Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BYZANCE Les arts

Perspectives nouvelles de la recherche en archéologie et en histoire de l'art

L' incessant apport de l'archéologie et des monographies relatives à des monuments, des sites ou des régions de l'empire byzantin a rendu souvent caducs les schémas et les classifications hérités des premiers historiens de l'art byzantin. Rome ou l'Orient, la prédominance des ateliers d'Antioche, d'Alexandrie ou de Constantinople conçus comme des entités aux attributs transcendants ont cédé la place a des enquêtes régionales regroupant sans a priori esthétique les monuments, qu'il s'agisse de l'architecture de Syrie du Nord (Tchalenko), des peintures de Cappadoce (Jerphanion, Thierry, Restle), ou des manuscrits. Les datations sont le plus souvent mieux fondées, même si des querelles récentes autour des églises de Cappadoce montrent que beaucoup reste à faire dans cette voie.

En architecture, les lacunes les plus criantes concernent l'habitat du viiie au xve siècle : à part Corinthe et Pergame, nous avons peu d'éléments d'information sur les villes et les campagnes. Pour les édifices religieux même, un effort tout à fait considérable est fait dans les monographies pour étudier systématiquement tous les remaniements ou les différences et pour les agencer en phases. À Istanbul, cette quête minutieuse a donné d'excellents résultats (Sainte-Irène, Kalenderhane Camii, Fenari Isa Camii, Kariye Camii...).

Pour les enduits de ces édifices (peintures et mosaïques), l'étude attentive des couches picturales, de leur superposition, de leur composition (y compris les pigments) a donné des résultats appréciables surtout pour les deux premiers points. Mais leur simple exploration est loin d'être terminée. La Géorgie, l'Arménie, la Nubie, l'Éthiopie ont considérablement renouvelé notre stock d'images et permettent de mieux apprécier la peinture chrétienne du Moyen-Orient dans toutes ses différences et dans sa profonde unité. Extension dans le temps également : 1453 n'a pas marqué la fin de la peinture de style byzantin. Celle-ci a continué pendant deux siècles au moins avec des œuvres remarquables, comme celle de Theophane (M. Chatzidakis) ou de Frangos Catelanos, sur lesquelles les archives, qui nous font défaut pour la période proprement byzantine, nous livrent maints renseignements. Nous pouvons ainsi étudier les mécanismes du marché de l'œuvre d'art dans la Crète sous domination vénitienne, lorsque les madonieri de Candie pouvaient peindre pour leur clientèle italo-grecque à la grecque ou à l'italienne. En outre, la recherche des programmes que suivent ces peintures, celle des préférences régionales qui traduisent telle dévotion particulière et par là même la mentalité religieuse des fidèles d'une région, celle enfin des intentions précises qui se cachent derrière le choix et la place des images dans tel édifice particulier ont permis de voir la peinture byzantine autrement que comme la traduction intangible d'un archétype immuable.

De même, des progrès sensibles ont été faits dans les méthodes d'étude des manuscrits (Weitzmann). Les corpus réalisés (Athos, Athènes, Oxford) rendent ces œuvres beaucoup plus accessibles. En sculpture, quêtes régionales et études des carrières renouvellent considérablement notre connaissance de la production courante. Pour les objets de la vie matérielle, l'effort des chercheurs doit porter sur la céramique médio-byzantine : peu de progrès ont été réalisés en ce qui concerne les différentes productions et la localisation des ateliers.

Recherches sur l'habitat et la vie matérielle, sur la fonction et la signification des peintures ainsi que sur le fonctionnement des édifices qui les abritent, sur la place de l'image dans la culture et les mentalités, autant d'approches convergentes qui ont fait[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Habitats d'époque byzantine - crédits : Encyclopædia Universalis France

Habitats d'époque byzantine

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul) - crédits :  Bridgeman Images

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul)

Fenari Isa Camii - crédits : Encyclopædia Universalis France

Fenari Isa Camii

Autres références

  • BYZANCE, 330-1453 (exposition)

    • Écrit par Christian HECK
    • 1 037 mots

    Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l'Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy...

  • BYZANCE MÉDIÉVALE 700-1204 (A. Cutler et J.-M. Spieser)

    • Écrit par Jean-Pierre SODINI
    • 1 250 mots

    La collaboration de deux grands spécialistes de Byzance a permis la mise au point d'un livre intelligent et vivant, qui renouvelle les vues routinières sur Byzance (coll. L'Univers des formes, Gallimard, Paris, 1996).

    Une brève introduction souligne quelques constantes de l'âme byzantine....

  • ALBANIE

    • Écrit par Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Universalis, Christian GUT
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    ...que l'Illyrie, christianisée dès le ier siècle (avec saint Asti à Durrës et saint Donat à Vlora), fournit, au iiie siècle, plusieurs empereurs. Comprise, en 395, dans l'empire d'Orient, elle fut ravagée par les invasions barbares avant que le déferlement slave des vie et viie siècles...
  • ALP ARSLAN (1030 env.-1072) sultan seldjoukide (1063-1072)

    • Écrit par Robert MANTRAN
    • 328 mots

    Après avoir montré ses qualités militaires dans des campagnes victorieuses en Afghanistan et en Iran, Alp Arslan succède vers 1060 à son père Tchaghri Beg au Khorassan, puis en 1063 à son oncle Toghroul Beg en Iran et en Irak. Ayant réussi à éliminer ses oncles et cousins, reconnu comme ...

  • ANASTASE LE BIBLIOTHÉCAIRE (810 env.-env. 880)

    • Écrit par Universalis
    • 455 mots

    Linguiste distingué et cardinal de Rome né autour de 810, probablement à Rome (Italie), mort vers 880, Anastase le bibliothécaire est un conseiller politique influent des papes du ixe siècle.

    Apparenté à un évêque italien et reconnu pour sa parfaite connaissance du grec, Anastase est nommé cardinal-prêtre...

  • ANNE COMNÈNE (1083-1148)

    • Écrit par Pascal CULERRIER
    • 564 mots

    Fille aînée de l'empereur Alexis Ier (qui régna de 1081 à 1118), Anne Comnène, née en 1083, épousa le césar Nicéphore Bryennios et brigua en vain la couronne impériale. L'échec de ses ambitions politiques lui valut une retraite forcée qu'elle mit à profit pour reprendre un projet laissé...

  • Afficher les 111 références

Voir aussi