Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ICÔNE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Le terme icône, du grec ἐικ́ων, qui signifie image ou ressemblance, désignait à l'origine toute image religieuse, portative ou fixe, quelles qu'en soient la technique (peinture, mosaïque, marbre, ivoire, orfèvrerie, tissu, etc.) et l'échelle. Mais, dans son acception moderne la plus courante, il s'applique à une image religieuse peinte (ou, plus rarement, réalisée en mosaïque) sur un panneau de bois mobile, représentant soit un portrait (le Christ, la Vierge, les saints), soit une scène, et destinée au culte (privé ou public). À la fois œuvre d'art et objet de culte, l'icône est l'expression picturale par excellence de la foi orthodoxe. Elle occupe une place de premier plan dans l'histoire de l'art, mais aussi dans la spiritualité et le culte des chrétientés orientales et, particulièrement, de Byzance. Pourtant, malgré des progrès récents, liés à la découverte et à la publication de nouvelles icônes (au mont Sinaï, à Chypre, en Géorgie, etc.), aux travaux de restauration et à une exploitation plus systématique des sources écrites, l'étude des icônes soulève encore bien des difficultés. La stabilité de l'iconographie, l'anonymat des artistes (à quelques exceptions près) ne facilitent guère les datations, souvent établies de façon approximative sur des critères essentiellement stylistiques. La localisation des ateliers de production, l'identification des écoles locales et, a fortiori, des peintres demeurent très problématiques.

Byzance : origine des icônes et développement de leur culte

Comme la plupart des formes de l'art chrétien, l'icône prend ses racines dans la tradition de la fin de l'Antiquité. Les portraits hellénistiques et romains de défunts, comme ceux qui ont été retrouvés en grand nombre en Égypte, les images officielles de l'empereur ou les représentations de divinités païennes (en particulier les panneaux peints des religions à mystères) ont dû fournir aux artistes chrétiens leurs premiers modèles. Ils annoncent, en tout cas, par leur technique, leur facture, leur fonction même (« double magique » de la personne représentée), les premières icônes chrétiennes.

La tradition de l'Église orthodoxe, qui voit dans saint Luc le premier peintre d'icônes, voudrait faire remonter l'usage de celles-ci à l'époque apostolique, mais c'est fort peu vraisemblable. Si les plus anciennes icônes qui nous sont parvenues ne sont pas antérieures au vie siècle, quelques témoignages anciens, comme une vie apocryphe de saint Jean l'Évangéliste (iie s.), font état d'une utilisation quasi païenne des icônes chez de simples fidèles, à une époque où l'Église est encore généralement hostile, ou du moins réticente, à l'égard des représentations figurées. Aux ive et ve siècles, ces mentions textuelles, qui concernent surtout les provinces orientales (Égypte, Syrie, Palestine), deviennent plus fréquentes. L'icône a alors surtout pour fonction de faire revivre la mémoire d'un saint personnage, de susciter un sentiment de vénération à son égard ou d'instruire les fidèles en leur présentant les grands événements de l'Ancien et du Nouveau Testament. C'est surtout à partir du milieu du vie siècle que se développe le rôle des icônes dans la dévotion populaire. Investies, comme les reliques, dont le culte fleurissait en Orient, de pouvoirs surnaturels, les icônes sont utilisées comme des objets magiques. On leur prête des vertus protectrices et bénéfiques, et la distinction entre image et prototype (personnage représenté) tend à s'effacer. Il est significatif qu'apparaissent à cette époque (vers le milieu du vie s.) les premières légendes concernant les icônes d'origine miraculeuse, dites acheiropoiètos (non faites de main d'homme), et les[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Olivier CLÉMENT et Catherine JOLIVET-LÉVY. ICÔNE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

<it>Madone</it>, entourage d'A. Roublev - crédits :  Bridgeman Images

Madone, entourage d'A. Roublev

<it>Trinité, ou Philoxénie d'Abraham</it>, A. Roublev - crédits :  Bridgeman Images

Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev

Monastères des Météores - crédits : Hans Strand/ Getty Images

Monastères des Météores

Autres références

  • ANNEAU D'OR

    • Écrit par
    • 4 054 mots
    • 2 médias
    ...Dormition du Kremlin à Moscou. Le premier bâtiment fut érigé en 1158-1160, sur la commande d'André Bogolioubski, qui vouait un culte particulier à la Vierge. Le prince fit transporter de Kiev à Vladimir la célèbre icône byzantine du début du xiie siècle, qui prit dès lors le nom de Vierge de Vladimir...
  • APOCALYPSE DE JEAN

    • Écrit par
    • 6 538 mots
    • 3 médias
    Certains pensent que l'influence de Dürer s'étendit jusqu'à la Russie. À Iaroslav, des thèmes tirés de l'Apocalypse apparaissent dans les icônes des églises du prophète Élie (1680) et de Saint-Jean-Baptiste (1695). Le message de Dürer y serait parvenu par l'intermédiaire de la ...
  • ART & THÉOLOGIE

    • Écrit par
    • 6 741 mots
    • 1 média
    ...vérités de la foi, mais à la condition de creuser une différence dans le registre même de l'image : pour résumer l'argument en deux mots, on dira que la théologie admettait une image qui fût icône, tandis qu'elle rejetait toute image qui fût idole. Cette opposition sémantique est fondamentale...
  • BELTING HANS (1935-2023)

    • Écrit par
    • 2 206 mots
    ...Eloquence in Byzantium, Princeton University Press, 1981). On se met à concevoir l'image sur le modèle du texte écrit et à la composer pareillement. Michel Psellos évoque, en certaines de ses homélies, ces icônes d'un nouveau genre, celles qu'il nomme « les images parlantes », parce qu'elles peuvent...
  • Afficher les 23 références