CHLORE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chlore (symbole Cl, numéro atomique 17) est un élément chimique de la famille des halogènes. Sa molécule Cl2 (le dichlore) est un gaz verdâtre plus lourd que l'air. Irritant et suffocant, il fut employé comme gaz de combat pendant la Première Guerre mondiale. Trop réactif pour exister à l'état libre, le chlore est très répandu dans la nature, dans les eaux salées et les gisements de sel notamment, à l'état d'halogénures. Il est aussi un constituant important de la matière vivante : le sérum sanguin renferme environ 7 grammes de chlorure de sodium par litre.

La production mondiale de chlore a atteint près de trente-sept millions de tonnes en 1989. Sa progression fut très rapide entre 1965 et 1975 mais a ensuite ralenti. L'industrie chimique consomme environ 80 p. 100 du chlore pour la préparation de solvants, de plomb tétraéthyle, de plastiques, de caoutchoucs synthétiques, d'insecticides. L'industrie papetière est un autre utilisateur important. La fabrication du chlore fournit simultanément de la soude et de l'hydrogène : chlore et soude constituent donc des coproduits dont, normalement, les demandes s'équilibrent ; cependant, il y a parfois déséquilibre ; c'est ainsi que des besoins accrus en soude nécessitent, depuis le début des années quatre-vingt-dix, l'obtention d'une certaine quantité de celle-ci par caustification du carbonate de sodium.

Propriétés

Le chlore, dont le tableau présente les principales propriétés physiques, se situe dans la septième colonne du tableau de Mendeleïev. Possédant sept électrons périphériques, il a tendance à en capter un huitième pour former l'anion chlorure Cl-, en passant au degré d'oxydation − 1 ; mais, avec ses trois doublets libres, il peut également former diverses liaisons atomiques dans lesquelles ce degré est compris entre + 1 et + 7.

Chlore : propriétés physiques

Tableau : Chlore : propriétés physiques

Propriétés physiques du chlore. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sa pression de vapeur à 20 0C étant de 6,5 bar (1 bar = 105Pa), le chlore est aisément liquéfiable, soit par refroidissement au-dessous de − 35 0C, soit par compression sous 7 à 10 bars, soit par refroidissement et compression.

Il est assez soluble dans l'eau (4,6 l/l à 0 0C ; 2,3 l/l à 20 0C) et peut donner un hydrate (voisin de Cl2 . 6H2O) vers 0 0C ; il est soluble dans le tétrachlorure de carbone CCl4. Élément très actif, il est, du fait de son caractère électronégatif, très avide d'hydrogène et se comporte souvent comme un oxydant. Il réagit avec la plupart des éléments non métalliques, sauf avec le carbone ; parfaitement sec, il est sans action sur les métaux, mais il suffit d'une trace d'eau pour qu'il les attaque tous, y compris l'or et le platine. Il est donc très corrosif.

Il déplace le brome et l'iode de leurs composés ; il en est de même de l'oxygène, mais les réactions sont alors généralement limitées.

Ainsi, la réaction de dismutation :

est fortement déplacée vers la gauche, surtout à l'abri de la lumière, de telle sorte que l'on peut parler de solubilité du chlore dans l'eau. Sous l'action de la lumière, l'acide hypochloreux est décomposé avec libération d'oxygène et l'équilibre est déplacé vers la droite :

Cette réaction avec l'eau liquide explique les propriétés oxydantes de l'eau de chlore.

Avec les hydroxydes, le chlore donne lieu à des réactions de dismutation conduisant aux hypochlorites :

qui se transforment en chlorates :
Le chlore donne lieu à des réactions d'addition avec certains anhydrides (obtention du chlorure de sulfuryle à partir de l'anhydride sulfureux : SO2 + Cl→ SO2Cl2) et avec les carbures éthyléniques, acétyléniques et benzéniques (préparation du dichloréthane, du tétrachloréthane et de l'hexachlorocyclohexane).

