JEAN CLIMAQUE saint (580 env.-env. 650)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moine au mont Sinaï pendant un demi-siècle, Jean doit son surnom à son œuvre majeure, L'Échelle (en grec klimax) du paradis, véritable somme de la vie ascétique qui résume trois siècles d'expérience monastique, en se fondant surtout sur celle du Sinaï. L'Échelle commence par le « renoncement au monde » et s'élève en trente degrés (le nombre des années vécues par le Christ) jusqu'à « la foi, l'espérance et l'amour ». Elle insiste sur la praxis et frappe par le caractère méthodique de sa psychologie. C'est un ouvrage rude, abrupt, écrit dans une langue resserrée, souvent poétique, aérée par des anecdotes ironiques qui démasquent vices et passions. L'anthropologie sous-jacente est unitaire : il s'agit de pénétrer l'inconscient et de « circonscrire l'incorporel dans le corporel » pour métamorphoser l'éros. L'invocation brève, ou « monologie », liée au rythme de la respiration (« que la remémoration de Jésus soit collée à ta respiration »), rassemble et purifie la conscience et l'unit au cœur. C'est là un témoignage précieux sur l'ancienneté de la « méthode » hésychaste.

L'Échelle a profondément marqué la spiritualité de l'Orient chrétien. Elle fut traduite en latin dès le xiiie siècle et semble avoir été à l'origine de toutes les « saintes échelles » du Moyen Âge. Traduite en français en 1652 par Arnauld d'Andilly, elle a inspiré le réformateur de la Trappe, l'abbé de Rancé.

—  Olivier CLÉMENT

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  JEAN CLIMAQUE saint (580 env.-env. 650)  » est également traité dans :

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

Dans le chapitre « La littérature religieuse »  : […] La période de répit qui sépare la crise monophysite de la crise monothélite voit fleurir la littérature ascétique, genre appelé à un grand avenir à Byzance. Jean Climaque (525 env.-605), dans L'Échelle du paradis , enseigne à ses moines du Sinaï l'impassibilité par la méditation de la mort ; Jean Moschos (550 env.-619) propose dans les anecdotes du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-la-litterature/#i_36898

BYZANCE, 330-1453 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 037 mots

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l' Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of Arts, Londres, 25 octobre 2008-22 mars 2009), l'intensité, la fécondité, l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-330-1453/#i_36898

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « JEAN CLIMAQUE saint (580 env.-env. 650) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-climaque/