ORGANIQUE CHIMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les théories de la chimie organique

À peine promue au rang des véritables sciences après Lavoisier, la chimie organique devait connaître un essor prodigieux entre 1800 et 1900 ; de quelques dizaines de produits naturels elle passait à quelque 350 000 composés, dont la majorité provenaient de semi-synthèses. On comprendrait mal ces progrès si l'on faisait abstraction des théories qui les ont largement épaulés.

Laissant de côté la théorie des types dont tout le mérite revient à Laurent et Gerhardt, on abordera tout d'abord la théorie de la valence. C'est un concept à la fois très général et très flou, commun à ses débuts à la chimie minérale et à la chimie organique : ainsi, l'univalence de l'hydrogène, du chlore, du sodium était admise tant par les minéralistes que par les organiciens. Cependant, la « valence des organiciens » repose sur des considérations toutes différentes de celles des minéralistes.

Le point de départ est l'existence de l'isomérie. Si à la formule très simple CH4O correspond un seul composé défini, le méthanol, déjà à la formule C2H6O correspondent deux composés, l'éthanol et l'oxyde de méthyle, de propriétés physiques et chimiques totalement différentes ; à une formule moyennement compliquée, telle que : C12H17O2N, correspondraient des centaines de composés très différents. On a donné le nom d'isomères à ces corps de même formule brute, mais nettement différents. Il était naturel de considérer que la molécule était alors constituée du même nombre des mêmes atomes, mais que l'enchaînement de ceux-ci était différent dans les divers isomères, ce qui entraîne la notion de « formule développée plane » (le mot plane spécifiant qu'il ne s'agit jusqu'ici que de l'ordre de succession des atomes et non de leur disposition spatiale et que la formule peut être décrite dans un plan). Il est démontré dans l'article stéréochimie que la formule plane n'implique nullement l'unicité des composés qu'elle représente et qu'il est indispensable de recourir à la disposition spatiale des atomes ; mais cela n'est nullement nécessaire [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur de chimie organique à la faculté des sciences de Marseille
  • : professeur à la faculté des sciences de Paris, à l'École centrale des arts et manufactures de Paris et à l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses

Classification

Autres références

«  ORGANIQUE CHIMIE  » est également traité dans :

ACÉTALS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 869 mots
  •  • 1 média

Les acétals sont les composés gem-dialcoxylés c'est-à-dire qui portent sur le même atome de carbone tétracoordiné de la chaîne deux fonction éther-oxyde. Ils dérivent formellement de l'élimination d'une molécule d'eau entre un dérivé carbonylé et deux molécules d'alcool (réaction 1 ). On distingue de ce fait les acétals d'aldéhydes RCH(OR′′) 2 et ceux de cétones RR′C(OR′′) 2 appelés courammen […] Lire la suite

ACÉTAMIDE (éthanamide)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 331 mots

CH 3 —CO—NH 2 Masse moléculaire : 59,07 g Masse spécifique : 1,16 g/cm 3 Point de fusion : 82 0 C Point d'ébullition : 222 0 C. Monoamide primaire se présentant en cristaux blancs hexagonaux ou rhomboédriques. La structure cristalline de l'acétamide déterminée par les rayons X (méthode du cristal tournant) a montré qu'il y a polymérisation. Malgré le doublet électronique disponible sur l'azote, l' […] Lire la suite

ACÉTIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 2 113 mots
  •  • 3 médias

L'acide acétique, acide organique de formule CH 3 COOH, est le membre le plus important de la famille des acides carboxyliques. Il joue avec ses dérivés un rôle essentiel dans de nombreuses synthèses et dégradations biologiques accompagnant le métabolisme des aliments et la formation des tissus. On le trouve à l'état libre dans la sueur et le sang. Il est présent également à l'état libre dans la s […] Lire la suite

ACÉTYLACÉTIQUE ESTER

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 352 mots

L'acide acétylacétique est le nom usuel du butanone-3-oïque : Cet acide a été isolé dans les urines pathologiques. Il peut être obtenu par une hydrolyse prudente de son ester éthylique. Ce dernier, beaucoup plus important, est un intermédiaire utilisé dans l'industrie pharmaceutique et dans celle des colorants. Il intervient dans la synthèse de nombreuses familles chimiques : pyridines, purines, f […] Lire la suite

ACIDES-ALCOOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 307 mots
  •  • 1 média

Un acide-alcool est une molécule renfermant au moins une fonction acide carboxylique et une fonction alcool. La nature nous en fournit de nombreux exemples : acides lactique du lait aigri, malique des pommes avant maturité (diacide-monoalcool), tartrique du tartre des vins (diacide-diacool), citrique du citron (triacide-monoalcool), etc. Ces derniers, d'une saveur aigrelette agréable interviennent […] Lire la suite

ACROLÉINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 227 mots

Aldéhyde acrylique Masse moléculaire : 56,06 g Masse spécifique : 0,841 g/cm 3 Point d'ébullition : 52,5 0 C Point de fusion : —87,7 0 C. Liquide incolore, inflammable, à odeur âcre. L'acroléine, ou propénal (prop-2-énal) possède les propriétés dues au groupement aldéhyde et à la présence de la double liaison (addition d'hydracides). L'acroléine a, de plus, une propriété particulière : elle peut j […] Lire la suite

ALCANES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 658 mots
  •  • 11 médias

Les alcanes sont des hydrocarbures (formés uniquement de carbone et d'hydrogène) de formule générale C n H 2 n +2 . Ils appartiennent à la série aliphatique , c'est-à-dire que leur squelette carboné ne comporte pas d'enchaînement cyclique. Ils sont saturés , car leur structure ne présente que des liaisons simples. Ils existent en abondance à l'état naturel dans les matières organiques fossiles : […] Lire la suite

ALCÈNES ou OLÉFINES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 679 mots
  •  • 4 médias

Les alcènes, encore appelés carbures éthyléniques ou oléfines, sont des hydrocarbures de formule générale C n H 2 n . Ils appartiennent à la série aliphatique car ils ont un squelette carboné non cyclique. Ils comportent une insaturation , c'est-à-dire que deux atomes de carbone adjacents, dans l'hybridation sp 2 , échangent entre eux deux liaisons et, en outre, ne sont reliés chacun qu'à deux […] Lire la suite

ALCOOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 866 mots
  •  • 6 médias

Le mot alcool, de l'arabe al khoul ou al koh'l , désignait à l'origine une poudre très fine à base de stibine (sulfure d'antimoine). À ce mot s'attacha une idée de finesse et de subtilité, de sorte que les alchimistes l'appliquaient aussi bien à des poudres impalpables résultant d'une sublimation qu'aux principes volatils isolés par distillation. Paracelse nommait alcool vini celui qu'on recuei […] Lire la suite

ALCOXYLES RADICAUX

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 51 mots

Groupements de formule générale RO— provenant d'un alcool par élimination d'un hydrogène ; par exemple, le groupement CH 3 —O— est appelé méthoxy- et provient du méthanol. Le groupement alcoxyle RO— est d'autant plus basique que l'alcool correspondant RO—H est moins acide. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques METZGER, Charles PRÉVOST, « ORGANIQUE CHIMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-organique/