais de leur argent de poche. Il convient d'ajouter « l'argent en […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « La « grande récession » : sauver l’économie américaine »  : […] Lors de l’investiture de Barack Obama , le 20 janvier 2009, l’économie américaine est engagée depuis plus d’un an dans la « grande récession », qui dure jusqu’en juin 2009 et est la plus longue depuis 1945. Les prêts immobiliers à risques, ou subprimes , accordés à des ménages aux ressources insuffisantes en constituent l’élément déclencheur. Lorsque les ménages ne peuvent plus rembourser et que […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2019

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 679 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une timide embellie économique »  : […] Malgré les difficultés occasionnées dans certains secteurs de l’économie par le mouvement des « gilets jaunes », la croissance du produit intérieur brut (PIB) paraît se maintenir, même si elle s’essouffle légèrement, avec un taux prévu de 1,2 à 1,3 p. 100 pour 2019 (contre 2,3 p. 100 en 2017 et 1,7 p. 100 en 2018). Après une année   2018 marquée par un fort tassement des créations d’emplois marcha […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2018

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 496 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L’économie française peine à se redresser »  : […] L’économie française semble se redresser au début de 2018 mais, en fin d’année, l’INSEE annonce que la croissance du produit intérieur brut (PIB) ne sera que de 1,5 p. 100 (après un rebond à 2,2 p. 100 en 2017). La Banque de France divise par deux sa prévision initiale de croissance pour le dernier trimestre (de 0,4 à 0,2 p. 100), et le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire affirme […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2017

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 347 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Légers progrès pour l’économie française »  : […] La situation économique de la France s’améliore au cours du dernier semestre de l’année 2017. Alors que la croissance n’avait été que de 1,1 p. 100 en 2016 (0,7 p. 100 en 2014 et 1,1 p. 100 en 2015), elle devrait selon l’INSEE s’établir à 1,9 p. 100 en 2017, ce qui serait le meilleur taux depuis 2011. Cette croissance, largement liée à la reprise de l’économie mondiale, devrait permettre l’amélio […] Lire la suite

INFLATION

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 8 605 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Définition »  : […] Du latin inflare , qui veut dire « enfler », « gonfler », le mot « inflation » désigne habituellement le processus d'augmentation continue des prix des biens de consommation. Parce que bon nombre d'économistes associent, comme on le verra, cette hausse des prix des biens de consommation à une augmentation excessive de la quantité de monnaie en circulation dans l'économie, le terme peut également […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-27 juillet 2022 France. Remaniement ministériel.

Le 22, l’Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de loi sur la protection du pouvoir d’achat, grâce au soutien des députés LR et RN. Ce projet prévoit une augmentation du plafond de la « prime Macron » défiscalisée au profit des salariés gagnant moins de trois fois le SMIC, l’augmentation des prestations sociales et des pensions de retraite, la déconjugalisation de l’allocation aux adultes handicapés, un plafonnement de la hausse des loyers et une revalorisation des aides personnalisées au logement (APL), ainsi que des mesures de protection du consommateur. […] Lire la suite

20 juin 2022 Belgique. Manifestation en faveur de l'augmentation des salaires.

Entre soixante-dix et quatre-vingt mille personnes participent à la manifestation nationale organisée par les syndicats FGTB, CSC et CGSLB qui ont également appelé à la grève pour défendre le pouvoir d’achat. Les syndicats contestent la loi de juillet 1996 qui fixe le cadre de la négociation interprofessionnelle bisannuelle relative à l’augmentation des salaires dans le secteur privé – la marge maximale pour l’évolution du coût salarial avait été fixée à 0,4 % pour 2021-2022, en plus de l’indexation sur l’inflation. […] Lire la suite

16 juin 2022 Tunisie. Grève générale à l'appel de l'UGTT.

Le puissant syndicat Union générale tunisienne du travail (UGTT) appelle à une grève générale de vingt-quatre heures pour la défense du pouvoir d’achat. Cinq partis d’opposition soutiennent son initiative. L’UGTT met en garde le gouvernement contre toute « réforme douloureuse » et lui demande de s’engager à ne pas privatiser les entreprises publiques. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Il prononce un discours qu’il conclut en déclarant que « cet homme [Vladimir Poutine] ne peut rester au pouvoir » – il l’avait peu avant traité de « boucher ». Son entourage précisera que Washington n’a pas de stratégie de changement de régime à Moscou. Paris et Berlin prendront leur distance à l’égard des propos de Joe Biden. Le 28, l’armée ukrainienne reprend le contrôle de la ville d’Irpin, dans la banlieue nord-ouest de Kiev. […] Lire la suite

2-16 mars 2022 France – Ukraine. Annonce d'un « plan de résilience » pour pallier les effets du conflit en Ukraine.

Il indique que la France « prendra sa part » dans l’accueil des réfugiés ukrainiens et prévient que le conflit « aura des conséquences sur notre pouvoir d’achat ». En réaction à ce « changement d’époque », Emmanuel Macron présente des perspectives visant à renforcer la « souveraineté » européenne et l’« indépendance » du pays dans les secteurs économique et énergétique, mais aussi diplomatique et militaire. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéfan LOLLIVIER, « ACHAT POUVOIR D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pouvoir-d-achat/