Il peut également fournir avec les composés organiques des réactions de déplacement ou de destruction totale et des réactions de substitution (chloroforme, tétrachlorure de carbone).

Le chlore peut être décelé par la coloration bleue qu'il communique à un papier imprégné d'iodiure de potassium amidonné, mais le fluor et le brome ont la même action. On le détecte mieux à l'aide d'un papier à l'orthotolidine (diméthyl-3,3′ diamino-4,4′ diphényle) qu'il fait virer du bleu au jaune.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Chlore : propriétés physiques

Chlore : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Électrolyse

Électrolyse
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Cellule Hooker

Cellule Hooker
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chlore : utilisations en France

Chlore : utilisations en France
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur de l'École supérieure de physique et chimie industrielles, professeur honoraire de l'université de Paris-XI

Classification

Autres références

«  CHLORE  » est également traité dans :

ARMES - Armes lourdes

  • Écrit par 
  • Alain BRU
  •  • 3 927 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les armes chimiques et biologiques »  : […] L' Allemagne lança le 22 avril 1915, près d'Ypres, la première attaque chimique massive ; elle fit environ dix mille morts ou hommes hors de combat. Il s'agissait de vapeur de chlore. La suite du conflit connut une « course » parallèle aux produits plus toxiques, mais aussi aux équipements protecteurs . Les effets létaux furent faibles : ainsi 1,1 p. 100 des pertes françaises seulement résultèren […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Chimie

  • Écrit par 
  • Marcel NICOLET
  •  • 3 574 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les sources et les puits des composés hydrogénés, azotés et halogénés »  : […] Alors que la troposphère se caractérise par une atmosphère où la concentration relative de la vapeur d'eau varie dans de très larges limites et peut atteindre des valeurs élevées (10  —5 à 10  —2 ), la stratosphère est une atmosphère desséchée où la concentration relative de la vapeur d'eau n'est que de quelques millionièmes. Il faut cependant introduire l'effet du méthane qui peut être oxydé pa […] Lire la suite

BAÏKAL LAC

  • Écrit par 
  • Laure ARJAKOVSKY, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 4 058 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des décennies de pollution »  : […] Dans les années 1950, Nikita Khrouchtchev, dirigeant du Parti communiste de l'U.R.S.S., déclarait : « Le Baïkal doit lui aussi se mettre au travail. » En 1954, des experts soviétiques exploraient le lac pour étudier la possibilité d'implanter une usine de cellulose. Les officiels étaient convaincus qu'en mélangeant la pulpe des pins à l'eau du lac, claire comme le cristal et pratiquement déminéra […] Lire la suite

BERTHOLLET CLAUDE LOUIS (1748-1822)

  • Écrit par 
  • Michelle GOUPIL-SADOUN
  •  • 1 193 mots

Dans le chapitre « Le savant »  : […] Claude Louis Berthollet, né à Talloires, près d'Annecy, situé alors en territoire piémontais, fit ses études à Chambéry, puis surtout à Turin, où il fut reçu licencié et docteur en médecine, en janvier et mai 1770. En 1772, il vint à Paris, où il s'intéressa à la chimie en suivant principalement les cours de Macquer et Bucquet. Reçu médecin de la faculté de Paris en 1779, naturalisé Français l'ann […] Lire la suite

BROME

  • Écrit par 
  • Bertrand DREYFUS
  •  • 425 mots

Du grec brômos , puanteur Symbole chimique : Br Numéro atomique : 35 Masse atomique : 79,904 g Point de fusion : — 7,2 0 C Densité (à 20  0 C) : 3,12. Liquide rouge sombre d'odeur piquante, irrite la peau, les yeux et les voies respiratoires ; l'inhalation à l'état de vapeur est très dangereuse, voire mortelle. Ses solutions dans l'eau (eau de brome) laissent déposer par refroidissement un hydrate […] Lire la suite

