Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BYZANCE Les arts

La sculpture

Époque proto-byzantine (IVe-VIIe s.)

La sculpture byzantine plonge ses racines dans la sculpture romaine d'Orient, notamment celle du Bas-Empire qui fleurit dans un certain nombre de villes d'Asie Mineure. Celles-ci pouvaient exploiter des carrières proches, particulièrement Éphèse, Aphrodisias et Nicomédie. Des types de sarcophage (à guirlandes, notamment), des chapiteaux (par exemple le rendu de l'acanthe dans les chapiteaux corinthiens), des plaques (comme celles du grand nymphée de Sidé) offraient des traits qui les séparaient déjà de la production occidentale. L'art constantinopolitain se trouvait donc en présence d'un vocabulaire décoratif prestigieux et de marchés déjà constitués sur les rives de la mer Noire et de la Méditerranée. Avec la création de la nouvelle capitale, la production s'amplifia et se diversifia, particulièrement celle de Proconnèse pour qui la construction de Constantinople constituait un marché d'une rare ampleur. Le marbre était en effet omniprésent dans une architecture où les colonnades, les revêtements des murs, les dallages faisaient exclusivement appel à ce matériau. Il faut d'ailleurs noter que certaines schématisations s'introduisirent dans les bases et les chapiteaux. En revanche, certains types apparurent comme le chapiteau ionique à imposte (ce dernier élément s'imposant peu à peu avec la substitution de l'arcade à l'architrave plus courante sous l'Empire), puis les chapiteaux à protomés animalières Poreć) et les chapiteaux en corbeille (comme à Sainte-Sophie de Constantinople ou à Saint-Vital de Ravenne). L'accent était mis de plus en plus sur les contrastes de clair-obscur entre la surface et les parties surcreusées au trépan (acanthe appelée théodosienne), dont les exemples les plus connus, au milieu et au troisième quart du ve siècle, sont à Saint-Jean-Stoudios de Constantinople, à l'Acheiropoietos de Thessalonique et au martyrium de Léonidès au Léchaion, port de Corinthe. Ces valeurs s'accentuent au vie siècle, au moment où apparaît un répertoire ornemental d'aspect orientalisant, bien mis en évidence par la découverte de l'église de Saint-Polyeucte construite en 524-527 par Julia Anicia, parent de Justinien. En dépit de la prépondérance des carrières de Proconnèse et de Constantinople, dont la production était exportée à une grande échelle (cargaison naufragée de tous les éléments préfabriqués d'une église trouvée au large de Marzamemi, en Sicile), d'autres carrières de marbre blanc (Attique, Phrygie) ou de couleur (Thessalie, Carystos, Carie) produisaient en abondance des sculptures comparables. Dans d'autres régions où prédominait le calcaire (Égypte, Syrie du Nord, Lycie) s'épanouissait une sculpture différente possédant un caractère local très affirmé.

Le bas-relief connaît aussi un certain développement, surtout à la fin du ive et au début du ve siècle : colonnes historiées de Théodose (379-395) et d'Arcadius (395-408), qui imitent la colonne Trajane ; base de l'obélisque de Théodose où est représentée la famille impériale. Des sarcophages en marbre, sarcophages à colonnes ou à décor symbolique, étaient destinés à une clientèle riche, constantinopolitaine ou étrangère (exportations vers Ravenne) tandis que des devants de sarcophage reproduisaient, en calcaire, cette sculpture pour une clientèle moins fortunée. Aux alentours de 500 et après, cet art offre de moindres réussites (bases du cocher Porphyrios, ambon de la Rotonde Saint-Georges à Thessalonique).

La statuaire officielle reste importante dans les grands centres comme Sardes, Éphèse, Aphrodisias, Mégare, Corinthe où magistrats et généraux sont souvent représentés avec des expressions et une stylisation étonnantes.

Époque byzantine (IXe-XVe s.)

Hosios Loukas - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hosios Loukas

Après un siècle et demi[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Habitats d'époque byzantine - crédits : Encyclopædia Universalis France

Habitats d'époque byzantine

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul) - crédits :  Bridgeman Images

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul)

Fenari Isa Camii - crédits : Encyclopædia Universalis France

Fenari Isa Camii

Autres références

  • BYZANCE, 330-1453 (exposition)

    • Écrit par Christian HECK
    • 1 037 mots

    Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l'Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy...

  • BYZANCE MÉDIÉVALE 700-1204 (A. Cutler et J.-M. Spieser)

    • Écrit par Jean-Pierre SODINI
    • 1 250 mots

    La collaboration de deux grands spécialistes de Byzance a permis la mise au point d'un livre intelligent et vivant, qui renouvelle les vues routinières sur Byzance (coll. L'Univers des formes, Gallimard, Paris, 1996).

    Une brève introduction souligne quelques constantes de l'âme byzantine....

  • ALBANIE

    • Écrit par Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Universalis, Christian GUT
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    ...que l'Illyrie, christianisée dès le ier siècle (avec saint Asti à Durrës et saint Donat à Vlora), fournit, au iiie siècle, plusieurs empereurs. Comprise, en 395, dans l'empire d'Orient, elle fut ravagée par les invasions barbares avant que le déferlement slave des vie et viie siècles...
  • ALP ARSLAN (1030 env.-1072) sultan seldjoukide (1063-1072)

    • Écrit par Robert MANTRAN
    • 328 mots

    Après avoir montré ses qualités militaires dans des campagnes victorieuses en Afghanistan et en Iran, Alp Arslan succède vers 1060 à son père Tchaghri Beg au Khorassan, puis en 1063 à son oncle Toghroul Beg en Iran et en Irak. Ayant réussi à éliminer ses oncles et cousins, reconnu comme ...

  • ANASTASE LE BIBLIOTHÉCAIRE (810 env.-env. 880)

    • Écrit par Universalis
    • 455 mots

    Linguiste distingué et cardinal de Rome né autour de 810, probablement à Rome (Italie), mort vers 880, Anastase le bibliothécaire est un conseiller politique influent des papes du ixe siècle.

    Apparenté à un évêque italien et reconnu pour sa parfaite connaissance du grec, Anastase est nommé cardinal-prêtre...

  • ANNE COMNÈNE (1083-1148)

    • Écrit par Pascal CULERRIER
    • 564 mots

    Fille aînée de l'empereur Alexis Ier (qui régna de 1081 à 1118), Anne Comnène, née en 1083, épousa le césar Nicéphore Bryennios et brigua en vain la couronne impériale. L'échec de ses ambitions politiques lui valut une retraite forcée qu'elle mit à profit pour reprendre un projet laissé...

  • Afficher les 111 références

Voir aussi