CANAUX IONIQUES

  • Écrit par 
  • Laurent COUNILLON, 
  • Mallorie POËT
  •  • 4 299 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Motifs structuraux des canaux anioniques »  : […] Il existe actuellement beaucoup moins d'informations sur ces canaux que pour les canaux cationiques. Brièvement, ces canaux sont actuellement regroupés en deux grandes familles qui sont d'une part les canaux chlorure de la famille ClC, présents pour certains d'entre eux dans les compartiments intracellulaires, et d'autre part les canaux chlorure activés par le calcium. Les canaux de la famille Cl […] Lire la suite

CHLORURE D'HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 580 mots

Formule brute : HCl Masse moléculaire : 36,46 g Point d'ébullition : — 84,9  0 C Point de fusion : — 114  0 C Température critique : 51,54  0 C. Gaz incolore d'odeur forte et étouffante, très soluble dans l'eau (qui à la température ordinaire en dissout environ 450 fois son volume), fumant dans l'air humide, corrosif. On appelle acide chlorhydrique (esprit de sel, acide muriatique) les solutions a […] Lire la suite

CHLORURES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 223 mots
  •  • 1 média

Parmi les composés naturels du chlore, les chlorures sont les plus répandus. Prenant difficilement place dans la charpente des silicates, le chlore ne se rencontre que dans quelques minéraux des roches magmatiques, mais il est souvent présent sous forme d'acide chlorhydrique dans les fumerolles volcaniques. L'altération de ces roches magmatiques à la surface des continents libère des ions Cl - , m […] Lire la suite

DAKIN LIQUEUR DE

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 1 053 mots

Les premiers mois de la Grande Guerre firent la démonstration de la gravité sans précédent des blessures provoquées par l’armement moderne. Phénomène nouveau : sous l’effet des projectiles d’artillerie la grande majorité des plaies étaient infectées par des éclats d’obus, billes de shrapnels, débris de vêtements ou de terre… Gangrène gazeuse, tétanos et septicémies étaient à l’origine d’une mor […] Lire la suite

DAVY HUMPHRY (1778-1829)

  • Écrit par 
  • David Marcus KNIGHT
  •  • 1 731 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nature du chlore »  : […] Lavoisier avait supposé que tous les acides contenaient de l'oxygène, bien qu'il n'en ait pas trouvé dans l'acide « muriatique » (l'acide chlorhydrique actuel). Le gaz verdâtre préparé par Scheele à partir de l'acide muriatique était pour lui un oxyde supérieur, l'acide « oxymuriatique ». Berthollet fit sienne cette doctrine lors de ses importants travaux sur cette substance ; ses élèves Gay-Lussa […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 avril 2020 Syrie. Rapport de l'OIAC sur l'emploi d'armes chimiques par le régime.

chlore et de gaz sarin lors de trois attaques à Latamné, près d’Hama, dans le nord du pays, en mars 2017, par des unités militaires identifiées et « sur ordre des plus hauts niveaux des forces armées arabes syriennes ». En juin 2018, les États membres de l’OIAC ont accordé à ses enquêteurs le pouvoir de désigner les responsables des crimes commis.  […] Lire la suite

3-25 février 2018 Syrie. Annonce sans effet d'un cessez-le-feu dans la Ghouta.

chlore selon les Occidentaux – qui se sont encore intensifiés à partir du 18. Le 25, les forces progouvernementales soutenues par l’aviation russe engagent une offensive terrestre contre la Ghouta.  […] Lire la suite

3-23 juin 2014 Syrie. Réélection du président Bachar al-Assad à la présidence

chlore à l'état gazeux lors d'attaques menées les mois précédents. La France, les États-Unis et la Turquie expriment des doutes sur la réalité de l'arsenal chimique déclaré par le régime de Damas, qui sera évacué du pays avant la fin du mois en vue d'être détruit. Le 23, l'aviation israélienne lance des raids en territoire syrien en riposte à un tir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri GUÉRIN, « CHLORE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chlore/